Restons connectés

Tour d’Europe : Griezmann se fait plaisir, Chelsea proche du titre

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Griezmann se fait plaisir, Chelsea proche du titre

Du beau jeu, les gros bras qui assurent, les stars qui assument : le week-end a été relativement pauvre en surprise, mais mouvementé en action. Et Modeste continue de planter dans l’indifférence générale.

Le héros du week-end : Modeste voit triple

Triple buteur face au Hertha Berlin (4-2), dont un bijou sur la seconde réalisation où son contrôle orienté est parfait, Modeste a une nouvelle fois été fabuleux avec Cologne, atteignant la barre des 22 buts en 25 journées de Bundesliga. Et si tout le monde s’est offusqué de l’absence de Lacazette en sélection, à juste titre, personne ne semble peiné par le fait que Deschamps se prive des services d’un attaquant aussi efficace cette saison qu’Aubameyang et Lewandowski. Peut-être parce que tout le monde a en tête ses saisons moyennes en Ligue 1, plus que ses récentes saisons en Allemagne.

Le zéro du week-end : Arsenal frise le ridicule

Les matches se suivent et les désillusions se succèdent pour les Gunners. Opposé à WBA, Arsenal a montré d’énormes lacunes, entre une défense inexistante sur corner, et un Ospina qui a fait une triste entrée en jeu (3-1). Ces résultats mettent un peu plus la pression sur Wenger, qui risque de voir des avions délivrés autant de messages de soutien que d’invitations à partir vers d’autres cieux. Mais avec l’équipe qui est la sienne aujourd’hui, a-t-il les moyens d’être un gros bras au niveau européen ou même domestique ?

Les faits du week-end

Victoire minimaliste pour Dortmund, qui a tremblé jusqu’au bout face à Ingolstadt sur un but d’Aubameyang (1-0). S’ils jouent comme ça face à Monaco, ils sont complètement prenables.

Chelsea est allé chercher sa victoire en champion face à Stoke City (2-1), en faisant parler son efficacié sur coup de pied arrêté. Il n’y a presque plus de suspense, les Blues gagneront la Premier League en fin de saison, sauf catastrophe.

https://twitter.com/BrouJaures/status/843417668589969409

On ne sait pas s’il a fait exprès, mais le but égalisateur de Jurado pour l’Espanyol est magnifique, d’une volée topée au sol qui lobe le gardien. Les Catalans peuvent s’estimer heureux, car c’est bien Eibar qui méritait le plus de gagner (1-1).

Unique buteur de la rencontre, Matias Fernandez s’est aussi procuré d’autres opportunités face au Genoa (1-0). C’est forcément une bonne nouvelle, tant le Chilien est un artiste, typiquement le style de joueur qu’on ne peut qu’apprécier.

Le Werder s’offre une victoire de prestige face à un Leipzig (3-0) avec à la clé de très jolis buts. Enorme, Junuzovic a mis un but et offert une passe décisive, tout en récitant un football techniquement juste.

Sur la pelouse de West Ham, Leicester a gagné de jolie manière (2-3) avec des buts de Mahrez et Vardy. Mais le bijou du match est à mettre à l’actif de Huth, qui profite d’une merveille d’ouverture de l’extérieur du pied de Drinkwater.

Contrairement à ce qu’on peut penser en regardant le score, le match entre Alavés et la Real Sociedad était particulièrement ouvert (1-0), et aurait pu finir sur une note plus prolifique : encore une belle publicité pour la Liga.

Plus connu pour ses débordements balle aux pieds, Cuadrado a marqué face à la Sampdoria d’un sacré coup de tête (0-1), plein d’envie pour devancer les défenseurs adverses. Le Colombien a parfois permuté avec Dybala qui prenait alors l’aile droite : une nouvelle expérience d’Allegri pour être plus imprévisible encore ?

Forcément, on est content de voir Müller marquer contre Gladbach (0-1). Mais c’est surtout Thiago qui continue à impressionner. L’Espagnol profite pleinement du système mis en place par Ancelotti pour exprimer ses immenses qualités.

Si le vrai restera toujours Vieri, Afobe mérite le surnom de bison également. Le buteur de Bournemouth, auteur d’un doublé face à Swansea (2-0), est un monstre physiquement, probablement le joueur le plus puissant d’Angleterre.

Dans la douleur, car on ne s’amuse jamais à Bilbao, le Real Madrid est allé chercher une précieuse victoire (1-2). Si Ronaldo a réussi 2 passes décisives avant de sortir, c’est Casemiro qui a été le grand bonhomme de la rencontre, omniprésent dans l’entrejeu, à l’origine du premier but, et capable de sang froid sur le second.

Double buteur et passeur décisif, Gomez a profité de la faiblesse de Pescara pour se faire plaisir (3-0). L’Argentin a définitivement trop de talent pour Bergame.

Moment gênant pour Valdés, qui glisse et offre le dernier but à Valencia. Le gardien de Boro ne peut rien par contre sur la frappe de mule de Lingard (1-3).

https://twitter.com/MonsieurUnited/status/843452420659273728

Peu aidé par son équipe, qui manque même de lui inscrire un but sur un lob de 30 mètres, Sirigu court encore après sa première clean sheet. Ce ne sera pas sur la pelouse du Betis, où Osasuna s’est incliné (2-0).

Un penalty ? Très peu pour Mertens, qui préfère marquer sur un splendide coup franc. Le Belge a encore été décisif pour Naples, victorieux face à Empoli (3-2).

Manchester City et Liverpool se sont livrés à une sacrée bataille, ponctuée par de nombreuses occasions franches (1-1) pour un spectacle constant. Fan d’une équipe ou de l’autre, tous peuvent s’estimer heureux d’avoir assisté à ce beau moment de football.

L’Alético a été impressionnant face à Séville (3-1), avec un Griezmann en feu, auteur notamment d’un splendide coup franc.

Quand on voit le but de Dzeko face à Sassuolo, et ce délicieux échange avec Strootman, on se dit vraiment que la confiance peut transfigurer un attaquant. Le buteur de la Roma n’a rien à voir avec l’attaquant emprunté qu’il était la saison dernière.

Passeur subtil pour Valencia, Lukaku s’est faire plaisir lui-même en inscrivant un doublé tardif face à Hull (4-0). Le Belge élimine superbement le gardien adverse qu’il met sur les fesses d’un passement de jambes éclair.

Le Barça a profité de l’expulsion de Mangala pour se faire plaisir, même si Valence a réussi à égaliser à un joueur de moins. Mais avec Suarez et Messi aussi précis dans le dernier geste, il n’y a pas grand-chose à espérer (4-2).

Il a fêté son anniversaire ce week-end

Dans un football où on pense statistiques, buts ou passes décisives, peut-on aimer un défenseur central ? Evidemment, surtout quand il allie solidité et élégance. Cet alliage était la marque de fabrique de Nesta, légendaire international italien qu’on ne présente plus. Capitaine très jeune d’une Lazio qui comptait beaucoup sur l’échelle européenne, Alessandro a ensuite connu ses plus belles heures à l’AC Milan, où il rivalisait avec Maldini en termes de classe sur la pelouse. Champion du monde, double vainqueur de la Ligue des champions, il ne lui a manqué que quelques centimètres pour également gagner l’Euro, mais le tir de Wiltord est finalement passé entre ses jambes, puis sous la main de Toldo. Qu’importe : Nesta conservera malgré ça une image de grand vainqueur de l’histoire du ballon rond, et parmi ses plus beaux ambassadeurs.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi, je vous invite donc à me donner votre opinion.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier tutoriel

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour