Nouvelles règles de jeu de la FIFA : tout pour le spectacle ?

Après des années d’immobilisme concernant le renouvellement des règles du football, devenues quasi dogmatiques, voilà que la FIFA s’emballe complètement.

Selon un document partagé par le directeur technique de l’International Board, les instances s’interrogeraient sur la possibilité de permettre de jouer un coup de pied arrêté/corner pour soi même et/ou avec un ballon en mouvement. Autrement dit, on souhaite dynamiter les phases de jeu, ce qui semble être dans l’ère du temps si on se fie au fameux adage du sport professionnel : « moins de temps morts 👉 + de vitesse 👉 + de buts 👉 + de spectacle 👉 + d’argent ».

Cette démarche souffre pourtant de quelques incertitudes. A l’instar de la mêlée au rugby, les coups de pieds arrêtés constituent une zone obscure où se multiplie les calculs tactiques et les « espiègleries ». L’émergence de ces règles favorisera l’impulsivité des joueurs, cherchant à prendre de vitesse une défense mal replacée et engendrerait un délitement progressif de l’utilisation des coups de pieds arrêtés. Un bon point pour le spectacle global, du malus pour ceux, dont je fais partie, qui apprécient de voir quelques belles combinaisons, agrémentées d’une bonne dose de roublardise.

Aussi, les coups francs et les corners sont des aléas assez peu maitrisables pour une défense et constituent des situations favorables pour certaines équipes. Ils génèrent donc de l’incertitude, notamment lors d’oppositions très déséquilibrées. Quid de certaines victoires « surprises » qui ont fait l’Histoire des compétitions internationales (pensons à l’Islande, récentes) et nationales (Coupe de France), si nos chers petits poucets n’avaient pas eu droit de faire approcher leurs tours de contrôle respectives du but adverse à l’occasion d’un coup franc bien placé ? Il est vrai, nous sommes encore loin d’une telle tendance, pour autant, mieux vaut prévenir que guérir. Parmi d’autres propositions, par ailleurs, on oscille entre l’ubuesque (but accordé pour main volontaire sur la ligne – comme si le fameux débat de la main volontaire ou non n’existait déjà plus) et la pertinent (fin du match/mi-temps sifflées dés le ballon a quitté l’aire de jeu à l’issu du temps additionnel).

Ça ressemble à s’y méprendre à un mec au régime qui se tâte entre un méli mélo lentilles/boulgour et une salade de choux coleslaw, et qui tranche pour le menu à 28€ (+2€ pour le supplément cheddar sur le burger). Cliquer pour tweeter

Ainsi, après avoir infléchi sur l’utilisation de la vidéo, le football mondial s’emballe et propose des changements surprenants. Ça ressemble à s’y méprendre à un mec au régime qui se tâte entre un méli mélo lentilles/boulgour et une salade de choux coleslaw, et qui tranche pour le menu à 28€ (+2€ pour le supplément cheddar sur le burger). Les gars, calmez vous. Super idée que de souhaiter fluidifier le jeu à tout prix, de le rendre dynamique et de replacer le spectacle comme élément indissociable de rencontres devenues souvent hachées, ternes et sans saveur. Pour autant, personne n’a envie d’assister à l’émergence d’un ersatz de football, n’en déplaise aux sponsors et aux spectateurs lambda qui ont envie « de voir des buts ».

Autre élément gênant, il semble les dernières grandes décisions prises par les différentes instances françaises (mise en place d’un barrage entre le 3ème de L2 et le 18ème de L1), européennes (assurance pour les championnats majeurs de bénéficier de la majorité des places qualificatives en LDC) et internationales, aient pour principal objectif de faciliter le maintien/le parcours des grandes équipes lors des compétitions concernées… Là, aussi, l’intérêt économique sous-jacent est quelque peu évident.

Enfin, et pour finir sur une note un peu pus joyeuse, si les coups francs indirects viennent à disparaître, faudra peut-être penser à former de nouveaux Rory Delap…

Vous aimerez aussi

N'oubliez pas de nous suivre Facebook et Twitter