AvideceWopyBalab

Barcelone, Juventus, Manchester United : 3 symptômes pour 3 légendesBarcelone, Juventus, Manchester United : 3 symptômes pour 3 légendesBarcelone, Juventus, Manchester United : 3 symptômes pour 3 légendes

Football rime toujours avec argent. Malgré la crise liée au Covid19, de nombreux clubs de football professionnels sont encore bien lotis, notamment les plus grands.

En effet, les revenus générés par ces mastodontes sont énormes. Droits TV, Recettes Marketing, Transferts, Billetterie…

Le tout est de savoir bien gérer cette manne financière. J’ai pris en exemple 3 clubs aux trajectoires similaires qui, par choix ou par la force des choses, ont pris la mauvaise pente.

  • Juventus de Turin :

Le premier d’entre eux est celui qui, pendant longtemps, fût un modèle de bonne gestion économique et sportif. Un petit peu à la manière d’un Bayern Munich par exemple. Ce club c’est la Juventus de Turin.

Les bianconeri ont longtemps trusté la première place de Série A, avec une ossature stable et une politique sportive lisible. Le tournant a eu lieu avec la signature de Cristiano en 2018. Au départ considérée comme grandiose, son arrivée a finalement déréglé le club. L’équipe a petit à petit perdu sa solidité, sa solidarité et son équilibre qui furent leur force, leur marque de fabrique même, pendant des décennies. Les joueurs se reposant trop sur la star portugaise. De plus, son arrivée a éclipsé certains talents comme ou Alvaro Morata par exemple.

Résultat : La Juve a vu ses résultats s’effondrer, terminant champions les 2 premières années (90 puis 83 pts), mais finissant à une bien décevante 4ème place la saison dernière (78 pts). Bref, cette arrivée qui devait assommer la concurrence n’a, au final, pas eu l’effet escompté.

Aujourd’hui, même après son départ pour Manchester United, la Vieille Dame paie encore ces années de mauvaise gestion, avec un départ très poussif réalisé en ce début de saison (7ème).

  • FC Barcelone :

On se dirige maintenant vers l’Espagne et la Catalogne plus précisément. Un tout autre style de gestion aussi. En effet, le FC Barcelone a longtemps joué avec le feu. Le surendettement a été leur compagnon de route pendant des années. Ils en subissent aujourd’hui les conséquences.

Qu’il paraît loin le temps de l’époque dorée avec Iniesta, Xavi, Messi, Guardiola en coach puis Suarez, Neymar ensuite… Depuis cet été, il ne reste plus aucune trace de ces hommes là. Messi a du plier bagage vers Paris. Suarez a quitté le club l’année dernière avec perte et fracas (gagnant même le titre avec l’Atletico Madrid). Iniesta, Xavi, et Neymar ne sont déjà plus là. Même Antoine Griezmann, recruté à prix d’or alors que les blaugranas avaient déjà pléthore de joueurs offensifs, est parti renforcer un club rival… C’est la crise !

L’heure est aux petites dépenses (beaucoup de joueurs libres recrutés : Depay, Garcia, Aguero…). Ils n’ont d’ailleurs pas pu faire le poids face à l’ogre parisien concernant le dossier Wijnaldum. Mais toujours pas de renfort défensif notable depuis des années ! Des sommes folles dépensées pour des joueurs offensifs ces dernières années (Coutinho, Dembélé, Griezmann…) sur un secteur déjà saturé, mais toujours le néant en défense (pourtant en souffrance). L’année dernière, en défense centrale, les catalans tournaient avec les seuls Lenglet, Piqué, Umtiti (out toute la saison), Mingueza et Araujo. C’est trop peu lorsque l’on joue sur plusieurs tableaux. Seul Eric Garcia est venu compléter ce secteur cette saison.

Une fois encore, cela se paie avec des résultats allant decrescendo (2ème, 3ème puis pour l’instant 9ème) et une instabilité sportive et financière chroniques.

  • Manchester United :

Autre pays, autre contexte financier. Direction l’Angleterre, ce pays où l’argent coule à flots. S’il en est un qui est relativement bien géré sur le plan financier, c’est bien celui-ci : Manchester United. Toujours classé parmi le top 5 des clubs les plus riches du monde, il a la particularité de pas survivre grâce à l’endettement. Leurs finances sont donc saines.

Le hic chez eux, c’est leur politique sportive. Ayant des moyens très importants à chaque mercato, ils déçoivent par des choix hasardeux, douteux et parfois, fort heureusement, judicieux (Ibra, Cavani, Bruno Fernandes, le retour). On a même parfois eu l’impression que les dirigeants mancuniens recrutaient sans comprendre les besoins réels de l’effectif. Juste en recherchant le beau coup médiatique (Pogba, Ibrahimovic, Ronaldo) au détriment de la nécessité impérieuse du moment.

Man U est un grand d’Angleterre et malheureusement pour eux, les résultats parlent d’eux-mêmes : depuis 7 saisons, les Red Devils ont terminé deux fois 6èmes, une fois 5ème, une fois 4ème, une fois 3ème et deux fois 2nd. Vous l’aurez compris, pas besoin de savoir lire entre les lignes, il n’y a pas eu de titres de champion durant cette période là (le dernier remontant à la saison 2012/2013 avec Sir Alex Ferguson, une éternité…). Là où pendant ce temps, Chelsea a remporté 2 titres, Liverpool et Leicester 1 titre et l’autre Manchester (City) 3 titres. Déshonorant pour les Red Devils…

Comme quoi l’abondance de moyens ne suffit pas toujours….

Personnellement, j’apprécie beaucoup le travail effectué par le Bayern Munich. Club stable à la gestion rigoureuse malgré des moyens conséquents, il est l’un des seuls à ne pas avoir succombé à la mode de la folie dépensière.