Restons connectés

Ludovic Genest (Clermont Foot) : « Je ne pensais pas pouvoir revenir un jour »

Interviews

Ludovic Genest (Clermont Foot) : « Je ne pensais pas pouvoir revenir un jour »

Dans le monde du football, certains misent tout sur leur carrière, tandis que d’autres placent stratégiquement leurs économies sur des bons plans fructueux. C’est le cas du milieu de terrain de Clermont, (29 ans), qui nous a parlé de son projet de la Club Box, tout en revenant sur quelques moments de sa carrière.

Pour en revenir à ta carrière, tu as débuté à l’AJ Auxerre avec comme coéquipiers Benoît Cheyrou, Abou Diaby, Peguy Luyindula, Bacary Sagna, Benoit Pedretti, et Younès Kaboul, quels souvenirs gardes-tu de ton passage là-bas ?

De mon passage à l’AJ Auxerre, j’en garde surtout mon premier match en professionnel contre Bordeaux qui était un peu une concrétisation, bien qu’il faille toujours continuer les efforts pour confirmer. L’école de l’AJ Auxerre était l’une des meilleures écoles du football, et reste encore aujourd’hui parmi les meilleurs. J’ai eu la chance, et l’honneur de fouler la pelouse avec des joueurs de ce calibre et c’est grâce à ça que j’ai pu faire ma modeste carrière dont je suis fier.

Par la suite, tu as été joueur au SC Bastia, 26 matchs et 3 buts au compteur, tu as participé au titre de Champion de France de Ligue 2 du club, quel ressenti gardes-tu de ton passage en Corse ?

Je garde aussi un très bon souvenir de cette montée en Ligue 1. C’est un club, même toute une région, qui avait besoin de ça, et qui a une identité forte et puissante. Je suis très fier d’avoir pu participer à cette montée, avec les supporters, les dirigeants, et mes coéquipiers. L’une de mes plus belles saisons passées sur le terrain, j’ai respiré le foot pendant une année dans une région incroyable, avec une montée que toute une île attendait depuis des années. Je n’oublie surtout pas le défilé dans la ville de Bastia, avec les rues qui étaient pleines à craquer. Un très bon souvenir avec le public, et un moment énorme.

Bastia ? Même après avoir couru tout le match, j’avais envie de me relever et de repartir à l’attaque.

Beaucoup de clubs affirment qu’il est difficile de venir s’imposer à Bastia, penses-tu que ce soit les supporters qui jouent réellement le rôle du douzième homme à fond ?

J’en suis certain ! Sur le terrain, il y a les 11 joueurs, et les remplaçants, mais les supporters sont clairement présents et ont un vrai rôle à jouer, surtout à Bastia même si beaucoup se déplacent. Je me rappelle que même après avoir couru tout le match, j’avais envie de me relever et de repartir à l’attaque, rien qu’avec leurs encouragements. Beaucoup de gens pensent que le public bastiais peut être méchant, mais les débordements sont des choses qui arrivent partout, dans tous les stades. Cela n’empêche pas les Bastiais d’être selon moi l’un des meilleurs public pour porter leur équipe.

Lors de la saison dernière, tu participes à une trentaine de matchs et notamment un but avec Clermont, vous finissez 7e avec la 3e meilleure attaque de Ligue 2, est-ce une saison particulière pour toi ?

Oui, ça a été une saison particulière et pour plusieurs raisons. La plus importante est que je suis originaire de Clermont, et quand j’étais parti à l’âge de 12 ans à Auxerre, je ne pensais pas pouvoir revenir un jour. Dans le monde du football, c’est une chance très rare de pouvoir jouer auprès de ses proches, et de sa famille. Ce stade dans lequel je jouais lorsque j’étais tout minot, aujourd’hui j’essaye de lui faire honneur le plus possible.

Cette saison avec Clermont vous êtes 10e à la trêve, à 7 points du barragiste le RC Lens, pour peut-être une place en Ligue 1. Cette possibilité de monter en Ligue 1 est un objectif annoncé du club ?

Non, ça n’a jamais vraiment été l’objectif du club. On a un petit budget par rapport aux clubs dont l’objectif annoncé est de monter en Ligue 1, pour nous cet objectif n’est pas prioritaire. Après, il ne faut pas oublier que dans notre équipe, on est tous des compétiteurs, on veut atteindre les premiers objectifs de nos dirigeants, et pourquoi pas viser un peu plus haut si on en est capable.

Tu as fait pas moins de 6 clubs dans ta carrière, as-tu un souvenir en particulier comme un but plus important qu’un autre, ou une anecdote insolite de vestiaire que tu souhaites nous partager ?

