Restons connectés

PKFoot

4e journée de L1 : le Prix Citron pour Girard père et fils

Les prix de la Ligue 1

4e journée de L1 : le Prix Citron pour Girard père et fils

PKFoot distribue ses prix pour la 4e journée de Ligue 1 afin de récompenser ou dénoncer des joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters… Pas question cependant de primer le meilleur et le pire mais plutôt de se pencher sur quelques faits de jeu ou déclarations qui symbolisent la beauté du foot (prix Orange), ses boulettes (prix Banane) mais aussi toutes les dérives qui font malheureusement partie de ce sport : l’agressivité ou l’anti-sportif (prix Citron), l’individualisme ou l’ego (prix Melon).

Prix Citron : l’expulsion des Girard

L’arbitrage peut souvent porter à débat, ce qui ne veut pas dire que l’homme au sifflet se trompe. Et même si c’est le cas, cela fait partie du jeu, on peut le regretter mais le staff technique devrait savoir garder son calme au bord du terrrain. Dans ce Monaco-Lille, pas de but litigieux, ni de pénalty, ni de carton rouge… aucune décision capitale n’a fait fait débat. Cela n’a pas empêché Nicolas Girard, le fils et l’adjoint de René, de s’emporter et de retourner au vestiaire… imité quelques instants par son père qui n’avait pas apprécié. Si l’on peut peut-être y voir un excès de zèle de l’arbitre, l’agressivité permanente de certains techniciens ne montre vraiment pas le bon exemple.

Je me suis fait expulser car j’ai demandé à M. Ennjimi pourquoi il avait exclu mon fils. J’ai eu la politesse de poser la question. Il s’est payé un trophée Girard à deux têtes.
René Girard, complexé

Prix Banane :

Décidemment, il se passe toujours quelque chose quand Stéphane Ruffier affronte Zlatan. Lors des dernières confrontations entre les deux équipes, le gardien stéphanois a souvent été à la parade et il s’était même pris un coup de pied du géant suédois, expulsé il y a deux ans. Cette fois, le dernier mot est revenu au Parisien, bien aidé par le premier coup de pouce de l’international français qui a manqué son contrôle et laissé le ballon entrer dans ses propres cages.

Prix Orange :

Caennais d’origine et formé au club, Benoît Costil a eu un petit mot pour son club en tant que Normand suite à la victoire rennaise : « je suis désolé pour eux. Ça ressemble à un braquage parce que ça aurait pu faire 1-0 pour Caen sans problème », a déclaré le gardien sur BeIN Sports. Un hold-up alors que Caen jouait à dix depuis la demi-heure de jeu et a tout de même posé beaucoup de problèmes aux Bretons. L’entraîneur Philippe Montanier, formé à Caen lui aussi, a d’ailleurs fait le même constat sur le plateau de BeIn Sport dimanche soir.

4e journée de L1 : le Prix Citron pour Girard père et fils

Prix Melon : Jean-Michel Aulas

Depuis le début de saison, l’OL n’est pas à la fête surtout à cause de son élimination humiliante en coupe d’Europe contre une modeste équipe roumaine et sa défaite à domicile contre Lens. Après le barrage de l’Europa League justement, le président lyonnais s’en est pris non pas à son nouvel entraîneur, Hubert Fournier, non pas à l’ensemble de son effectif mais à un seul joueur, . Sans débattre des performances de l’ancien valenciennois, fustiger publiquement un joueur est un cruel manque d’élégance. A Metz dimanche après-midi, Danic est resté assis sur le banc, pourtant Lyon a encore perdu. Si le bilan global de la présidence de Jean-Michel Aulas est exceptionnel, il devrait aussi se remettre en question sur certaines décisions récentes comme le recrutement de Yoann Gourcuff ou la gestion (puis le non remplacement) des cas Briand et Gomis par exemple.

Passionné de football, j'adore analyser et décortiquer le milieu du ballon rond (stratégie des clubs, tactiques des entraîneurs, performances des joueurs...) en essayant d'apporter un regard décalé et en provocant le débat.

... à lire dans Les prix de la Ligue 1

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour