Restons connectés

Récits

Le foot et la langue Quechua unies au Pérou

Écrit par 15 juillet 2019

Ce n’est pas la première fois que l’on met en relation le foot et la langue, ce sport qui est un langage universel… mais rarement le football a pu aider une langue en danger.

L’édito décalé

L’art et la manière de gérer un mercato

Par Mounir Mezouar

Avec l’ouverture du mercato, les clubs s’empressent tous de partir à la recherche du joueur clé pour se renforcer, tous… Sauf un.

Le mercato a ouvert ses portes, et les fans de football sont tous unanimes en disant que c’est une question de timing, qu’il faut se dépêcher de ratisser les meilleurs affaires avant de ne plus en avoir la possibilité et de se retrouver dans l’urgence à recruter un joueur qui n’a été que très peu supervisé (Mitroglou on pense à toi).  S’il l’on doit faire un premier bilan en Ligue 1, le PSG a joué malin avec Bakker en arrière gauche, Herrera pour combler le départ de Rabiot, tandis que Sarabia vient apporter une touche technique au milieu. Lyon n’a pas chômé non plus en se renforçant à tous les postes, et le dernier mauvais élève reste l’habitué du fond de la classe. Je parle bien sûr de l’Olympique de Marseille, sous couvert de problèmes financiers, le président marseillais esquive semaine après semaine les questions sur des éventuelles recrues là ou d’autres sont déjà parvenus à se tirer de ce mauvais pas. Le LOSC était dangereusement dans l’œil du cyclone il n’y a même pas une saison ce qui ne les a pas empêché de se renforcer et de gratter une qualification en C1 la saison suivante. Même son de cloche pour l’AC Milan qui est parvenu à recruter tout en ayant le fair-play financier sur le dos, idem pour City et toujours pareil pour le PSG.

Un manque évident de finesse, de flair, ou encore d’un peu de vice (qualité essentiel dans cet environnement), visiblement la direction marseillaise manque de bouteille, et se fait lentement mais sûrement tourner en bourrique par tous le gratin européen, déjà au courant que le club phocéen doit vendre dans l’urgence, pas la meilleure des infos à laisser filer avant de s’asseoir à la table des négociations. Tout le monde connaît la fable du Lièvre et de la Tortue, la précipitation n’amène à rien de bon, et le président de l’OM serait bien avisé de se mettre à recruter et essorer son effectif avant de devoir être obligé de faire venir tout et n’importe quoi le dernier jour de mercato. Pas sûr que le public marseillais accepte un grantattakan comme Nolan Roux ou Beric la veille du mois de septembre.

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Populaire

Retour