25e journée de L1 : Delort s’envole, Amalfitano régale

PKFoot distribue des prix après cette 25e journée de Ligue 1 2016/17 pour récompenser ou dénoncer des joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters… Pas question cependant de primer uniquement le meilleur et le pire mais plutôt de se pencher sur quelques faits de jeu ou déclarations qui symbolisent la beauté du foot, ses boulettes mais aussi toutes les dérives qui font malheureusement partie de ce sport : l’agressivité ou l’anti-sportif, l’individualisme ou l’ego.

Rennes trébuche face à Nice

Pour le compte de cette 25e journée, Nice en position de prétendant au titre affrontait le Stade Rennais, qui lui, semblait bien moins inquiétant sur le papier. Et pourtant, l’entame du match a démarré fort pour les Bretons, qui ont vu leur nouvelle recrue en provenance du nord, Morgan Amalfitano, ouvrir la marque. C’est suite à un très beau mouvement que le numéro 10 de Rennes place un subtil lob pour l’ouverture du score, avant que Giovanni Sio ne double la mise. Cependant, après une demi-saison exceptionnelle, ça aurait été mal connaître les Niçois que de penser que le match se finirait tranquillement. Donis pour son premier but de la saison, et Eysseric pour l’égalisation, permettent à Nice de s’en sortir convenablement avec le point du match nul.

Andy Delort en mode Olivier Atton

Beaucoup de gros cartons ont eu lieu ce week-end, et pour dire, on n’a presque pas reconnu notre Ligue 1 et ses airs de monotonie habituelle. Le plus gros représentant de cette métamorphose est sans aucun doute Andy Delort, qui semble avoir bien plus de faciliter à trouver le chemin des filets en France qu’au Mexique. Encore une fois, le néo-Toulousain s’est illustré avec un but, qui plus est un magnifique retourné acrobatique pour une victoire nette et sans appel des Pitchouns face à Bastia, ainsi qu’un doublé de Martin Braithwaite pour conclure la belle soirée des hommes de Pascal Dupraz. À noter côté Bastiais, deux cartons rouges (Cahuzac, Saint-Ruf) qui vont compliquer la situation des Corses pour aller gratter des points lors de leur prochain match contre… Monaco. RIP anticipé.

Monaco, Montpellier et Saint-Etienne mettent le feu

Comme dit précédemment, notre Ligue 1, qui ne nous a habitué à tant de tristes soirées sans jeu ni spectacle, nous a gratifié d’un véritable florilège de buts ce week-end. Ca commence à Geoffroy-Guichard, avec les hommes de Christophe Galtier qui se sont imposés 4 buts à 0 face aux Merlus. Premier but pour Jorginho pour sa première titularisation, Perrin, Veretout, et une belle frappe d’Hamouma pour venir enfoncer le clou devant des supporters encore dans l’euphorie du match contre Lyon. De son côté, Montpellier s’est refait la cerise en s’imposant 3-0 contre les Lorrains de Nancy. Un Boudebouz des grands soirs a mis le feu dans la surface adverse, tandis que Mbenza a parfaitement concrétisé ses occasions avec un joli doublé. Le meilleur pour la fin avec Monaco qui a littéralement écrasé le FC Metz sur le lourd score de 5 buts à 0 dans l’enceinte de Louis II. L’occasion pour Falcao de signer un doublé, tandis que le jeune confirme son statut de grand espoir du football français avec son premier triplé en Ligue 1.

Les frappes lourdes du week-end

Dans la course au titre, Paris se devait de prendre les trois sur la pelouse de Bordeaux, chose que les joueurs de la capitale ont parfaitement réussi. C’est au terme d’un match rondement mené que les hommes d’Unai Emery l’ont emporté 3-0, avec en bonus, une frappe bien lourde et puissante d’Edinson Cavani. Même son de cloche dans le nord de la France avec Lille qui rencontrait Angers. Si les Dogues se sont inclinés deux buts à un contre les Angevins, le Malien du Losc, Bissouma, s’est fendu d’une frappe surpuissante qui est entré en force dans les buts adverses. Dommage qu’il termine le match sur un carton rouge qui vient ternir sa performance globale.

Vous aimerez aussi

N'oubliez pas de nous suivre Facebook et Twitter