« À travers la passion » est une émission de football durant laquelle je m’entretiens et je débats avec un supporter d’un club précis afin qu’il nous parle de sa passion. La naissance de sa passion, son évolution avec le temps, ses souvenirs tristes et joyeux,…

Dans ce treizième épisode, on part dans l’Ouest de le France, dans une ville dite bretonne mais qui en terme politique ne l’est pas. Oui, on part à Nantes pour parler du FC Nantes avec Arthur, joueur Football Manager pour le FCN e-sport.

La naissance d’une passion est souvent liée à la famille, il s’agit de notre cercle le plus proche et c’est de là qu’est née l’amour du FCN à Arthur. Du côté de son père et avant cela, de sa grand-mère, fervente supportrice allant régulièrement au stade.

Vivant dans la région nantaise, c’est plus simple, pour lui, de suivre les matchs, abonné pendant 10 ans en Tribune Loire, il en a vu passé des matchs et des souvenirs. Son meilleur souvenir à la Beaujoire c’est la remontée du club dans l’élite du football français en 2013 après 4 longues années dans l’anti-chambre. Une dernière victoire contre Sedan avant de retrouver notre bonne Ligue 1.

Ses pires souvenirs sont à l’inverse les relégations, surtout la première en 2007 après 44 années consécutives dans l’élite, ce qui constituait un record, battu en 2018 par le PSG. Il y a également un autre souvenir traumatisant, c’est la finale de la Coupe de la Ligue 2004 contre Sochaux avec la, désormais mythique, panenka ratée de Michaël Landreau.

Ce club ne serait surement rien sans ses supporters. L’ambiance de la Beaujoire est très régulièrement placée dans les meilleurs de France, à juste titre. Cette ferveur s’étant accentuée énormément durant les années en Ligue 2, où l’attente des supporters était énorme. Cela fera grimper l’affluence moyenne du stade mais aussi fera évolué le public nantais amenant davantage de jeunes par rapport aux années 1990. La création de la Brigade Loire en 1999 y jouera aussi beaucoup.

Ce stade est indissociable du club, nous l’avons bien vu lors des annonces du projet YelloPark, le potentiel futur stade du FC Nantes. Les réactions nantaises étant pleine de haine et de cette volonté de rester dans leur stade, si représentatif de leur âme et de leur histoire. Ce changement de stade aurait été une volonté de supprimer ces points, si important dans notre football.

Ces supporters ont surement tous vécu un moment dramatique très récemment, le 31 Janvier 2020, quand le FC Nantes s’incline 3-2 contre le rival, le Stade Rennais FC après avoir mené 1-2 à la 90′. Un souvenir horrible avec la possibilité ratée de gagner à Rennes pour la première fois depuis le 29 Septembre 2013.

Ce derby, bien que moins important depuis quelques années au vu de la différence de niveau entre les deux clubs, reste historique et local, un vrai derby breton. De la haine, de la rage de voir leur rival atteindre la Ligue des Champions quand Nantes ne l’a plus connu depuis 20 ans.

De la haine, c’est ce que l’on voit le plus dans le football mais la tristesse est le plus grand sentiment qu’il puisse y avoir dans ce sport. En Janvier 2019, quand on apprend la disparition d’, c’est tout un peuple qui est sous le choc. Un joueur si exemplaire, si aimé, si amoureux du maillot qui s’en va si tragiquement, alors qu’il était à la conquête de son rêve. Le match contre l’AS Saint-Etienne est le symbole de cette émotion, entre les hommages à l’entrée des joueurs, à la neuvième minute et même durant tout le match. Une légende nantaise, non pas par son nombre de buts ou son nombre de matchs mais par son histoire dramatique et son amour du maillot jaune et vert.

L’avenir du FC Nantes peut paraître sombre. Sans titre depuis le 19 Juillet 2001, le club doit repartir à la conquête de trophées. Mais pour cela, il faudra du temps, de la stabilité dans un projet à long terme, qui pourrait être aidé par un parcours en Coupe de France. Cela permettrait à la magie nantaise de revenir et de relancer la machine. Cette saison, malgré toutes les nouvelles forces de notre championnat, le club peut tenter de viser un TOP 7 et d’espérer en cette belle épopée dans le coupe de tous les possibles.

Pendant près de 45 minutes, partez, avec nous, dans un club si prestigieux en quête de sa gloire passée.

Vous pouvez retrouver ce podcast sur l’ensemble des grandes plateformes de streaming (Anchor, Spotify, Apple Podcasts, Google Podcasts, Breaker, RadioPublic & PocketCasts)

Ginodcast

Etudiant en communication, supporter de l'OM et surtout podcasteur à mon temps perdu. Mon envie est de vous faire vivre le football et l'amour des clubs par la voix.