Tour d’Europe : Leverkusen se sublime, Real, Milan et United en difficulté

Ce week-end, nous mettons en avant ces attaquants peu médiatisés mais qui régalent cette saison : , Agirretxe et Ighalo. On se désole aussi pour l’AC Milan et Manchester United, bien loin du niveau qui était le leur il y a encore quelques années… Et dans la mesure où on ne peut pas tout voir, n’hésitez pas à nous raconter les moments de foot qui ont marqué votre week-end !

Le meilleur de la semaine

S’il continuait à marquer en Ligue des champions, Lewandowski n’avait pas marqué en Bundesliga depuis 3 matches. La machine a mis fin à cette anomalie face à Ingolstadt (2-0), qui a fait bien mieux que résister face au champion en titre, montrant de belles qualités collectives. Le Bayern continue son chemin vers un nouveau titre, et si les résultats sont sans équivoque, les matchs ne sont pas ennuyeux pour autant, surtout quand l’adversaire joue sans complexe comme Ingolstadt ce samedi.

Et si la Juventus conservait vraiment son titre de champion d’Italie ? Après un début de saison catastrophique, la Vieille Dame continue à remonter au classement, et ne compte désormais plus que 6 points de retard sur l’Inter Milan. Opposés à la Fiorentina, les Bianconeri n’ont pas tremblé malgré l’ouverture du score précoce d’Ilicic sur penalty, et ont fini par l’emporter en ne laissant son adversaire mener au score que 5 minutes (3-1). Dybala s’impose encore un peu plus comme l’atout offensif numéro 1 de cette équipe.

Il n’est évidemment pas le meilleur milieu européen, mais il reste un joueur intéressant quand il est en confiance. Et il l’est, comme le prouve cette superbe et surprenante frappe sans angle qu’il tente à la 20e minute. Cabaye a de nouveau été décisif puisqu’il a été l’unique buteur du match entre Crystal Palace et Southampton (1-0). Au PSG ou en équipe de France, son rôle ne lui permet pas de se projeter pour se retrouver en position d’avant-centre comme sur son but. Dommage, car il ne rayonne jamais autant que lorsqu’il peut se balader où bon lui semble. Mention spéciale également à Bolasie, sans doute un des joueurs les plus imprévisibles d’Angleterre, et qui fait régulièrement soulever les foules outre-Manche.

Ses chances de disputer l’Euro sont faibles, mais Agirretxe mérite une mention. Déjà sauveur de la Real Sociedad lors de l’ultime journée, avec un doublé dont le but de la victoire dans les dernières secondes, l’attaquant espagnol a remis ça, face à Getafe (1-1). Avec 12 réalisations, il n’est plus qu’à 2 unités de son record en Liga. S’il n’est pas spécialement rapide ou technique, il semble avoir atteint sa plénitude dans les déplacements, à 28 ans.

On ne donnait pas cher de Watford, le promu qui comptait 3 points après 4 journées de championnat. Mais l’équipe de Capoue montre un tout autre visage ces dernières semaines, avec 3 victoires consécutives dont celle sur la pelouse de Sunderland samedi (0-1). Comme souvent, c’est Ighalo qui a été décisif. Le Nigérian aurait même pu signer un doublé sur une belle action individuelle, sans un sauvetage invraisemblable d’un défenseur sur sa ligne. Venu de Grenade, autre club du président Pozzo, il est la révélation de ce début de saison avec Vardy de Leicester.

Le Hertha Berlin, moribond et presque relégué l’an dernier, est méconnaissable cette saison. Les représentants de la capitale ont atomisé Darmstadt et consolidé leur place sur le podium de Bundesliga. Deux anciens pensionnaires de Ligue 1 ont brillé ce week-end : Ibisevic, auteur d’un doublé, et Kalou, auteur du dernier but sur un bel exploit individuel. On ignore si cette embellie va durer en seconde partie de saison, mais ce cru est déjà beaucoup plus facile à vivre pour les nombreux supporters du Hertha.

Dans ce duel de bas de tableau, il était important pour Palerme de gagner. Et les Siciliens l’ont fait avec la manière face à Frosinone (4-1), pouvant même faire mieux sans une pléiade d’occasions manquées, avec 2 poteaux. Mais nul doute qu’ils ne bouderont pas leur plaisir avec ce festival offensif, dont ce bijou de Trajkovski. Palerme n’est pas encore sauvé d’affaire, loin de là, mais c’est toujours sympa de penser qu’un joueur comme Vazquez ne soit pas condamné à descendre en Série B.

Au Celta Vigo, ils font la pluie et le beau temps. Nolito et Iago Aspas forment un duo qui enchante la Galice. Face à l’Espanyol, c’est le second qui s’est distingué d’un magnifique lob, après s’être débarrassé facilement de son défenseur. Instinct, inspiration, justesse, culot : il y a tout dans ce but magnifique que seul un joueur en confiance peut tenter.

Une égalisation de Gomis, très jolie soi-dit en passant, à la dernière minute ne suffit pas à faire paniquer Manchester City. Le favori pour le titre en Angleterre a réagi comme le ferait une équipe couronnée en fin de saison, en ne paniquant pas et en allant chercher la victoire dans les arrêts de jeu, via un tir de Touré détourné par le dos d’Iheanacho. Mais ne dit-on pas que le champion a toujours beaucoup de réussite ?

A 18 ans, Penaranda a offert 3 points précieux à Grenade dans l’optique du maintien, qui plus est face à un concurrent direct. Le doublé du jeune Colombien sur la pelouse de Getafe (1-2) pourrait valoir son pesant d’or à la fin de la saison. Si le gardien se troue sur le but du KO marqué à 2 minutes de la fin, l’ouverture du score de Penaranda est magnifique, bien aidée par un contrôle en pleine course tout simplement parfait. Il y a pire comme façon d’ouvrir son compteur en carrière !

Eliminés en Ligue des champions, Leverkusen et Gladbach n’étaient pas sur la même dynamique. Les premiers n’étaient pas au mieux, comme l’atteste cette embrouille entre Chicharito et Bellarabi en plein match cette semaine. Les seconds étaient invaincus en championnat depuis l’arrivée de Schubert sur le banc, avec en point d’orgue la victoire face au Bayern la semaine dernière. Pourtant, c’est bien le Bayer qui a triomphé, et de façon éclatante (5-0). Kiessling et Chicharito ont fait souffrir le martyre aux défenseurs adverses, avec un doublé pour l’un et un triplé pour l’autre. Preuve que tout va mieux : sur le premier but du Mexicain, Bellarabi est le premier à le féliciter. Mieux, il lui offrira son troisième but. Attendue au tournant, la formation de Schmidt a répondu de la plus belle des manières, surpassant même les plus folles attentes de leurs supporters.

Arsenal a assuré l’essentiel sur la pelouse d’Aston Villa (0-2) grâce à des buts de Giroud et Ramsey. Le Français est décidément très prolifique ces derniers temps, même si son but a été inscrit sur penalty. Le Gallois n’a eu qu’à pousser le ballon au fond des filets, au terme d’une magnifique contre-attaque qui rappelle les plus belles heures des Gunners, habitués à remonter rapidement et parfaitement le terrain en quelques secondes. La lucidité d’Ozil, qui signe sa 13e passe décisive en Premier League, nous rappelle à quel point le meneur de jeu allemand est un joueur spécial.

Malgré une ouverture du score concédé et un penalty manqué par Aubameyang, Dortmund a régalé face à Francort (4-1). Le Borussia a fait plaisir à ses supporters pour cette dernière représentation à domicile de l’année, avec notamment un bijou de passe décisive de Kagawa pour Aubameyang, plus que jamais meilleur buteur de Bundesliga.

Mais aussi

Si Laporte a bien ouvert le score pour Bilbao, l’Atlético Madrid a pu compter sur son héros : Griezmann. Le Français a délivré les siens d’une frappe spontanée et splendide (2-1) qui permet aux Matelassiers de compter le même nombre de points que le Barça. Doublé pour Gameiro qui permet à Séville de vaincre Gijon (2-0) malgré un Halilovic toujours plus prometteur. Encore un but pour Lukaku, contre Norwich (1-1). L’histoire aurait été encore plus belle si Baines avait marqué, pour sa première titularisation de la saison. Après Liverpool, c’est au tour de Tottenham de mordre la poussière face à Newcastle (2-1). Malgré leur domination, les Spurs ont plié dans les arrêts de jeu. 4e but en Bundesliga pour Schmidt avec Hoffeinhem, victorieux face à Hanovre (1-0). Le Français offre ainsi 3 points précieux dans la lutte pour le maintien, face à un concurrent direct. Dans ce duel de bas de tableau, si Rossettini a marqué l’unique but dans le money time pour Bologne (1-0), c’est bien Mirante le héros du match. L’ancien Parmesan a écœuré les attaquants du Genoa.

Le pire de la semaine

Réjouissante dans son approche du jeu, le Rayo Vallecano se met en danger au vu de son manque criant de rigueur derrière. Dominateurs mais vaincus par Malaga dans ce duel de bas de tableau (1-2), les hommes de Paco Jemez doivent faire attention à ne pas descendre à l’étage inférieur. Ce serait dommage, puisque cela donnerait des arguments à ceux qui militent pour un football plus réaliste et moins rêveur…

Accueillir la lanterne rouge n’est pas un gage de victoire pour cet AC Milan, tenu en échec sur sa pelouse par Vérone (1-1). Après une ouverture du score heureuse de Bacca, qui mérite décidément d’évoluer dans une meilleure équipe, les Rossoneri n’ont réussi à tenir le score que 5 minutes, le temps pour De Jong de concéder un penalty et de se faire exclure. Pauvres dans le jeu malgré une fin de match où sa volonté d’arracher les 3 points n’est pas à mettre en cause, les Milanais ne parviennent pas à enchainer ces 2-3 victoires qui les rapprocheraient immédiatement du wagon de tête d’une Série A très ouverte.

Triste semaine pour Manchester United. Eliminés de la Ligue des champions, les Red Devils n’ont pas réussi à rebondir en championnat, concédant une défaite logique face à Bournemouth (2-1). Car si le promu a marqué sur corner à deux reprises, dont une fois directement via Stanislas, il s’est également créé les meilleures occasions de la rencontre. Les Mancuniens ont retrouvé un peu de folie devant, jouant avec plus d’allant, mais cela résulte sur une solidité perdue, ce qui constituait jusque là la seule satisfaction du jeu prôné par van Gaal… United régresse et semble très loin de redevenir un club compétitif à l’échelle européenne. Le coach néerlandais semble à court de solutions, un an et demi après son arrivée.

Au Bayern Munich, la domination était telle qu’on ne voyait pas trop ses défauts. C’est moins vrai à Wolfsburg, où Dante a commis une erreur qui a coûté l’ouverture du score face à Hambourg. Heureusement pour le Brésilien, Draxler est là pour illuminer le jeu, et pour provoquer l’action qui amène l’égalisation (1-1). Mais dans un championnat aussi serré, c’est toujours délicat de laisser tomber des points en route sur de telles bévues.

Le Real Madrid a manqué une belle occasion de revenir un peu sur Barcelone et son voisin de l’Atlético, en s’inclinant face à Villarreal (1-0). Fébriles derrière, les Galactiques ont plié dès le début du match. Comme un symbole, c’est le très régulier Modric qui perd la balle qui amène le but. Offensivement, sans être tranchants, les Madrilènes se sont procuré quelques opportunités, sans être capables de cadrer. Une mauvaise entente entre Benitez et ses joueurs, l’affaire Benzema, l’élimination du tapis vert en coupe : oui, le Real va mal en cette première partie de saison.

On dit souvent qu’il vaut mieux trop appuyer ses passes que pas assez. Cet adage doit être inconnu aux défenseurs de l’Udinese, coupables de la même erreur à 3 reprises face à l’Inter Milan, qui n’en demandait pas tant (0-4). Certes, les finitions d’Icardi et Jovetic sont formidables, mais on ne peut décemment pas faire preuve d’aussi peu de rigueur en première division.

C’est bien trop tôt pour s’alarmer, mais le Barça reste sur 3 matches sans victoires toutes compétitions confondues. Si le match de Ligue des champions disputée avec une équipe remaniée n’avait que peu d’importance, ce n’est pas le cas pour les 2 dernières journées de Liga. C’est d’autant plus étonnant que Barcelone menait de 2 buts à un quart d’heure de la fin face à La Corogne, avant de céder (2-2). Alors évidemment, Lucas est un super joueur, et le Deportivo montre de belles choses cette saison. Mais chaque point perdu, notamment à domicile, vaut cher dans une Liga aussi serrée.

Mais aussi

Journée portes-ouvertes pour Carpi, qui a ouvert les vannes à Maccarone et Empoli (3-0). On attendait aussi un festival de buts entre Napoli et la Roma, mais le match a été assez triste, même si ça s’est un peu animé à la fin (0-0). Un choc qui a fait flop, à tel point que l’arbitre a écourté la première mi-temps de quelques secondes. On loue parfois la qualité de jeu de Stoke City. Pourtant, les Potters n’ont rien montré face à une équipe de West Ham pourtant loin d’être impériale (0-0). Troisième match sans victoire toutes compétitions pour Liverpool, qui a réussi à arracher le match nul dans le money time face à WBA (2-2). L’effet Klopp est-il en train de retomber ? Il est bien sûr trop tôt pour le dire, comme il est trop tôt pour parler de l’indisponibilité d’un Lovren découpé par Gardner. Le Bétis Séville a concédé à la dernière minute une défaite surprenante face à la lanterne rouge Las Palmas (1-0). En fauchant Paco Alcacer dans les dernières minutes, le défenseur d’Eibar a préservé le point du match nul face à Valence (1-1). Mais quid du fair-play ?

Vous aimerez aussi

N'oubliez pas de nous suivre Facebook et Twitter