AvideceWopyBalab

Lors d’une conférence de presse tenue ce mardi (18), le parquet de Goiás a annoncé que six matchs de la Championnat du Brésil de 2022 sont sous l’objectif de la Opération « Penalidade Máxima », qui enquête sur le trucage de matchs dans le football brésilien.

Selon les informations publiées par le promoteur Fernando Cesconetto, du ministère public de Goiás, les montants variaient entre 50 000 R$ et 60 000 R$ pour chaque athlète. Les noms n’ont pas été révélés et aucun athlète n’a été arrêté jusqu’à présent. De plus, la participation d’autres joueurs n’est pas exclue.

Voici tout ce que nous savons sur l’enquête.

Quels sont les matchs de Série A do Brasileirão suspectés de manipulation ?

  • palmiers 2 x 1 Jeunesse – 10/09*

  • Santos 1 x 1 Hawaii – 05/11 – (athlète Santos coopté pour recevoir un carton jaune)

  • Red Bull Bragantino 1 x 4 Amérique-MG – 05/11 – (recrutement de l’athlète de Bragantino pour prendre le jaune)

  • Goias 1 x 0 Juventude – 11/05 – (deux joueurs Juventude incités à recevoir des cartons jaunes)

  • cuiaba 1 x 1 Palmeiras – 11/06 – (joueur de Cuiabá incité à recevoir un carton jaune)

  • Botafogo 3 x 0 Santos – 10/11 (joueur coopté pour être expulsé)

*Un athlète sous enquête, tout en se conformant aux mandats, a fini par avouer avoir participé à un autre match, le 09/10, entre la Juventude et Palmeiras (également pour recevoir le jaune).

Qui sont les joueurs soupçonnés de manipulation au Brasileirão et à l’Estaduais ?

Le ministère public ne divulgue pas les noms, mais Victor Ramos, ancien joueur de Vasco e Palmeiras, s’est fait saisir son téléphone portable. L’athlète de 33 ans a été retrouvé ce matin à son domicile, à Chapecó, et amené à témoigner. Cependant, il continue à s’entraîner normalement.

Kevin Joel Lomónaco, défenseur du Red Bull Bragantino est un autre suspect. Des policiers du Bataillon de choc de la police militaire et du Groupe d’action spécial de lutte contre le crime organisé (Gaeco) ont signifié un mandat de perquisition au domicile de l’athlète. L’information a été publiée par le journal « Em Pauta ».

Selon « globoesporte.com », l’arrière gauche Igor Cariús, de Sport, et le milieu de terrain Gabriel Tota, anciennement de la Juventude et actuellement à Ypiranga-RS, font partie des personnes enquêtées.

Toujours selon le député de Goiás, les suspects viennent de différentes régions du Brésil. Ce mardi, ont été recherchés :

  • Goiás – 1 athlète enquêté

  • Rio Grande do Sul – 3 athlètes enquêtés

  • Santa Catarina – 2 athlètes enquêtés

  • Rio de Janeiro – 1 enquêté (non-athlète)

  • Pernambuco – 2 athlètes enquêtés

  • São Paulo – 10 mandats de perquisition et saisie et 3 arrestations

Des footballeurs ont-ils été arrêtés ?

Pas de joueurs emprisonnés, seulement des personnes impliquées dans le traitement des demandes. Il y avait trois mandats d’arrêt à São Paulo, mais uniquement pour des non-athlètes.

Des grenades assourdissantes ont été saisies dans un mandat d’arrêt à São Paulo pour des armes à feu à une autre adresse, également à São Paulo. Il y avait aussi un acte d’armes à feu sans enregistrement approprié.

Les athlètes ou les recruteurs peuvent être inculpés via le statut du fan et peuvent également être tenus responsables du crime de blanchiment d’argent, le cas échéant. Selon le Fan Statute, la peine varie de 2 à 6 ans de prison.

Qu’est-ce que les joueurs ont fait pour manipuler les matchs ?

Les athlètes et les suspects impliqués font l’objet d’une enquête pour manipulation des manières suivantes : réception de cartons jaunes ou rouges, commission d’un penalty, garantie d’une défaite partielle en 1ère mi-temps, nombre de corners, etc.

Qu’ont dit les clubs des joueurs impliqués ?

Chapecoense et Red Bull ont publié des notes sur les joueurs enquêtés.

« Le club a une tolérance zéro pour toute attitude qui pourrait nuire à l’adéquation du sport et aller à l’encontre des valeurs et de la dignité de tous ceux qui portent les couleurs du Red Bull Bragantino. Nous sommes à la disposition des autorités pendant l’enquête et traiterons en interne avec la situation juridique de l’athlète », a déclaré l’équipe de Bragance.

« En ce qui concerne « l’opération peine maximale » et l’exécution du mandat qui s’y rapporte à Chapecó – impliquant un joueur du club – l’association alviverde renforce son soutien et, principalement, la confiance dans l’intégrité professionnelle de l’athlète. Compte tenu de les enquêtes, le club souligne son engagement à collaborer pleinement avec les autorités et à offrir tout le soutien et les informations nécessaires à l’enquête et à la clarification de l’affaire ».

Quelles sont les prochaines étapes de l’enquête ?

Selon le député de Goiás, les autorités vont maintenant rassembler le matériel collecté dans 6 États concernés, avec des dizaines d’appareils électroniques saisis, analysant tout et procédant à des interrogatoires. Après avoir analysé les preuves, les prochaines étapes seront évaluées.

Sur quoi enquête l’opération « Pénalité maximale »

L’enquête sur l’opération « Pénalité maximale » souligne que des groupes criminels ont convaincu les joueurs, avec des propositions allant jusqu’à 100 000 R$, de commettre des enchères spécifiques dans les matchs et ont fait le profit des parieurs sur les sites Web de la branche.

Un joueur coopté, par exemple, aurait pour « rôle » de commettre un penalty, de recevoir un carton ou encore de collaborer pour construire le résultat du match – généralement une défaite pour son équipe.

Les premières plaintes entendues par l’opération sont survenues fin 2022, lorsque le milieu de terrain Romário, alors joueur de Vila Nova (GO), a accepté 150 000 R$ pour commettre un penalty contre le Sport, dans un match valable pour la Série B do Brasileiro.

À l’époque, l’athlète empochait immédiatement 10 000 R$ et ne gagnait le reste que si le plan fonctionnait. Romário, cependant, n’a même pas été inclus dans le match, ce qui a gâché l’idée.

L’histoire est parvenue à Hugo Jorge Bravo, président de l’équipe de Goiás et également policier militaire, qui a recherché des preuves et les a remises au ministère public de l’État. Dès lors, l’opération « Peine maximale » a été créée pour enquêter sur les preuves et les soupçons à ce sujet.

Dans la première plainte, il y avait des soupçons de manipulation dans trois matchs de Serie B, mais les derniers événements ont amené les enquêteurs à croire que le problème était national et s’était produit dans les championnats d’État et également en première division brésilienne.

Outre Romário, sept autres joueurs ont été dénoncés par le ministère public pour avoir participé au système de matchmaking : Joseph (Tombense), Mateusinho (ancien Sampaio Corrêa, aujourd’hui à Cuiabá), Gabriel Domingos (Vila Nova), Allan Godói (Sampaio Corrêa ), André Queixo (ancien Sampaio Corrêa, maintenant avec Ituano), Ygor Catatau (ancien Sampaio Corrêa, maintenant avec Sepahan, en Iran) et Paulo Sérgio (ancien Sampaio Corrêa, maintenant avec Operário-PR).