Restons connectés

L’Etoile FC : la French Touch de Singapour

Autres championnats

L’Etoile FC : la French Touch de Singapour

Des Frenchies qui s’illustrent très loin à l’étranger, on en connaît pas mal. Il y a ceux qui s’en vont en Chine ou au Qatar pour toucher le pactole, ou d’autres qui s’en vont au Mexique pour devenir des idoles locales. Mais le cas d’aujourd’hui est particulier puisqu’il s’agit de tout une équipe de Français… à Singapour.

Véritable équipe insolite, l’Etoile FC est une équipe composée uniquement de Français et évoluant à Singapour. L’homme à l’origine de ce projet ? Johan Gouttefangeas, ex-joueur de foot, qui est venu à Singapour avec l’objectif de réaliser une performance digne de Jean-Michel Aulas : faire du bénéfice avec un club de football.

La S-League (championnat national) est un championnat tout neuf qui ne compte que 21 ans d’existence, et a permis l’intégration de plusieurs équipes composées à 100% d’étranger, tout cela dans le but de relever le niveau de la compétition. Pour créer son équipe, Johan n’avait qu’une philosophie en tête, celle d’exporter le savoir-faire français. Pour ce faire, il n’a pas hésité à piocher dans un vivier sous-exploité en France : les divisions amateurs. DH, CFA, CFA2, National, c’est par l’intermédiaire de son entraîneur Patrick Vallée que l’Etoile FC fait son recrutement de 23 joueurs.

Quelles sont les raisons pour un joueur français amateur de tout plaquer pour partir dans une aventure exotique de ce calibre ? Il y a bon nombre d’avantages, à commencer par le fait qu’ils sont tous logés avec des températures idéales (hors saison des pluies), et possèdent des salaires situés entre 800 et 3000 euros. Clairement pas un salaire de Ligue 2 ou de Ligue 1 mais largement assez lorsqu’il n’y a pas de charges, ni de logement à payer, sans oublier que la vie à Singapour coûte nettement moins cher que dans l’Hexagone. Si l’on rajoute à cela que l’Etoile FC a remporté le championnat et la Coupe de la Ligue locale en 2010, certains joueurs ont certainement tapé dans l’œil de championnats asiatiques plus huppés comme celui de la Chine, du Japon, ou de l’Australie.

Alors que Johan Gouttefangeas semblait plein de projets futurs pour l’Etoile FC (centre de formation toujours existant, transferts de joueurs français en Asie, etc.), il cède le club en 2011 à l’actionnaire principal Hicham Moudden (HRMS Consulting), en ayant même réussi le tour de force de recruter Sidney Govou en tant qu’ambassadeur du club. Johan s’est empressé de le vendre suite à la pénalité de la Ligue empêchant le club de finir à la 3e place du classement, ce qui ne l’empêchera pas d’être sollicité en tant que directeur-adjoint de la S-League.

L'Etoile FC : la French Touch de Singapour

La suite de l’histoire s’annonce tout de suite moins radieuse. Quelques mois après la cession du club à Hicham Moudden, le club disparaît du championnat. La raison exacte de la disparition du club reste obscure mais résulterait des problèmes économiques. A cela, il faut ajouter que bon nombre de joueurs se sont retrouvés sans revenus pendant plusieurs années, provoquant des tensions en interne.

Depuis quelques années, l’administration française enquêtait aussi sur l’évasion fiscale de ces joueurs français.

Malgré ce bémol en fin de parcours, l’aventure de l’Etoile FC aura été un bel exemple de réussite française très loin de nos frontières, et nul doute qu’avec la razzia de trophées qu’il a réussi à faire, Johan Gouttefangeas a sans aucun doute prouvé que le savoir-faire français était bien présent. Il ne reste plus qu’à voir si d’autres français arriveront à imiter sa réussite dans d’autres championnats exotiques.

Etudiant dans le médical mais passionné avant tout de football. Supporter de l'OM depuis toujours, je suis surtout fan des joueurs avec une aisance technique balle au pied.

... à lire dans Autres championnats

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour