Restons connectés

PKFoot

Tour d’Europe : Chelsea, Liverpool et Barcelone impressionnants

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Chelsea, Liverpool et Barcelone impressionnants

A voir Leipzig, on croirait vraiment que Red Bull donne des ailes. Pas besoin de boisson énergétique pour Aubameyang, l’envie de se racheter suffit. Plus impressionnants et clinquants encore, Chelsea et Liverpool ont sorti les muscles. Et on aura aussi une pensée pour Cordaz, gardien héroïque mais si abandonné par les siens qu’il a encaissé 3 buts.

Conte a trouvé la bonne formule avec Chelsea

Même si ce n’est pas un modèle de régularité, Everton reste une bonne équipe, avec d’excellentes individualités comme Barkley ou Lukaku. On s’attendait donc à une rencontre un peu plus serrée. Mais Chelsea est clairement injouable en ce moment (5-0). Et la passion qui anime Conte à chaque but des siens semble rejaillir sur ses joueurs sur le terrain, qui jouent avec beaucoup d’envie et de talent. Hazard et Costa, transparents en début de saison dernière, revivent. S’ils continuent comme ça, ils vont se disputer le titre de meilleur joueur du championnat, tant ils semblent réussir tout ce qu’ils tentent. Et comme si cela ne suffisait pas, Pedro se met à l’unisson, tandis que Willian est toujours là. C’était un régal de voir les Blues ce week-end !

Le héros  de la semaine : un quadruplé, et tout est oublié !

Puni en Ligue des champions pour son escapade à Milan l’avant-veille du match, Aubameyang avait à cœur de se racheter ce week-end. Le buteur gabonais a vu les choses en grand avec un quadruplé sur la pelouse de Hambourg (2-5), bien aidé il est vrai par la performance assez médiocre d’Adler dans les cages adverses. Très en vue toute la rencontre, il signe également une passe décisive pour Dembélé, et même un joli coup de pied involontaire sur son coéquipier Sokratis. Cette performance est la meilleure façon de s’excuser auprès de la direction du Borussia !

Le zéro de la semaine : Leicester redescend sur Terre…

On le sait depuis longtemps : la saison de confirmation est toujours la plus difficile. Champion surprise, Leicester n’est plus aussi souverain cette année, quand bien même la plupart des cadres du titre sont encore là. Drinkwater fait partie de ceux-là. Le milieu, dont les performances étaient très remarquées la saison dernière, a contribué à la défaite des siens face à WBA (1-2) en assurant très mal sa passe en retrait, lançant parfaitement Phillips vers la victoire. Comme beaucoup de ses coéquipiers, comme par exemple Vardy qui n’a plus marqué depuis plus de 10 matches, l’Anglais est méconnaissable en ce début d’exercice.

Le meilleur de la semaine

C’était une incroyable course-poursuite entre Malaga et le Sporting Gijon (3-2), dans une rencontre où on avait l’impression que chaque action allait se terminer en but. Et encore, le score aurait pu être bien plus élevé, sans la finition approximative des 2 côtés !

Gladbach, réduit à 10 alors que le score était déjà de 2-0, n’a pas été complètement ridicule face au Hertha Berlin. Mais la finition de Kalou, auteur d’un triplé, a fait la différence (3-0). Sur sa dernière réalisation, le timing de son appel est parfait : un exemple à montrer à tous les attaquants en herbe.

Dominée sur la pelouse de Naples, la Lazio a pu compter sur un très bon Marchetti pour obtenir le point du match nul (1-1). L’Italien a écœuré Mertens et insgine à plusieurs reprises, ne s’inclinant que sur un exploit d’Hamsik.

https://twitter.com/TransfersCalcio/status/795009748085182465

Malgré l’expulsion méritée de Pienaar à une demi-heure de la fin, Sunderland a trouvé les ressources pour s’imposer à Bournemouth (1-2). Anichebe, qui a marqué et obtenu le penalty de la victoire, n’est pas le plus bel attaquant à regarder jouer, mais quelle pression physique il impose aux défenseurs adverses !

