AvideceWopyBalab

PKFoot distribue des prix après cette 16e journée de Ligue 1 2016/17 pour récompenser ou dénoncer des joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters… Pas question cependant de primer uniquement le meilleur et le pire mais plutôt de se pencher sur quelques faits de jeu ou déclarations qui symbolisent la beauté du foot, ses boulettes mais aussi toutes les dérives qui font malheureusement partie de ce sport : l’agressivité ou l’anti-sportif, l’individualisme ou l’ego.

Lopes et Ruffier en mode derby

Le gardien lyonnais et le portier stéphanois ont fait le show. Ils sont pour beaucoup dans le succès de leur club respectif contre Rennes et Guingamp (1-0). s’est employé sur 8 tirs cadrés adverses tandis qu’ pétait aussi le feu sur les 5 tirs cadrés rennais. Globalement, les deux équipes jouant à domicile ont souffert mais, avec de la réussite et un gardien imparable, ça suffit.

https://twitter.com/alex_indahouse1/status/808018594214846464

Pallois et Ounas sont désolants

Ok, y’avait déjà 0-3 et ça n’a pas changé grand chose. Mais le geste stupide de Nicolas Pallois qui attrape Bernardo Silva par le cou pour le jeter au sol a définitivement achevé les Girondins. Enfin, a voulu aussi y mettre du sien avec un tacle par derrière sur Sidibé qui lui a logiquement valu une expulsion. Résultat, Bordeaux s’est fait humilier à domicile et prend un sacré coup au moral avec cette deuxième défaite consécutive à la maison.

La L1 sous le brouillard

Dijon-Marseille (1-2) a été reporté puis disputé sous le brouillard. Mais que dire des spectateurs et téléspectateurs de Toulouse-Lorient (3-2) ? Dommage de ne pas avoir vraiment pu profiter d’un match aussi prolifique en raison du brouillard… Remarque, c’est peut-être aussi pour cela que ces deux matchs ont accouché de 8 buts, ne pas voir le ballon rend les arrêts du gardien un peu plus difficile… s’en fout, il a claqué son triplé même si personne ne l’a vu.

Les Parisiens boudent

Critiqués à juste titre pour leur début de saison moyen (au regard de la qualité et des moyens du PSG) et notamment pour leur désillusion en Ligue des Champions contre Ludogorets, les Parisiens n’ont rien trouvé de mieux à faire que de… boycotter la presse lors du match contre Nice (2-2). Non seulement ce n’est pas professionnel, mais en plus c’est aussi petite b***. On aurait préféré une attitude digne de la deuxième mi-temps parisienne contre Nice. Pas grave, on préfère entendre Lucien Favre parler de foot.