AvideceWopyBalab

Ce week-end des 22 et 23 novembre, l’Europe du foot nous offre ce qu’elle a de meilleur… mais aussi ce qu’elle peut faire de pire. Voici la liste des faits et gestes qui ont retenu notre attention. Et dans la mesure où on ne peut pas tout voir, n’hésitez pas à nous raconter les moments de foot qui ont marqué votre semaine !

Le meilleur de la semaine

Disputer un match sur la pelouse de Santiago Bernabeu face au Real Madrid est une source d’angoisse pour beaucoup d’équipes européennes. Ce n’est pas le cas du FC Barcelone, qui s’est littéralement amusé face à son rival honni, lui infligeant une correction qui ne souffre aucune contestation (0-4). Si Bravo a réalisé quelques arrêts, et qu’un penalty aurait pu être sifflé lorsque le score n’était que de 0-1, la domination barcelonaise en terre madrilène empêche tout débat stérile. Omniprésent, comme il l’a été si souvent à l’occasion d’un Clasico, Iniesta a marqué et offert une passe décisive à Neymar qui lui a rendu la politesse. Suarez n’a pas été en reste avec un fabuleux doublé, dont un premier but caractéristique de son style atypique : personne d’autre que lui n’aurait frappé de cette façon. Et dire que Messi a débuté sur le banc… Le Barça semble bien parti pour conserver son titre de champion, même si la saison reste longue. Du côté du Real Madrid, tout est à oublier, notamment ce geste stupide et inutile d’ qui lui a valu un carton rouge direct et mérité.

Après un léger coup de frein, Gladbach continue son redressement spectaculaire, avec une victoire face à Hanovre (2-1). Lanterne rouge il y a encore quelques mois, le Borussia est déjà revenu dans la course pour une qualification pour la prochaine Ligue des champions. A noter le but subtil de Traoré pour l’ouverture du score, d’un inattendu extérieur du pied gauche qui file entre les jambes du gardien adverse.

Dans un match animé entre l’Udinese et la Sampdoria, qui aurait pu terminer à 3-3 si les attaquants s’étaient décidés à cadrer leur frappe, la lumière est venue de Théréau. Le Français n’a pas marqué, mais il a offert à Badu l’unique but du match d’une splendide inspiration. Celui que nous avions cité comme l’un des coups de cœur de la dernière édition de la Série A a signé un caviar du genou. Ceux qui ne le connaissent pas, et se fient uniquement à sa ligne de stats qui n’a rien d’extraordinaire, pourraient croire que ce n’était pas volontaire. Les suiveurs de la Série A, qui apprécient son apport dans le jeu chaque semaine, ne seront que partiellement surpris par cette géniale inspiration.

Si Deeney a été l’acteur principal de la fin de match, égalisant pour Watford avant de marquer dans le temps additionnel un but contre son camp (1-2), le véritable homme du match aura été Mata. Le milieu de Manchester United, peu mis en lumière en sélection, et rarement utilisé à bon escient en club, est un formidable technicien, qui aura régalé de sa technique les personnes qui ont suivi cette rencontre. Quand on regarde l’Espagnol en action, l’expression « jouer juste » prend tout son sens.

C’était prévisible, comme chaque semaine, mais on se doit de le souligner : le Bayern Munich s’est à nouveau imposé, cette fois sur la pelouse de Schalke (1-3). Le pire dans tout ça reste qu’on a l’impression que les leaders de n’ont pas eu à s’employer plus que ça, tant ils n’ont pas laissé à leur adversaire du jour l’opportunité de les inquiéter. Le seul coup d’éclat est venu de Sané, dont on vante régulièrement, et à priori à juste titre, l’immense talent. L’espoir du foot allemand a passé en revue plusieurs joueurs, remontant le ballon sur 40 mètres, avant de servir Meyer pour l’égalisation. C’était bien l’unique rayon de soleil à Gelsenkirchen.

L’Inter Milan a pris la tête de la Série A, suite à son festival offensif face à Frosinone (4-0). Dans ce match, on peut se réjouir de revoir Biabiany à l’œuvre, et dans une forme où il peut exploiter son incroyable vitesse. Grands ponts, déboulés à cent à l’heure, le Français s’est rappelé au bon souvenir d’un championnat qu’il connait bien. Omniprésent dans cette rencontre, il a pleinement savouré sa première titularisation de la saison. Espérons que le plus dur soit derrière lui qui a souffert de problèmes de santé, et avait failli mettre un terme à sa carrière cet été.

Semaine après semaine, Leicester s’éclate en Premier League. Le leader de Premier League a fait régner sa loi sur la pelouse de Newcastle (0-3), avec une nouvelle partition réussie pour le duo Vardy-Mahrez. Leur prestation a été tellement aboutie que les joueurs de Ranieri n’ont même pas eu besoin de renverser le score, ce qui est devenue leur marque de fabrique cette saison. Sur ces 22 derniers matchs de championnats, cette surprenante formation compte 15 victoires, 5 matches nuls et seulement 2 défaites. C’est tout bonnement incroyable !

En pleine forme, Chicharito continue de faire le bonheur de Leverkusen, avec un doublé face à Francfort (1-3). Le Mexicain, enfin titulaire en club après avoir longtemps officié en tant que remplaçant à Manchester United puis au Real Madrid, est un formidable attaquant. Beaucoup moins fort que les meilleurs du monde, car moins complets, il n’en reste pas moins redoutable pour son flair et son sang froid devant le but. Peu mis en avant par les médias en raison de son style de jeu sobre, le Mexicain semble être la trouvaille de la saison pour le Bayer, au vu de sa grande efficacité.

Mais aussi

Semaine après semaine, Karius progresse dans les buts de Mayence, qui a obtenu le match nul sur la pelouse de Cologne (0-0). Moins équilibrée, la rencontre entre Wolfsburg et le Werder Brême aura vu les locaux écraser les visiteurs (6-0) grâce à des mouvements collectifs de toute beauté. Sur le papier, Stoke City compte de beaux joueurs (Arnautovic, Afellay, Bojan, Shaqiri). Quand ils sont tous en forme, c’est intéressant à voir, comme lors de cette victoire face à Southampton (1-0). On disait avant la trêve internationale qu’il était dommage que la production moyenne d’Everton soit aussi faible quand on voit Barkley, Lukaku ou Delofeu. Cela n’a pas été le cas avec ce triomphe face à Aston Villa (4-0).

Heureusement pour la Fiorentina que Kalinic a sauvé les meubles, inscrivant un doublé qui a permis aux siens de refaire son retard face à Empoli (2-2). Le Croate réalise un excellent début de saison. Rugueux par le passé, le jeu de l’Atlético Madrid se veut joyeux, offensif et chantant cette saison. Dieu que c’est plaisant. Très bon cette saison avec Villarreal, Areola a arrêté un penalty face à Eibar (1-1), permettant à son équipe de rester dans le match.

Le pire de la semaine

S’il ne faut pas minimiser la performance des joueurs de WBA, on a quand même l’impression qu’Arsenal s’est battu tout seul ce week-end (1-2). Les Gunners ont, comme trop souvent, laissé échapper un match qu’ils semblaient tenir lorsque Giroud a ouvert le score. Suite à une égalisation chanceuse, Arteta trouvera le moyen de marquer contre son camp, alors qu’il n’y avait pas de danger immédiat derrière lui. En seconde période, Ozil a vu sa frappe heurter le poteau, Campbell a raté l’invraisemblable avant que Cazorla ne glisse sur son penalty.

Englué dans le ventre mou du classement, malgré une équipe séduisante sur le papier, le FC Séville a une nouvelle fois déçu, battu par la Real Sociedad (2-0) de Montanier. Immobile, s’il n’est pas l’unique responsable des mauvais résultats, est sans doute le joueur qui souffre le plus sur le terrain. Prolifique en Série A, il ne s’adapte pas mieux à la Liga qu’à la Bundesliga, où il n’a jamais réussi à s’imposer. D’habitude excellent Krychowiak a signé deux passes décisives, sur des têtes dévissées.

La rencontre entre Bologne et la Roma méritait d’être reportée, tant les conditions de jeu étaient désastreuses. Le spectacle était au rendez-vous malgré tout (2-2), mais sa qualité était moindre, avec un niveau de jeu logiquement très bas. L’arbitrage a été moyen également, avec un but refusé sans raison aux visiteurs, et un penalty généreux accordé aux locaux. Furieux, Garcia parlera à juste titre de parodie pour ce qui était tout sauf du football.

Malgré un but d’Aguero pour son retour, Manchester City a bu la tasse, à domicile face à Liverpool (1-4). Les Citizens n’ont rien vu venir, avec une incroyable première demi-heure où les Reds semblaient ne pas avoir d’adversaires. Fait rare : a été remplacé à la pause, tant il a été fantomatique. Le troisième but doit autant à l’inspiration collective de Liverpool qu’à la passivité de la défense de Manchester City. Grâce à ce coup d’éclat, Klopp s’offre encore un peu plus de popularité en Angleterre, où les fans considèrent déjà qu’il est chez lui à l’Etihad Stadium.

Dortmund a chuté face à Hambourg (3-1) qui n’avait pourtant pris que 5 points lors de ses 6 derniers matchs. Complètement absente, la défense du Borussia a été d’une passivité incroyable, laissant les attaquants adverses agir à leur guise, et offrant même un but contre son camp via Hummels. La réduction du score tardive d’Aubameyang et les quelques occasions dans le temps additionnel ne suffiront pas : on ne commence pas à jouer à seulement 10 minutes de la fin du match

Comment peut-on partager les points quand on se procure plus d’une dizaine d’occasions franches, et que son adversaire ne montre rien offensivement ? C’est simple, il suffit de lui offrir le penalty de l’égalisation. En exagérant à peine, c’est ce qu’a réussi à faire Palerme, ultra dominateur mais peu efficace sur la pelouse de la Lazio Rome (1-1).

Tube de l’été, Swansea marque le pas. Si leur réaction d’orgueil leur a permis de prendre un point (2-2) après avoir été mené de 2 buts, il n’est déjà pas « normal » pour cette équipe d’être mis à mal par une formation de Bournemouth nettement moins talentueuse, et pas si bien organisée. Maigre consolation : Ayew a réussi à marquer un super but.

Le FC Valence peut s’estimer heureux avec ce match nul face à Las Palmas (1-1). Après l’ouverture du score précoce d’Alcacer, on voyait les pensionnaires de Mestalla s’imposer tranquillement face à une équipe mal classée. C’était sans compter sur les nombreuses bévues de sa défense, qui aurait mérité de prendre plus d’un but, et qui peut remercier le ciel et la précipitation adverse dans le dernier geste.

On peut évidemment souligner sa force mentale, car il en faut pour ne pas gamberger après avoir raté autant d’occasions. Chaque semaine, Higuain vendange énormément d’opportunités avant de marquer. Evidemment, on ne peut pas lui reprocher, surtout quand la victoire est au bout, comme face à Vérone (0-2). Mais l’Argentin saura-t-il être décisif lors d’un grand match, où Naples ne se créera pas autant d’occasions franches ? Car on parle quand même d’une demi-douzaine au minimum d’opportunités ratées par match…

Mais aussi

Chelsea s’offre un petit bol d’air avec cette victoire face à Norwich (1-0). Et si le but n’est pas de minimiser leur mérite, les Blues ont bénéficié d’une défense adverse d’une apathie invraisemblable dans un match de première division. On pensait à un simple coup de mou, cela pourrait être plus pour le Celta Vigo qui concède une seconde défaite consécutive, dans un derby de Galice où le Deportivo La Corogne a montré de belles choses (2-0). a même raté un penalty. Si l’intensité était là, le niveau de jeu affiché par la Juventus et l’AC Milan était indigne du standing de ces deux institutions du football européen, avec trop d’imprécisions d’un côté comme de l’autre. La Vieille Dame s’en contente puisque sa victoire (1-0) lui permet de remonter petit à petit au classement. Sassuolo a manqué de vigilance face au Genoa, gâchant ce but inscrit dans le temps additionnel en encaissant le KO quelques secondes après. Tant mieux néanmoins pour le spectacle (2-1).