AvideceWopyBalab

Les comptes de Santos continuent d’inquiéter le Conseil de Surveillance du club. Le club noir et blanc a présenté un déficit de 10 256 212,00 R$ au deuxième trimestre 2023, tel que présenté dans le bilan comptable trimestriel, obtenu par rapport. La prévision prévoyait un déficit de 6 370 546,00 R$, soit une différence nominale négative de 3 885 666,00 R$.

Alvinegro Praiano a terminé le mois de juin avec une dette totale de 698,8 millions de R$, 361,6 millions de R$ à court terme et 337,2 millions de R$ à long terme. En échange, l’équipe doit recevoir 283,3 millions de R$, 94,5 millions de R$ à court terme et 188,7 millions de R$ à long terme.

Par conséquent, la Fortune de Santos est négative à 415,470 millions de R$, par rapport à la valeur de – 404 millions de R$ à la fin de 2022 (tous deux dans une situation de passifs non couverts).

Dette avec Rueda

Santos doit encore environ 23 851 883,72 R$, selon toutes les corrections fiscales, au président Andres Rueda, qui termine son mandat à la fin de cette année.

L’agent a contribué, en 2020, à régler une condamnation de la FIFA déposée par Hambourg, en Allemagne, concernant la négociation du défenseur Cleber Reis.

À l’époque, Rueda, qui était encore candidat à la présidence de Peixe, avait prêté environ 16 millions de reais au club. Depuis, la valeur a été mise à jour mensuellement selon le taux Selic et comprend les corrections nécessaires relatives à une amende de 5 % et des intérêts de 1 % par mois.

Évaluation du conseil d’administration

Le Conseil budgétaire de Santos a exprimé son inquiétude quant à la situation financière. L’organisme a affirmé que le club dépense plus qu’il ne gagne et a souligné que le déficit du trimestre n’a été que plus important en raison de la victoire dans un ancien procès intenté contre l’autorité fiscale nationale, de l’ordre de 44 millions de reais.

L’entité a également demandé un changement de position par rapport aux mouvements de Peixe sur le marché du football. L’idée est d’implémenter des exigences de performance sportive dans les contrats avec les dirigeants du football, les comités techniques et les joueurs. Ainsi, si les entrepreneurs n’atteignent pas un certain nombre, les contrats peuvent être résiliés sans payer d’amendes ni d’indemnisation.

Par ailleurs, le Conseil de Surveillance s’interroge sur le nombre élevé d’athlètes engagés, « certains aux capacités douteuses ». Il s’agit d’imiter le « modèle utilisé par les clubs les plus performants du monde », c’est-à-dire d’apporter moins de renforts, mais de meilleure qualité et à des coûts légèrement plus élevés.

« Le manque de réussite dans notre activité principale, le football, se traduit par notre déclin sur la scène nationale. Tant que nous ne traiterons pas les dépenses liées au football comme un investissement, nous nous retirerons de manière systémique, ce qui entraînera une diminution croissante de notre visibilité sur la scène footballistique nationale et internationale et une baisse de nos revenus », a souligné le CF.

Enfin, l’organisation s’est plainte de la vente de certains joyaux du club, comme Ângelo et Deivid Washington. Chacun des assaillants a été vendu pour 15 millions d’euros, tant au Chelsead’Angleterre.

« Nous avons une valeur de masse salariale engagée pour l’année prochaine, les excédents obtenus en 2021 et 2022 et éventuellement ceux qui seront obtenus en 2023 étaient dus à la vente, brûlant le stock de nos promesses, ce qui a contribué à réduire la dette, mais les ventes ont eu lieu. de telle manière que l’acheteur, connaissant notre fragilité et nos besoins, payait ce qu’il voulait, il était clair que nos concurrents négociaient leurs promesses pour des valeurs supérieures aux nôtres », a conclu le Conseil de Surveillance.