Restons connectés

Une étude décrypte les attentes des supporters de football

Marketing

Une étude décrypte les attentes des supporters de football

L’agence digitale e3 et l’agence de conseil en innovation London Strategy Unit (LSU), viennent de dévoiler les résultats de leur étude « Les grandes attentes du Football » qui analyse les tendances dans la consommation de médias et les souhaits de fans de football.

Les agences ont effectué de nombreux entretiens avec les acteurs majeurs du football mondial (clubs, médias, partenaires, acteurs de l’industrie des jeux vidéo, mais aussi les fans au travers des interviews physiques et en ligne). Voici quelques grandes idées de l’étude :

Les nouveaux médias sont aussi (voire plus) attractifs que les médias traditionnels

Les diffuseurs TV et les journaux classiques subissent une rude concurrence de la part des plateformes et applications digitales qui prennent de plus en plus de place dans la vie de supporters. A titre d’exemple, la plateforme Ball Street Network (qui, entre autres, agrège des chaînes comme Redmen TV et ArsenalFanTV) a la portée de plus de 50 millions de fans tandis que Sky Sports est à 5 millions d’abonnés.

Les géants du web sont également présents avec Facebook qui a les droits de la Ligue des Champions (avec Fox Sport) et de la MLS aux Etats-Unis, Twitter qui a acquiert les highlights de Premier League ou YouTube qui a diffusé la finale de la Ligue des Champions en Grande-Bretagne (chaîne YouTube de BT Sport).

Les contenus produits par des clubs et leurs fans sont consultés très régulièrement

D’après l’étude, 63% des interrogés ont répondu qu’ils vont sur le site, l’application ou les comptes de leur club sur les réseaux sociaux au moins une fois par semaine.  Si les amateurs de football âgés de 30 ans et moins suivent encore le football dans les médias traditionnels, leur consommation de nouvelles chaînes non-officielles est très importante.  Ce public est aussi plus à même de consulter ce type de chaînes au moins une fois par jour. Pour donner une idée, la chaîne YouTube ArsenalFanTV qui existe depuis 2012, a plus de 307 millions de vues. L’étude révèle que la plupart de médias traditionnels n’arrivent plus à toucher la cible jeune : leur format est souvent considéré comme obsolète, ils sont considérés par beaucoup de fans comme étant trop chers ou truqués. Par exemple, les directs de Sky Sports ont perdu 14% de leur audience durant la saison 2016/17.

Côté clubs, certains vont jusqu’à négocier les droits auprès de la ligue, afin de pouvoir créer leur propre contenu.

Le foot freestyle et le football de rue sont très attractifs

Les trois chaînes les plus grandes de foot freestyle ont 9,6 millions d’abonnés sur YouTube, tandis que les trois meilleurs clubs de football ont la portée de 3,8 millions.

D’autres activités ludiques comme footgolf ou footdarts attirent de plus en plus de public et ont une portée grandissante sur les réseaux sociaux.

Les fans occasionnels sont plutôt consommateurs de SportBible ou des vidéos sur YouTube que des diffuseurs classiques.

Les tendances du sponsoring :

  • D’après l’étude, la confiance aux marques et médias baisse, d’autant plus si les liens entre le partenaires et le clubs ne sont pas évidents aux yeux des fans. Les supporters (24% des interrogés) disent même qu’ils peuvent renoncer à l’achat de produits ou services des sponsors des clubs qu’ils n’aiment pas. A l’inverse, le partenariat avec un club peut être bénéfique et la confiance augmenter lorsque le partenariat a du sens pour les fans. Par exemple, l’engagement de Virgin Media est très apprécié puisque la marque finance le voyage des fans de clubs visiteurs dans le cadre de son partenariat avec Southampton et la Fédération des supporters de football.
  • Le digital est un levier efficace pour les marques qui souhaitent toucher leurs publics. Les marques pourraient, par exemple, financer la captation d’un match en VR : interrogés dans le cas de l’enquête, 73% de fans ont répondu qu’ils aimeraient voir un match en VR et 22% seulement sont prêts à payer pour cette expérience. Grâce au digital, le tournoi international de foot à 5 de Neymar et son partenaire Red Bull a pu rassembler 100 000 joueurs dans plus de cinquante pays.
  • Les partenariats avec les chaînes des fans restent inexploités. Malgré la portée, il existe a encore très peu de partenariats entre les marques et les chaînes de fans des clubs. Ce sont pourtant des médias très engageant et qui donnent les moyens d’interagir facilement avec des publics. De tels partenariats exigent néanmoins une adaptation du format  : contenu plus immersif et expériences digitales personnalisées.

Journaliste, entre la France et le Bélarus depuis une dizaine d’années, je constate que le football est une langue universelle. Passionnée par le marketing sportif, curieuse du digisport, je connais même les règles du hors-jeu ! A vos claviers !

... à lire dans Marketing

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour