Restons connectés

35e journée de Ligue 1 : Paris pète les plombs, Thauvin voit triple

Les prix de la Ligue 1

35e journée de Ligue 1 : Paris pète les plombs, Thauvin voit triple

On est dans le sprint final de ce championnat de France et c’est une véritable lutte qui s’installe à tous les niveaux. Paris et Monaco se disputent le titre, Nice peut croire à la seconde place, Marseille, Bordeaux, Saint-Etienne et Lyon se battent pour l’Europe, tandis que la lutte pour le maintien reste intense. Si vous avez raté l’actualité de la Ligue 1, nous vous résumons tout ci-dessous.

Nice fait le show face à Paris

Après avoir vu le résultat des hommes de Jardim, Paris était dans l’obligation de l’emporter sur la pelouse de Nice qui, en théorie, aurait beaucoup de difficultés à rattraper le dauphin de la Ligue 1 à la vue des différents calendriers et du goal-average qui les sépare. Sur le papier, Paris avait donc tout a joué et Nice rien en particulier, étant donné que sa place de barragiste en Ligue des Champions lui est assurée. Pourtant, le jeu des niçois a été très fluide, rapide, avec un Belhanda en feu, un Balotelli comme on le connaît, et un Seri parfait dans son rôle de métronome, ce qui a su surprendre les Parisiens. C’est d’abord Balotelli qui ouvre la marque en plaçant le ballon hors de portée du portier de la capitale, et c’est Ricardo Pereira qui place une frappe poteau rentrant sublime pour faire le break. Malgré le très bon jeu proposé par les coéquipiers de Balotelli, les Parisiens se montrent dangereux et particulièrement sur corner ou leur jeu aérien est particulièrement puissant. C’est Marquinhos et Thiago Silva qui en sont les meilleurs exemples puisqu’ils ont su redonner l’espoir à leur équipe, avant que Donis ne fixe définitivement la tendance sur un coup de tête venant d’un centre de Le Bihan. Trois buts à un, Nice s’est imposé, et Paris perd ses nerfs en fin de rencontre, Thiago Motta puis Angel Di Maria déraillent et se font expulser sur des gestes inadmissibles. Une fin de rencontre qui caractérise surement la tension de la saison la moins fructueuse de l’ère qatarie, et peut-être la goutte d’eau qui fera déborder le vase d’une direction qui compte bien opérer des changements importants.

Pour le match d’ouverture de samedi, Monaco recevait les Toulousains, avec l’obligation d’un résultat pour ne pas risquer de se faire distancer par Paris dès dimanche, et le moins que l’on puisse dire c’est que les joueurs du Rocher ont douté. L’ouverture du score se faisait même par les Pitchounes, cela part de Moubandjé mais c’est une boulette du Brésilien Jemerson, qui offre la balle dans les pieds de l’international suédois Toivonen. Ni une ni deux, l’attaquant ne laisse aucune chance à Subasic sur sa ligne. L’armada offensive des Monégasques ne pouvait pas rester muette, Kamil Glik offre l’égalisation d’une tête rageuse sur un coup franc parfaitement botté par Moutinho, et comme à son habitude, c’est le chouchou de Louis II qui redonne l’avantage sur une deuxième passe décisive de l’international portugais. Moutinho n’en finit pas de régaler puisqu’il est aussi au départ de l’action du troisième but de Monaco, décale Dirar qui transmet à Lemar, ce dernier coupe la trajectoire et délivre les siens à un quart d’heure du terme. Monaco s’offre une bouffée d’oxygène dans sa quête de l’Hexagoal et reste maître de son destin.

La course à l’Europa League fait ravage

Marseille, Lyon, Saint-Etienne et Bordeaux, quatre équipes qui se disputent deux places qualificatives en Europa League, voire trois en cas de victoire du PSG en Coupe de France. Bordeaux ne devait pas perdre pour s’assurer de rester devant l’OM à la fin de cette journée, c’est chose faite avec un match nul face à Dijon. Les joueurs dijonnais ont eu beaucoup d’occasions, et malgré un penalty qui aurait pu être sifflé sur Adam Ounas, les Bordelais ont suffoqué durant la rencontre à tel point que le match nul semble être une récompense plutôt qu’un échec. Il aura fallu un très bon Carrasso pour ne pas se retrouver pris au dépourvu avec un, voire peut-être deux buts, suite aux bons enchaînements entre Lees-Melou, Diony, et Kwon. De son côté, Saint-Etienne n’a pas connu de difficultés face à l’En Avant Guingamp, la victoire était obligatoire pour ne pas décrocher du quatuor de l’Europa League, et c’est une victoire sur le score de deux buts à zéro qui aura suffi au bonheur des Verts. Les coups de pied arrêtés auront su s’avérer salvateurs puisque c’est un coup franc de Veretout qui trouve la tête de Pajot, tandis que le penalty de Hamouma permet de creuser l’écart à cinq minutes de la fin.

Saint-Etienne a fait le travail, Bordeaux a assuré sa place pour la fin de cette journée, Marseille se devait de répondre présent pour pouvoir continuer à y croire, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont su réagir. Même pas cinq minutes de jeu et deux joueurs vont s’illustrer et réaliser un match de haute volée : Maxime Lopez et ont fait le break dès l’entame de match, avec notamment une frappe pleine puissance du second cité. La jeune pousse du centre va inscrire un doublé, tandis que Thauvin aura délivré une passe décisive et réalisé le premier triplé de sa carrière. Gomis, loin d’être en jambe dans la réalisation, aura signé son retour avec une passe décisive, alors que Santini aura mis le doute suite à un somptueux lob qui n’aura pas permis au Caennais de revenir dans le match. De bon augure pour les Marseillais avant leurs prochains rendez-vous notamment face à Nice et Bordeaux, leur concurrent numéro 1 au sprint final. En ce qui concerne Lyon, malgré un jeu produit bien en dessous de ce que l’on avait pu voir en Europa League, les Lyonnais ont assuré l’essentiel en inscrivant deux buts (Valbuena ’17, Fekir ’41) à Angers en première période. Les Angevins ont tout de même maintenu l’espoir jusqu’au bout après avoir marqué tôt en seconde période avec N’Doye sur corner, sans parvenir à décrocher le point du match nul.

La lutte du maintien pleine de suspense

La lutte pour le maintien concerne pas moins de cinq équipes, même si mathématiquement, plus d’équipes pourraient être englobées. Bastia qui a payé cher le prix de ses débordements face à Lyon, s’offre une dernière lueur d’espoir après avoir su l’emporter 1 – 0 contre le Stade Rennais sur un but de Crivelli. Lorient aurait pu creuser l’écart avec le bas de tableau, mais ils laissent filer le point du match nul sur une réalisation d’Emiliano Sala sur un centre de Dubois, laissant les Merlus à seulement 1 point des Caennais occupant la 18e place. Le derby lorrain entre Metz et Nancy donnait l’occasion au vainqueur de se retirer une épine du pied, et c’est visiblement Metz qui en aura le plus profité. En l’emportant 2 buts à 1, avec notamment un but de Sarr ‘à la Messi’, Metz s’assure presque le maintien alors que Nancy stagne à la 19e place, synonyme de relégation s’ils venaient à en rester là. Enfin, la rencontre entre Lille et Montpellier avait presque des allures de match amical étant donné qu’aucune des deux équipes n’est mise en danger par la relégation, ou ne peut prétendre à une place européenne. Cela n’a pas empêché les joueurs de Franck Passi de s’imposer 3 buts à 0, avec un gros match de Xeka, auteur d’un but et d’une passe décisive pour Terrier, ainsi que d’une réalisation de De Préville qui transforme son pénalty, envoyant le LOSC à la 11e place et laissant Montpellier bon 13e.

Etudiant dans le médical mais passionné avant tout de football. Supporter de l'OM depuis toujours, je suis surtout fan des joueurs avec une aisance technique balle au pied.

... à lire dans Les prix de la Ligue 1

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour