AvideceWopyBalab

Près d’un mois après les quarts de finale, c’était enfin l’heure des demi-finales du CONMEBOL Libertadores. Les quatre meilleures équipes du tournoi, avec International e Fluminense d’une part, en plus de palmiers e Boca Juniors de l’autre, ils se battent en duel à la recherche de la « gloire éternelle ».

Et qui est le meilleur ? Quels sont les favoris pour disputer la finale le 4 novembre, au Maracanã ? Découvrez les armes et à quoi s’attendre des affrontements de cette semaine :

Fluminense x Inter et Boca x Palmeiras : quelles sont les principales armes des demi-finalistes Libertadores ?

Offre : Amstel

Fluminense :

Comment définir le Fluminense de Diniz ? Ambition? Peut-être. Audace? Oui. Mais Libertadores est le mot qui résume le mieux cette équipe. Une équipe qui n’est pas liée aux normes et se laisse libre de chercher des solutions, de réinventer, de surprendre. Recherchez le beau football et le plaisir pour ceux qui jouent et aussi pour ceux qui regardent. Au sein de cela, il y a toujours une organisation.

Diniz utilise la formation 4-2-3-1. Non seulement chez les Libertadores, mais aussi dans d’autres compétitions. Mais à partir des matchs contre Olímpia, il a placé John Kennedy aux côtés de Cano dans l’attaque. La formation de base est alors un 4-4-2, mais elle est repensée selon l’intuition des joueurs sur le terrain. Comme le milieu droit Arias, qui apparaît également à gauche. Il est possible de voir l’arrière droit Samuel Xavier au milieu, marquer des buts décisifs. Et le milieu de terrain André peut devenir quatrième défenseur, tout en organisant l’équipe au milieu de terrain. Le Maestro Paulo Henrique Ganso sert de support aux tables et triangulations en divers endroits du terrain. Le plus abouti côté droit, presque toujours avec Samuel Xavier et Arias se déplaçant pour dérouter la défense adverse. Celui qui bouge un peu moins est le meilleur buteur des Libertadores, avec 9 buts, Cano. Son habitat est la zone. Même le vétéran Fábio s’est libéré, maintenant il joue aussi avec ses pieds.

Fluminense aime échanger des passes. A des moyennes de possession de balle élevées. Mais aujourd’hui, il n’a plus honte de baisser ses lignes de marquage lorsque l’adversaire s’impose, et il a montré qu’il savait aussi contre-attaquer et ainsi résoudre les matchs, faisant à nouveau rêver les supporters.

International:

Renê, l’arrière gauche, est fondamental pour l’Inter chez Libertadores. Peu de gens l’examinent avec l’attention voulue. Mais c’est celui qui capte le plus le ballon dans l’équipe. Il participe tout le temps à la défense ou à l’attaque. Et les chiffres le prouvent : il est un leader non seulement en termes d’expérience, mais aussi en termes de statistiques.

Dans le système de Coudet, Renê joue habituellement le rôle d’un troisième arrière constructeur, ce qui donne à l’autre latéral, Bustos, la liberté de se projeter en attaque pour recevoir des lancers. Lorsque l’équipe abaisse les lignes de marquage, elle occupe l’espace naturel de l’arrière gauche. Mais pourquoi le ballon passe-t-il autant par Renê ? Car c’est lui qui désarme le plus ses adversaires. Valeur refuge, il est aussi la cible la plus recherchée pour les passes de ses coéquipiers. Un pilier pour le système défensif et aussi pour la construction de plusieurs jeux importants qui ont conduit l’équipe à des buts décisifs dans cette campagne.

Bien sûr, d’autres joueurs apparaissent davantage. Rochet réalise des arrêts décisifs. Alan Patrick a des passes qui ouvrent la voie aux buts. Enner Valencia résout le problème dès le départ. Quand vous entendez parler de cet Inter, souvenez-vous de ces stars, mais n’oubliez pas que l’ouvrier Renê est toujours là, pour faire jouer l’équipe. Et lorsque vous avez besoin de quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance dans les moments les plus difficiles, il a la tranquillité d’esprit de quelqu’un qui a tout vu dans le football.

Boca Juniors :

La défense a amené Boca Juniors à cette demi-finale. Ce n’est pas facile de marquer à Boca, c’est l’équipe la moins fuyée, et ils sont premier ou deuxième dans plusieurs indices défensifs de ce Libertadores. L’entraîneur Jorge Almirón, vice-champion en 2017 avec Lanús, a joué différemment depuis cette époque. Il utilise généralement une ligne de cinq défenseurs, souvent protégés par quatre hommes au milieu de terrain, laissant Cavani seul devant. Une variante récemment utilisée place un attaquant supplémentaire et n’en laisse que trois au milieu, une option très possible pour le jeu Bombonera.

Tout en souffrant peu de retard, Boca marque peu de buts. Ils ont marqué 10 de moins que Palmeiras dans cette campagne. Mais ne vous y trompez pas : ils ont leurs armes. Cavani, venu pour la dernière ligne droite de l’année, est le plus célèbre et a aidé l’équipe en tant que pivot. Car la principale caractéristique offensive de Boca est la transition rapide.

Lorsque vous devez construire à partir d’une association et d’un échange de passes, cela se produit généralement à gauche. Mais attention : beaucoup de ces pièces se terminent de l’autre côté. Il n’est pas surprenant que l’arrière latéral et parfois ailier Advíncula soit le meilleur buteur de l’équipe dans la compétition et que son remplaçant, Weigandt, ait également trouvé le chemin des filets. Advincula est également important dans la transition rapide. Face au Nacional, de l’Uruguay, Boca a montré comment exploiter les espaces offerts par ses adversaires dans cette situation. C’est une équipe très verticale.

Bien qu’il y ait de nombreux vétérans, la médaille d’argent de l’équipe locale est parfois décisive. Trois jeunes méritent une attention particulière : le milieu de terrain Medina, qui arrive par derrière et termine bien. Et les talentueux Valentín Barco et Exequiel Zeballos, capables de démonter le marquage avec des dribbles déconcertants. Une chose que le vieux Boca n’a pas perdu : l’astuce de savoir utiliser les armes dont il dispose alors qu’il ne peut pas s’imposer techniquement. Il a atteint les huitièmes de finale et les quarts de finale grâce aux tirs au but, lorsque le gardien Romero, vice-champion du monde en 2014 avec l’équipe nationale argentine, a brillé. Même si l’équipe n’est pas enchanteresse, Boca a un maillot qui a encore beaucoup de poids en Amérique du Sud.

Palmiers:

Palmeiras est efficace. Ils ont la meilleure campagne de ce Libertadores. Si la compétition était basée sur des points consécutifs, il serait le leader isolé, avec 21 points. Il y a sept victoires, deux nuls et une seule défaite, avec les réservistes, lors du premier match, contre Bolívar. Une équipe qui n’a pas besoin de beaucoup de possession du ballon pour avoir plus de tirs, de grosses occasions et de buts marqués dans ce Libertadores.

Abel Ferreira a façonné une manière de jouer ces dernières années et a fait comprendre aux joueurs ses concepts. L’exécution de ce projet footballistique frôle la perfection. Il n’y a pas beaucoup de mystère dans la formation de l’équipe. Au départ c’est un 4-2-3-1. Ici avec Mayke occupant le côté droit, et Artur remplaçant Dudu, à gauche. L’option adoptée par l’entraîneur depuis la blessure du numéro 7. Mais lorsqu’il a besoin de faire pression sur l’adversaire, l’un des latéraux, généralement Marcos Rocha, se tient à côté des défenseurs, formant une ligne de trois, et Gabriel Menino rejoint quatre autres joueurs derrière l’avant-centre Rony, formant une sorte de 3-1-5-1.

C’est une équipe qui arrive avec beaucoup de joueurs dans la zone d’arrivée et c’est pour cela que beaucoup de buts viennent des rebonds. Les attaquants, les défenseurs, les milieux de terrain et les latéraux ont trouvé le chemin des filets. Dans cette dynamique, nous avons souvent vu Rocha se lancer à l’attaque, comme lors du superbe but contre le Deportivo Pereira. Un échange de passes soutenues par Mayke et Veiga permet au pivot Rony de jouer, laissant Marcos Rocha devant le but. C’est un exemple du répertoire offensif de Palmeiras, très marqué par les jeux aériens, aussi bien avec le ballon que dans les corners, dans lesquels Gustavo Gómez est toujours recherché dans la surface.

Rony a évolué comme pivot et a commencé à diriger l’équipe en matière de passes décisives chez les Libertadores, suivi de Raphael Veiga. Mais le meilleur buteur de l’équipe dans la compétition est le nouveau venu Artur, arrivé cette année, et il attaque généralement la zone avec un bon positionnement pour profiter de la concentration de la défense sur les autres athlètes.

Une équipe intense, objective et forte, qui a atteint cinq des six dernières demi-finales, a remporté deux titres et est devenue la plus forte de la compétition, une condition qui était autrefois pour Boca une épine dans le pied. Il est temps de prouver sur le terrain que la donne a changé.

Les prochains matchs de Fluminense :

  • International (C) : 27/09, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores

  • Cuiaba (F): 30/09, 18h30 (heure de Brasilia) – Brésilien

  • International (F): 10/04, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores

Prochains matchs internationaux :

  • Fluminense (F): 27/09, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores

  • Atlético-MG (C): 30/09, 21h (heure de Brasilia) – Brésilien

  • Fluminense (C) 10/04, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores

Matchs à venir de Boca Juniors :

  • palmiers (C): 28/09, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores, diffusé en direct sur ESPN sur Star+

  • Rivière Plate (C) : 01/10, 14h (heure de Brasilia) – Championnat d’Argentine, diffusé en direct sur ESPN sur Star+

  • palmiers (C) : 10/05, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores, diffusé en direct sur ESPN sur Star+

Les prochains matchs de Palmeiras :

  • Boca Juniors (F): 28/09, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores, diffusé en direct sur ESPN sur Star+

  • Red Bull Bragantino (F): 01/10, 18h30 (heure de Brasilia) – Brésilien

  • Boca Juniors (C) : 10/05, 21h30 (heure de Brasilia) – CONMEBOL Libertadores, diffusé en direct sur ESPN sur Star+