Mon premier match sous les couleurs de Bastia a été assez particulier. Le premier match de la saison, on jouait à Troyes, je n’avais pas fait une très bonne préparation, mais j’étais tout de même titulaire. J’étais un peu sous pression, mais au bout de 10 minutes, le défenseur dégage le ballon très loin, je tente ma chance, et elle finit au fond du but. C’était assez particulier, et j’ai pu faire une passe décisive pour Malek Cherrad, avec au final une victoire 2 buts à 1. Ma vraie première, car cette fois j’étais titulaire, un moment qui m’a ému surtout que ma famille était présente dans les tribunes de l’ESTAC.

Il est plutôt rare de voir des footballeurs encore en activité s’investir dans un projet comme la Club Box, qu’est-ce qui t’as donné l’envie de te lancer dans cette initiative ?

Comme tu l’as dit, je suis un footballeur encore en activité, mais malgré ça, j’ai encore un peu de temps libre. J’aime bien réfléchir, penser, et prévoir quelque chose pour mon futur, et Club Box faisait partie de mes projets avec mes associés comme Jean-Pascal Mignot (footballeur à la retraite depuis 1 an, ndlr). On a mis une petite année pour faire quelque chose de concret, et réussir à mettre en place notre projet avec la LFP, l’UNFP, et certains clubs qui ont accepté de nous faire confiance, et pour le moment c’est un pari réussi. L’idée de la Club Box a déjà séduit 8 clubs, d’autres nous ont déjà donné leurs accords pour l’année prochaine, et ça a de quoi nous réjouir.

Est-ce que d’autres joueurs comptent participer au projet de la Club Box ?

À l’heure ou l’on se parle, non, mais pourquoi pas. Je suis encore un joueur en activité, Jean-Pascal Mignot ne l’est plus, mais on n’est clairement pas contre cette idée d’inclure d’autres joueurs à notre projet, il faudra voir ce qu’ils peuvent nous apporter.

Quitte à gagner des cadeaux footballistiques, autant que ceux-ci concernent son club de cœur ? C’est le pari de Club Box qui propose des pronostics sportifs sur les matchs d’une équipe avec des lots à gagner.

Pronostiquer les matchs de son club peut se faire gratuitement mais Club Box met en avant son offre premium (14,99 €) qui permet déjà aux supporters de recevoir des cartes collector de l’effectif pro de son choix (voir la photo de la box du LOSC). Parmi ses cartes, on obtient un code qui permet de s’enregistrer pour avoir accès à des événements et des offres de partenaires. La box est plutôt classe et le design des cartes est soigné, mais elle manque peut être d’explications plus détaillées sur les possibilités de l’offre.

Il suffit ensuite d’avoir du flair dans ses pronos pour gagner divers goodies mis en jeu (écharpe, mug, casquette…) et surtout de pouvoir espérer gagner au cours de la saison des cadeaux plus prestigieux (places VIP, maillots ou ballons dédicacés, rencontre avec les joueurs…).

Le principe peut donc séduire les supporters mais, Club Box venant d’être lancé cette saison, il comporte pour le moment deux limites :

  • il n’y a pas de cadeaux à gagner lors de chaque journée. Toutefois, tous les pronos permettent d’engranger des points pour prétendre aux cadeaux mensuels ou trimestriels.
  • pour le moment, seuls les fans de Lille, Rennes, Nantes et Dijon peuvent y trouver leur bonheur en Ligue 1 (Ajaccio, Clermont, Laval et Valenciennes en L2). Pour les autres clubs, il faudra patienter jusqu’à la saison prochaine, en sachant que Club Box a bien d’autres projets dans les cartons sur d’autres championnats à l’étranger et d’autres sports (rugby, basket, hand…).

Ces réserves peuvent déjà refroidir bon nombre de supporters qui ne se sentiront pas encore concernés. Mais pour ceux qui ont la chance de pouvoir recevoir l’offre Club Box premium de leur club préféré, le contenu proposé par les trois fondateurs, dont le footballeur pro Ludovic Genest (Clermont Foot) et l’ancien joueur Jean-Pascal Mignot (Auxerre, Saint-Etienne, Sochaux), satisfera les fans amateurs de pronostics et qui rêvent de vivre des moments inoubliables dans l’intimité de leur club.​​ Et ils peuvent être rassurés sur le sérieux de la démarche, validée par les clubs concernés, la LFP et l’UNFP.

Ludovic Genest (Clermont Foot) : "Je ne pensais pas pouvoir revenir un jour"

dav

Etudiant dans le médical mais passionné avant tout de football. Supporter de l'OM depuis toujours, je suis surtout fan des joueurs avec une aisance technique balle au pied.

... à lire dans Interviews

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour