AvideceWopyBalab

 

Quand la VAR met le foot KO

Préambule

 

La dernière soirée de Ligue 1 a vu le PSG l’emporter sur Angers 2-1 suite à un pénalty victorieux de Kylian M’bappé. Jusqu’ici rien d’anormal. Problème : L’épilogue de ce match a une nouvelle fois été entaché d’une erreur d’arbitrage. Oui, une énième erreur. A la fin du match, les Angevins se sont sentis lésés…et il y a de quoi !

Romain Thomas, défenseur central et capitaine du SCO, est monté au créneau. Une réaction à chaud, pleine de sincérité. Son entraîneur Gérald Baticle, pourtant peu enclin à critiquer l’arbitrage généralement, lui a emboîté le pas. Toujours la même question revient : comment cela se fait-il que, malgré la VAR, ces erreurs se produisent toujours ?

L’éternel débat

Quand la VAR met le foot KO

La VAR est un éternel débat et aujourd’hui, on a la sensation que le sujet a peu avancé. Les critiques fusent avec insistance, à juste titre. Manque d’uniformisation (entre les compétitions, dans l’interprétation), de compétences, longueur des temps morts… tout y passe. Chaque action est décortiquée, analysée dans tous les sens, pendant et après les matchs, ce qui débouche sur d’interminables débats. Les arbitres ont la pression on le sait. Cet outil était censé les aider grandement et les libérer quelque peu. Au jour d’aujourd’hui, force est de constater que l’échec est bien réel.

Non seulement la VAR ne les aide qu’à moitié mais en elle devient aussi inhibitrice dans certaines situations où un stade tout entier semble pendu au sifflet de l’homme en noir. De plus, l’outil anihile leur instinct primaire et leur fait prendre des décisions parfois contre nature. Des exemples il y’en a eu à la pelle malheureusement. A contrario, j’ai constaté que les cadors du sifflet (ils sont peu nombreux mais il y’en a) réalisent toujours de très bons matchs, VAR ou pas. Pourquoi ? Tout simplement car ils ne l’utilisent quasiment pas. Ils se fient, encore et toujours, à leur instinct. Et avec une franche réussite.

Les détracteurs ne sont plus là

 

Le principal problème est l’absence de poids face à la VAR. Malgré les traditionnelles contestations et débats d’après match, la FIFA ne fera pas machine arrière. En effet, aucune personnalité publique de choix ose s’interposer. Quant il fût à la tête de la plus grande instance du football, Michel Platini était totalement opposé à ce projet. Bernard Tapie l’était également. Malheureusement aujourd’hui, l’un fait l’objet d’une enquête, et l’autre nous a récemment quitté…

Pourtant, on ne peut pas dire que Michel Platini ne connaît pas le Football. Il en fût une légende et ses avis, ses mots comptent.

Quand la VAR met le foot KO

Quelles solutions ?

 

La VAR n’est plus incontestable aux yeux du grand public. Le large plébiscite a laissé la place au doute. Alors désormais, il serait temps de changer les choses, ajuster quelques règles, pour que cela ne pollue plus les matchs. Cela semble possible. Alors qu’attendent-ils ?

Personnellement, je n’ai jamais été en faveur de cette assistance vidéo. Je sentais que cela allait tuer le foot. Il y’a eu des erreurs et c’est comme ça. Il y’en aura toujours. C’est humain. Le football n’est pas le rugby et le rapport à l’arbitrage y est totalement différent. Aujourd’hui, on cherche à « robotiser » le football mais je ne suis pas certain que cela soit la solution. Je ne prétends pas avoir la science infuse. Je peux me tromper. Mais comme beaucoup je pratique du football et je pense qu’il était d’abord nécessaire de « serrer la vis » sur certains points (protestations, rapport capitaine – arbitre) bref d’aider les arbitres à se faire respecter. Avec une assistance vidéo encore en rodage, la confusion est de mise et les joueurs s’engouffrent dans cette brèche, usant au maximum de leur pression.

Le monde du football espère que la VAR va réussir à clarifier les choses et à convertir ses plus fervents détracteurs, moi y compris :)