AvideceWopyBalab

Le monde fantastique est composé de personnages qui ont vécu de grandes aventures. Hercule, Robin des Bois, Mulan, Don Quichotte… la liste est longue. Gualberto Luiz da Silva Junior ne figure pas dans un tel univers, ni n’en fait partie. Mais si le domaine sportif envisageait de tels héros, Gualberto serait certainement répertorié.

« J’ai eu un accident sur le terrain et j’ai besoin de votre aide. Malheureusement, je n’ai pas eu de club pour jouer pendant un certain temps et j’ai commencé à jouer pour des équipes de plaine. J’ai eu un accident sur le terrain, j’ai été transporté à l’hôpital. J’ai pris un coude, dans lequel j’ai eu une dépression dans l’os du visage qui affecte ma vision ».

L’histoire, écrite en Instagram L’expérience personnelle de Gualberto – mais véritablement tapée par sa femme, puisque l’incident a endommagé la vue de l’athlète – représente le début d’un nouveau chapitre dans la longue liste déjà existante de la relation entre l'(ancien ?) joueur et le football.

Relation pas toujours positive, disons.

« Comme je ne trouvais pas d’endroit pour jouer professionnellement, j’avais joué un peu dans les plaines inondables le week-end. J’avais joué le matin et ensuite je suis allé jouer un championnat à Morumbi, à Vila Rebouças. Il y a eu un mort dans le match, malheureusement, dans un geste stupide ».

« Mon coéquipier a fini par me frapper l’œil avec son coude. Et c’était dans mon bon œil, que je voyais — dans l’autre j’ai fini par perdre ma vision périphérique et je vois plus ou moins 50 % tout seul. Quand il a bien compris, tout le monde a dit que je devais prendre un point, mais je n’étais même pas inquiet à ce sujet », a rapporté Gualberto, dans une interview exclusive avec Gazeta Esportiva.

Mais attendez. « Bon oeil »? Rembobinons.

Allées et venues Tout a commencé dans les catégories de base de palmiers. Gualberto a eu du temps à l’Académie : c’était presque 10 ans là-bas et il est passé par tout ce qui chante : catégories jeunes, équipe B, professionnel. Chez les juniors, il a involontairement mangé de la viande de chien lors d’un tournoi avec Verdão en Corée du Sud. Par la suite, il a reçu une télévision en cadeau du gardien Marcos en 2010, a été prêté à ABC et Oeste, a finalement quitté le club en 2012. Histoire ? Il doit donner et vendre.

Après avoir été renvoyé de Verdão, la réalité de la plupart des athlètes brésiliens a frappé à la porte : Gualberto a tourné, tourné et traversé plusieurs clubs au Brésil.

Penapolense, América-MG, Criciúma, Botafogo-SP, Nacional, Joinville, Ferroviária, Ituano, Portuguesa Santista, Paysandu. Pas forcément dans l’ordre chronologique, puisque c’est dans l’équipe du Pará que s’est déroulé un autre chapitre de la relation conflictuelle avec le sport.

En 2017, alors qu’il défendait Paysandu, Gualberto a subi un décollement de la rétine à l’œil droit.

Le résultat? Perte de la vision périphérique – qui blesse invariablement Gualberto, 33 ans, techniquement. La conséquence finale a été une difficulté encore plus grande à trouver un club professionnel pour poursuivre sa carrière, finalement – et Várzea est donc apparu comme une alternative.

Dimanche dernier, l’incident décrit précédemment s’est produit. Désormais latéral gauche, Gualberto s’est pris un coude pendant le match et, dès lors…

Voir cette photo sur Instagram

Une publication partagée par Junior Silva (@gualjr)

Le drame a pris le dessus « Quand je suis arrivé chez l’ophtalmologiste, j’ai commencé à me sentir mal et à m’évanouir. Le médecin a dit qu’il ne pouvait pas me voir tout de suite, il devait m’emmener à l’hôpital. Le plus proche était le (hôpital) Santa Catarina. Mon ami qui était avec moi m’a amené, mais à mi-parcours, j’ai encore empiré », a-t-il déclaré au rapport.

« Je suis arrivé à l’hôpital, j’ai reçu les premiers soins et ils ont dit que je ne répondais pas, à moitié évanoui. Je me souviens juste que le médecin a dit que je devais intuber. Ils ont fait une tomographie et le résultat a été une blessure au visage qui pouvait altérer ma vision, je pouvais avoir une vision double. J’avais besoin d’une intervention chirurgicale, mais le fait est que cela coûte 50 000 R$ », a-t-il ajouté.

« J’avais économisé de l’argent, mais ce n’était même pas près de ça. Mes parents et moi essayions de trouver un hôpital SUS pour le rendre moins cher. Nous sommes dans une impasse »

Au risque d’altérer davantage sa vue pendant l’attente, Gualberto et sa famille ont décidé d’agir. Ils ont raconté l’affaire sur les réseaux sociaux et l’idée était de lever un ‘crowdfunding’, en ligne, pour aider aux frais de l’opération.

La valeur, ou du moins une grande partie de celle-ci, a été collectée. Gualberto n’était pas exactement sûr, mais il a eu l’aide d’amis pour régler le paiement initial et commencer le processus chirurgical, qui a eu lieu mardi dernier (18).

La tentative de faire connaître l’incident sur les réseaux sociaux consistait à solliciter l’aide des nombreux clubs où Gualberto s’est rendu et a recueilli des histoires. Rien fait cependant.

« Un de mes amis a appelé plusieurs clubs pour lesquels j’ai joué, mais personne ne m’a contacté. Certains (équipe) m’ont peut-être aidé avec une certaine valeur, mais je ne peux pas dire. Je n’ai eu de contact avec aucun club », a-t-il révélé.

Qu’est-ce qui nous attend? Dans tous les cas, l’accent est maintenant mis sur la récupération et le passage aux prochains chapitres de sa relation avec le football. Gualberto garantit cependant qu’il n’agira plus de manière professionnelle – le traumatisme psychologique est trop présent pour être ignoré. Peu à peu, le livre touche à sa fin.

« Honnêtement, je pense qu’il est très difficile de parler de football en ce moment. C’est quelque chose que j’aime, ma joie. Mais ce désespoir que j’ai traversé sans le voir a été l’un des pires moments de ma vie. Professionnellement, je ne rejouerai certainement pas. S’il revient, ce sera dans la plaine inondable ou juste pour le plaisir. Je ne peux plus me le permettre », a finalement déclaré Gualberto.

Les prochains matchs de Palmeiras

  • Cerro Porteño-PAR (C) – Jeudi (20/04), 21h – CONMEBOL Libertadorestransmis par ESPN pas d’étoile +

  • Vasco (F) – domingo (23/04), 16h – Brasileirão

  • tombense (F) – Mercredi (26/04), 20h – Coupe du Brésil