Et si la fédération hollandaise (KNVB) était sur le point de régler un des problèmes de la gestion des éléments perturbateurs dans les stades ? Aux Pays-Bas, des interdits de stade ont accepté de tester un boitier, censé envoyer aux autorités leur position géolocalisée.

Bienvenue dans le monde de George Orwell ! L’entreprise G4S a élaboré un boitier permettant d’envoyer la position satellite de ses porteurs, dont l’identité serait confirmée par la prise de leur empreinte digitale. Ils devraient ainsi « pointer » avant, pendant et après le match. Pour rappel, les « IdS » doivent se rendre actuellement au commissariat plusieurs fois par soir lors des matchs dans les stades où ils sont bannis.

Les IdS sollicités pour être bêta-testeurs auront une réduction de peine.

Un seul problème persiste : la notion de vie-privée avec la communication de la position en temps-réel des personnes. Le responsable de G4S a botté en touche, indiquant ne se servir que d’une position « par zone », et non d’une position exacte.

Sébastien Couix

Sébastien est plongé depuis plus de 20 ans dans le football, à tel point qu’il est devenu arbitre de football. Débarqué sur Panam' avec les prétentions d'un Pancrate, il préfère maintenant cracher son venin sur son blog. Vous êtes dessus !