AvideceWopyBalab

Depuis plus d’une décennie, le Manchester City poursuit le titre sans précédent de Ligue des champions. Faisant partie des favoris cette saison, le club anglais est quasiment assuré en demi-finale après avoir battu le Bavière au match aller 3-0. Les équipes s’affrontent lors du match retour des quarts de finale, ce mercredi (19).

En 2008, City est racheté par une holding aux Emirats Arabes Unis et commence à investir massivement dans des renforts renommés pour transformer un modeste club en une puissance en Europe. L’un des joueurs embauchés au début du projet était l’arrière gauche Sylvinho, multichampion avec Barcelone entre 2004 et 2009, qui n’a pas renouvelé son contrat au Camp Nou.

Le Brésilien, qui avait dit au revoir au Barça après une saison de rêve sous la direction de l’entraîneur Pep Guardiola, a accepté le défi d’atteindre un nouveau projet en Angleterre après avoir « devenu champion de tout » en Espagne.

« J’étais en forme et je prenais bien soin de moi, mais c’est le recyclage, le temps et Barcelone a compris que c’était fini. Je me suis retrouvé avec un triplé (La LigueChampions et Coupe du Roi), c’était intéressant et le meilleur moment de ma carrière. C’était la première année de Guardiola en tant qu’entraîneur, qui n’avait même pas 40 ans. Il est décalé et extraordinaire », a-t-il déclaré au ESPN.com.br.

Sylvinho a vécu en Catalogne et s’est entretenu dans un hôtel avec le directeur de la ville de l’époque, Mark Hughes, qui jouerait dans quelques jours le trophée Joan Gamper contre Barcelone.

« J’y suis allé parce que je me voyais comme un athlète gagnant et ma réputation est que je suis un gars poli et loyal. La vie m’a récompensé. Il m’a dit : ‘Je veux un gars comme toi dans mon vestiaire et je veux changer . Nous voulons construire. ‘ », a déclaré.

A 34 ans, le Brésilien n’a disputé qu’une saison en Angleterre avant de raccrocher les crampons : il a disputé 15 matchs et marqué un but. « C’était la fin de ma carrière et le rythme de la Premier League était très lourd. J’ai retrouvé Patrick Vieira, un gars extraordinaire, et nous avons souffert à l’entraînement et dans les matchs », a-t-il révélé.

A cette époque, City cherchait encore une structure digne d’une puissance en Europe pour lutter de front contre l’autre équipe de Manchester, qui traversait une belle phase et alignait les titres.

« C’était un autre moment parce que United l’emportait sur City, qui avait une situation inférieure. Après qu’ils aient commencé à s’équilibrer, la rivalité a beaucoup augmenté », a-t-il expliqué.

« J’ai vu la philosophie du club et j’ai vu qu’ils allaient très bien. Ils faisaient un excellent centre de formation à l’époque. Vous ne gagnez pas autant de titres sans une grande planification. Ils ont maintenu un plan au fil des ans. « .

Sylvinho a vu de près cette mentalité des dirigeants du club. Même après avoir occupé la cinquième place de Premier League lors de la saison 2009-2010 et perdu la place de la Ligue des champions au profit de Tottenham, le travail de l’entraîneur Roberto Mancini, embauché en milieu de saison, a été maintenu.

« Je me souviens que la conversation dans les vestiaires avec le conseil d’administration et Mancini était du plus haut niveau. Tout le monde était triste à la fin du championnat de ne pas avoir atteint la Ligue des champions, mais (la conversation) était sereine et calme. Au fil du temps, J’ai compris que la conversation montrait que la planification était là. Le club a pris de grandes proportions même sur la scène européenne ».

Depuis lors, City a remporté un certain nombre de titres, dont la Premier League, la FA Cup et la Coupe de la Ligue. Sylvinho parie que Guardiola est le bon entraîneur pour remporter la Ligue des champions rêvée.

« C’est l’une des grandes équipes du football mondial, bien gérée et avec de très bons joueurs. C’est organisé comme l’entraîneur aime. Les gens ne comprennent pas quand Guardiola dit qu’il se soucie de la partie défensive. Les gens ne se soucient que de la possession du ballon. ballon. Je le vois commenter comment savoir défendre et il concède peu de buts. Il travaille beaucoup sur cet aspect et a l’ADN pour jouer. Un jeu très positionnel et avec des athlètes qui comprennent ses idées. C’est presque toujours le l’équipe qui encaisse le moins de buts et que faites-vous d’autre ? »