Lui aussi a été excellent, mais n’a pas su être décisif. Auteur de nombreuses parades pour Osasuna, Nauzet a vu sa défense concéder un penalty parfaitement tiré. Le gardien chauve peut être frustré de ne pas voir sa belle prestation individuelle mieux récompensée.

Si vous aimez les équipes imparfaites et imprévisibles, vous adorez forcément le Bayer Leverkusen. Fidèles à eux-mêmes, les coéquipiers de Brandt se sont fait peur face à Darmstadt, alternant inspirations offensives et oublis défensifs (3-2), mais au moins, le spectacle est toujours au rendez-vous !

Quand il fera les beaux jours d’un cador italien en Ligue des champions, vous pourrez dire que ça fait déjà plusieurs saisons que nous vous parlons de Belotti. Encore excellent face à Cagliari avec un doublé (5-1), l’international transalpin profite pleinement des opportunités que lui offrent ses coéquipiers. Et quand on a un Ljajic redevenu magicien à ses côtés, tout est plus facile.

https://twitter.com/TransfersCalcio/status/794952135687503872

Klopp a changé Liverpool, c’est indéniable. Aujourd’hui, les Reds jouent un football attractif, spectaculaire et efficace, facilité il est vrai par la faible opposition proposée par Watford (6-1). Firmino, Coutinho et Mané forment un trio déroutant. Et quand on voit l’apport que peut avoir Sturridge en seulement 20 minutes, on se dit que cette équipe a encore de la marge !

On ne sait pas si les joueurs de Villarreal se sont lancés dans un concours de frappe lointaine, mais les buts inscrits par Trigueros et Soriano face au Bétis Séville sont magnifiques (2-0).

Wolsburg renoue avec le succès en championnat, en s’imposant largement sous la pluie battante de Fribourg (0-3). Bonne nouvelle pour les Loups : Gomez a été particulièrement enthousiasmant, signant un doublé, et réalisant un match plein.

Même dans la souffrance, même sans convaincre, l’AC Milan gagne. C’est nouveau depuis cette saison, et c’est évidemment une bonne chose. Sur la pelouse de Palerme, il a fallu une boulette du gardien adverse et une talonnade de Lapadula pour continuer sur cette bonne lancée (1-2).

Sans convaincre, avec un entraineur dont le public commence à douter, le Real Madrid continue malgré tout à engranger les points, comme face à Leganés (3-0). Le talent et la vitesse de Bale et Morata a fait la différence.

Solide victoire de Schalke, face à un Werder toujours plus en perdition (3-1). Schöpf sera passé par tous les états, en ouvrant le score, concédant un penalty face à la pépite Gnarby, puis en signant un doublé. Malgré tout, on reste charmés par le prodige Meyer.

Salah a brillé de mille feux face à Bologne, faisant souffrir la défense adverse et inscrivant presque un triplé, le premier but étant une de ses frappes détournées (3-0). L’Egyptien confirme à chaque match qu’il a trouvé à Rome l’endroit parfait pour exprimer ses qualités.

Manchester United a profité de l’apathie de Swansea pour se rassurer (3-1). Aligné à gauche, Rooney a profité des boulevards offerts par la défense adverse pour afficher une vélocité qu’on n’avait plus vue depuis des années. Ibrahimovic a inscrit un doublé, et Pogba a ouvert le score de très belle manière. Les Red Devils ne sont pas tirés d’affaire, mais cette victoire était indispensable.

Sur la pelouse du Chievo Vérone, ce sont les décriés Mandzukic et Pjanic qui ont offert la victoire à la Juventus (1-2). Le Croate, passé tout près d’un but magnifique suite à un coup du sombrero, a ouvert le score. Le Bosnien a lui brillé sur son exercice préféré : un coup franc direct.

Face à Mayence, Leipzig a récité son football a la perfection en première période, offrant aux spectateurs ce dont on a désormais l’habitude : un football direct et spontané (3-1), où on remonte le terrain en quelques secondes, avec des joueurs qui tirent tous dans le même sens. Le promu peut décliner du jour au lendemain, mais ce qu’il propose en ce début de saison est formidable.

Efficace l’an dernier, Maccarone a débloqué son compteur sur la pelouse de Pescara avec un doublé, auquel il faut ajouter une passe décisive (0-4). Le vétéran d’Empoli a notamment signé une super bale piqué sur sa seconde réalisation.

Qu’on ne s’y trompe pas. C’est un succès marquant que le FC Barcelone est allé chercher sur la pelouse de Séville, véritable concurrent direct pour le titre (1-2). Buteur et passeur, Messi s’est distingué par ses nombreuses prises de balle lointaines, où il a pu arriver lancé, comme il le faisait il y a quelques années. C’est une de ses meilleures performances de l’année !

Le pire de la semaine

Un tel perfectionniste doit penser à cette balle de break ratée, à quelques minutes du terme. Buteur, Agüero n’a pas doublé la mise, et ainsi mettre les siens à l’abri face à Middlesbrough (1-1), où Negredo a failli marqué du milieu de terrain. Dans l’ensemble, les Citizens ont manqué de précision dans le dernier geste, ils auraient pu largement l’emporter !

Andone a profité de la passivité d’Ochoa pour marquer. Alors que le numéro 10 de La Corogne avait fait preuve d’une finition défaillante, il a profité du fait que le gardien de Grenade ne sécurise pas suffisamment le ballon pour reprendre et marquer. Au final, personne n’est content (1-1).

Certes, un penalty en leur faveur a été oublié. Et ce n’est même pas la défaite qui nous fait tiquer, mais plutôt le but encaissé par Cologne face à Francfort : si Gacinovic attaque bien son ballon, le problème est qu’il est le seul à le faire ! Aucun défenseur ne réagit sur cette chandelle pourtant facile à couper…

Crotone a été extrêmement faible face à l’Inter Milan. C’est même un miracle que l’ouverture du score ait été si tardive, notamment grâce à un énorme Cordaz. Abandonné, il n’a rien pu faire, et a finalement baissé pavillon (3-0). Icardi, bien que décrié, en a profité pour rejoindre Dzeko en tête du classement des buteurs.

A quoi pensait-il ? En sortant alors qu’il n’y avait pas de danger immédiat, Adrian a offert à Stoke et Bojan le but de l’égalisation (1-1). Pourtant, West Ham a plus que besoin de points… C’est bien de se prendre pour Neuer, mais ce n’est pas à la portée de tous.

Une fois n’est pas coutume, l’Atlético semblait à côté de ses pompes sur la pelouse de la Real Sociedad. Les Madrilènes ont concédé 2 penaltys, entrainant une défaite logique (2-0). Malchanceux, Gameiro a trouvé le poteau suite à un joli ballon piqué.

Si le choc entre le Bayern Munich et Hoffenheim a tenu toutes ses promesses (1-1), c’est Müller qui rate une balle de match pourtant facile pour un joueur de son calibre. Comme il l’a si bien dit lui-même après la rencontre, la merde lui colle aux bottes ces derniers temps…

Refaire un retard de 2 buts pour finalement s’incliner dans les arrêts de jeu, c’est la mésaventure vécue par Crystal Palace sur la pelouse de Burnley (3-2). Soucieux de l’emporter, les coéquipiers de Benteke en ont oublié de défendre, et ont vu la dernière contre-attaque leur être fatale.

Ingolstadt a bien tenu, voire dominé Augsbourg, mais a craqué assez bêtement sur un coup franc de Bobadilla : le défenseur sur la ligne comme le gardien restent immobiles, alors que la frappe n’est pas si puissante. Au final, c’est une défaite pour eux (0-2).

Le derby entre Arsenal et Tottenham a été décevant dans la finition des 2 équipes, qui ont proposé du jeu, mais ont fait preuve d’anormales lacunes dans le dernier geste, notamment Kane pour son retour.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour