Restons connectés

Tour d’Europe : Ronaldo voit triple, Müller encore invisible

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Ronaldo voit triple, Müller encore invisible

Après la trêve internationale, le football européen revenait notamment avec les derbys madrilènes et milanais, mais aussi le choc entre Dortmund et le Bayern Munich. Dans l’ombre de ces affiches, Leipzig continue son étonnant parcours, pendant que Séville Tottenham et la Sampdoria s’amusent avec les nerfs de leurs supporters.

Où s’arrêtera donc Leipzig ?

Entre le promu insaisissable Leipzig et le Bayer Leverkusen, capable du pire comme du meilleur, la partie promettait d’être spectaculaire. On n’a pas été déçu, le ballon allant d’un camp à l’autre sans qu’on ne puisse respirer. La course-poursuite a bénéficié au RB (2-3) qui s’impose sur la pelouse d’une des meilleures équipes de Bundesliga, au moins au niveau intrinsèque, à défaut de l’être au niveau de la régularité. Brandt, magique, a signé une passe décisive avant de marquer puis d’obtenir un penalty… confirmant son statut de grand espoir allemand. Dans le camp d’en face, même si Fosberg a été excellent, c’est encore le collectif qui a permis au promu de soulever des montagnes. On ignore si Leipzig, fondé en 2009, tiendra longtemps ce rythme, qui en fait le seul leader du championnat allemand. Mais c’est déjà une sacrée surprise !

https://twitter.com/TVatHome/status/800087564103389184

Le héros  de la semaine : le Real Madrid et l’Empire du milieu

Evidemment, son triplé pour le dernier derby de Madrid à Vicente Calderon lui permet d’offrir la victoire au Real, mais aussi d’occuper le haut de l’affiche. Mais de cette affiche, on préfère donner le costume de héros au trio de l’entrejeu, plutôt qu’au seul Ronaldo. Kovacic, dans un rôle de numéro 6 qu’on ne lui prédirait pas forcément en voyant ses qualités, a été étonnamment très convaincant. Modric a été égal à lui-même : ça se discute toujours, mais on pense qu’il est (avec Iniesta mais devant tous les autres, Vidal y compris) le meilleur milieu au monde. Enfin, Isco a régalé comme rarement depuis qu’il a rejoint la capitale espagnole. Ses passes inspirées, ses contrôles orientés et ses prises de balle ont rendu fou le rival et voisin. Une vieille maxime dit que les matches se gagnent au milieu. Avec de tels joueurs, le Real Madrid est bien armé, même en l’absence de Kroos !

Le zéro de la semaine : qu’arrive-t-il à  ?

Si Dortmund a gagné le choc de la Bundesliga contre le Bayern Munich (1-0), c’est avant tout grâce au talent des joueurs du Borussia. Mais dans ce type de rencontres serrées, un attaquant avait l’habitude de tirer les siens d’une mauvaise passe, en marquant ce petit but qui faisait toute la différence. Ce joueur immense, au palmarès déjà plus que fourni, c’était Thomas Müller. On parle au passé, car en ce début de saison, l’Allemand n’a plus rien à voir avec ce dont il nous avait habitués de longues années. Transparent dans le jeu, inefficace face au but, il erre sur la pelouse. On espère qu’il va se ressaisir. Et pourquoi pas à partir de février-mars, lors des échéances importantes d’une saison ?

Le meilleur de la semaine

Pour sa première titularisation de la saison en championnat, a inscrit un doublé primordial face à Crystal Palace (1-2). Plein d’envie, l’Ivoirien s’est rappelé au bon souvenir des fans (et des recruteurs ?). La baisse de son volume de jeu l’empêchera peut-être de redevenir titulaire dans la durée, mais au moins garde-t-il cette lucidité dans le dernier geste.

Le Bétis Séville s’est imposé face à Las Palmas en marquant sur corner à deux reprises (2-0). S’il a perdu de sa vitesse pour déborder, Joaquin sait encore centrer comme il faut.

Face à Fribourg, Mayence a régalé (4-2) et aurait pu finir en marquant 8 buts. Malli, buteur sur penalty (avec sang-froid car il a été obligé de le retirer), a également été double passeur décisif. Le Turc, déjà très bon l’an dernier, continue sa progression.

Si le public napolitain l’adore, c’est pour sa capacité à dribbler et à créer le danger sur une inspiration. C’est son talent de buteur qui a fait d’Insigne le héros de Naples (1-2) sur la pelouse de l’Udinese, signant un doublé dans un style de renard de surfaces inhabituel pour lui.

https://twitter.com/TransfersCalcio/status/800038524171022336

On avait salué Anichebe pour son impact physique il y a 15 jours, c’est par son efficacité qu’il a brillé avec Sunderland, signant un doublé face à Hull City (3-0). Mais il lui faudra faire beaucoup d’efforts pour atteindre l’aura de Defoe, auteur d’un exploit personnel sur l’ouverture du score, son 150e but en Premier League.

C’est avec un poil de réussite que le FC Séville a réussi à arracher la victoire face à La Corogne, après avoir été mené de 2 unités, dont un bijou d’Andone (2-3). Mais c’est tout sauf un hasard : c’est surtout la conséquence de l’esprit offensive qui habite cette équipe en ce début  de saison.

Même si elle a été tenu en échec par Hambourg (2-2), l’équipe d’Hoffenheim a le mérite de toujours proposer du jeu, et des matchs spectaculaires et ouverts. Révélation l’an passé avec Darmstadt, Sandro Wagner confirme cette saison.

La Sampdoria aime jouer avec les nerfs de ses supporters. Menée de 2 buts à 10 minutes de la fin, l’équipe du fantasque président Ferrero a réussi à l’emporter au terme d’un finish impressionnant, durant lequel Sassuolo a fait preuve d’une étonnante fébrilité défensive (3-2).

Une entrée en jeu peut tout changer : Son a fait basculer le match pour Tottenham en offrant l’égalisation puis le penalty de la gagne à Kane, face à West Ham (3-2). Utilisé avec parcimonie, le Sud-Coréen est souvent brillant. Tout le contraire d’un Zaza qui tarde trop à servir Payet, alors que le score était de 2-1 en faveur des Hammers…

Avec une équipe mixte, la Juventus a fait l’essentiel face à Pescara (3-0). Buteur et passeur décisif, Khedira était partout sur le terrain, réussissant de belles interceptions et des remontées de balle remarquées.

https://twitter.com/TransfersCalcio/status/800072886719430656

Face à une équipe de Middlesbrough héroïque en défense, Chelsea aurait pu marquer 4 ou 5 fois. Mais seul Diego Costa a su trouver la faille : l’international espagnol, comme d’habitude, apporte cette touche décisive qui fait basculer un match du bon côté (0-1). A noter aussi l’arrêt décisif de Courtois sur le bel enchainement de Negredo.

Quand il jouera dans un club milanais, à Naples ou à la Juventus, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous l’avait pas présenté depuis un moment. Belotti, qu’on espérait voir à l’Euro, a signé un doublé salvateur à Crotone (0-2), dont un but sur une offrande de Ljajic, décidément retrouvé cette saison.

Il n’est pas aussi bon qu’avant, la faute à un physique défaillant. Mais il a encore de beaux restes, et peut encore faire gagner un match. Van Persie a signé un doublé face à Galatasaray (2-0), offrant à Fenerbahçe une victoire de prestige dans le championnat turc.

On a eu droit à un beau derby de la Madonnina (2-2). Suso, buteur du gauche puis du droit, a donné l’avantage aux siens à 2 reprises, mais Perisic, passeur décisif (sur une fausse touche) et buteur dans les arrêts de jeu, a permis à l’Inter Milan de gratter le match nul. Pas de vainqueur, mais une belle opposition.

Le pire de la semaine

Le choc entre Manchester United et Arsenal n’a pas tenu ses promesses au niveau du jeu comme de l’arbitrage, avec un penalty oublié pour les Red Devils (1-1) et un carton jaune pour Mata, coupable… d’avoir célébré son but avec les fans ! A noter quand même la magnifique détente de Giroud, remplaçant efficace des Gunners.

Pendant une heure, Gladbach s’est créé pléthore d’occasions, ouvrant même le score. Cologne a subi, puis a marqué sur une tête très chanceuse de Modeste. Bien meilleur, le Borussia s’incline même sur un coup franc venu d’ailleurs de Risse. Séduisante, l’équipe de Gladbach est une des équipes européennes les moins chanceuses cette saison.

Sans Messi et Suarez, le Barça a laissé Malaga repartir du Camp Nou avec un point (0-0). Il faut dire que les Catalans sont tombés sur un grand Kameni. Champion olympique à 16 ans, on promettait monts et merveilles au Camerounais. S’il n’a pas atteint les sommets, il sait se sublimer à l’occasion.

C’est une surprise de voir la Roma s’incliner à Bergame (2-1), mais il faut dire que les joueurs de la Louve ont tout fait pour offrir les 3 points à l’Atalanta. Sous les yeux de l’arbitre, Paredes n’a rien trouvé de mieux que de faucher son adversaire et concéder le penalty de la gagne.

Il n’a fallu qu’une dizaine de minutes pour que Leicester concède 2 buts de Watford (2-1). A l’origine du super but de Capoue, Pereyra se fait plaisir sur le but du break. Le champion en titre, qu’on ne voyait évidemment pas favori cette année, va finalement se battre pour le maintien.

Wolfsburg n’arrive pas encore à se montrer solide, malgré l’arrivée d’Ismaël sur le banc. Dominés à domicile face à Schalke, les Loups ont logiquement fini par céder (0-1), avec de surcroit la chance d’avoir un arbitre qui n’a pas sifflé un penalty contre eux.

C’est un peu le malchanceux du week-end. Après avoir arrêté un penalty en fin de match, Pacheco a vu ses coéquipiers laisser Moreno marquer de la tête sur corner, sans qu’il ne puisse y faire grand-chose. Et c’est Alavés qui s’incline face à l’Espanyol (0-1).

Liverpool, en course pour le titre, a peut-être perdu 2 points précieux sur la pelouse de Southampton (0-0). Les Reds, en noir ce week-end, ont cruellement manqué de précision dans la finition, et ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Au moins auront-ils pu superviser leur prochaine recrue, les Reds ayant pour habitude de piocher dans le vivier des Saints.

Le Werder peut mettre des buts magnifiques, comme celui de Grillitsch, auteur d’un contrôle et d’une finition parfaites, cela ne servira à rien avec une défense pareille… Trop gourmand, Kruse ne dégage pas le ballon, offrant ainsi à Francfort et Barkok la possibilité de repartir sur le fil de Brême avec les 3 points (1-2).

Contre Swansea, Everton a fait… du Everton (1-1). Capable d’envolée lyrique, comme sur cette action collective de toute beauté mal conclue par Bolasie, mais aussi de faire n’importe quoi, comme Jagielka qui concède un penalty après avoir subi un grand pont, cette équipe a du potentiel, mais ne parvient pas à le concrétiser en résultats.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour