Restons connectés

PKFoot

Tour d’Europe : Griezmann toujours au top, l’AC Milan relève enfin la tête

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Griezmann toujours au top, l’AC Milan relève enfin la tête

Ce week-end, les attaquants français étaient en forme de l’autre côté des Pyrénées, avec un doublé pour Benzema, Gameiro et Griezmann. On retient aussi les performances énormes de Cech, Butland, Lux, Rulli et Handanovic dans leurs buts, tout en évoquant Manchester City dont personne ne semble vouloir parler dans la course au titre, malgré un profil plus que crédible.

Le meilleur de la semaine

Malgré une équipe de Crystal Palace qui n’aura pas démérité en première période, Manchester City a mérité sa victoire ce week-end (4-0). Incroyables de réalisme, les Skyblues ont réalisé de beaux mouvements collectifs, comme sur le troisième but. Auteur d’un doublé, Agüero préfère offrir le dernier pion à Silva, signe d’un groupe où le collectif prime. Grosse performance de Delph, qui a profité de la non-titularisation de Touré – auteur d’une bonne entrée – pour montrer qu’il pouvait avoir une influence presque aussi importante qu’à Aston Villa, si tant est qu’on le laisse faire. Seul bémol pour les Citizens : la faiblesse de sa défense, notamment dans les airs. L’absence de Kompany s’est vue, surtout lors du premier acte.

Décidément en pleine forme, Gameiro s’est offert un nouveau doublé avec Séville, face à Malaga (2-1). Le Français redevient celui qu’il était à Lorient : un redoutable attaquant sur contre-attaques, qui avale les espaces et fait preuve de sang froid dans le dernier geste. D’un lob puis d’une balle piquée, il a offert la victoire aux siens dans le derby andalou. Et encore, il aurait pu signer un triplé si une de ses tentatives n’avait pas été repoussée sur la ligne par un défenseur adverse

Si l’Inter Milan gagnait le titre cette année, le club lombard serait bien avisé de rendre un vibrant hommage à Handanovic. Le Slovène marche sur l’eau, et a encore permis à son équipe de s’en sortir plus que correctement sur la pelouse d’une Atalanta Bergame (1-1) qui s’est créé beaucoup plus d’opportunités. Sans son immense gardien, les Intéristes seraient loin de rêver de titre… A noter la belle action individuelle d’une vieille connaissance de la Ligue 1, Dramé, sur le but de Bergame.

Malgré l’erreur de Mbemba qui relance West Ham, Newcastle a mis fin à une série de 6 matches sans victoires, qui plus est face à une équipe bien classée (2-1). Wijnaldum a encore une fois été précieux, prouvant comme chaque semaine qu’il avait le niveau pour une équipe du top 5 de Premier League. Shelvey, transféré de Swansea, apporte déjà énormément de liant aux Magpies. Le divin chauve va faire du bien aux pensionnaires de St James Park.

Même sans Nolito, le Celta Vigo sait faire le spectacle, comme face à Levante (4-3). Il faut dire qu’avec Guidetti – le meilleur ami de Kurzawa et son salut militaire – et Iago Aspas, les Galiciens disposent d’attaquants complets et en pleine confiance cette saison. Le Suédois et l’Espagnol se sont régalés, et ont su se montrer efficaces pour compenser les faiblesses d’une défense endormie ce week-end.

Sans atteindre des sommets en termes de niveau de jeu, le derby d’Angleterre a été plutôt plaisant à suivre. C’est en grande partie grâce à Liverpool, qui a montré de belles choses, avec un allant offensif mal récompensée face à un De Gea inspiré, et bien aidé par la maladresse des attaquants adverses. Les Red Devils, qui n’ont pas montré grand-chose, procédant par principalement par de longs ballons approximatifs, s’en sortent très bien, grâce à ce coup de fusil de Rooney en fin de match, suite à un ballon renvoyé par la barre (0-1) suite à une tête de Fellaini. Le Belge, qui aime les duels, s’est chargé avec Lucas Leiva de mettre un peu de tension sur le terrain, devenant la cible des sifflets d’Anfield. A noter l’énorme retour défensif de Martial dans sa propre surface. Le Français, s’il s’entête parfois à vouloir faire la différence tout seul, souffre surtout du manque de mouvement devant, qui l’empêche de combiner. De l’autre côté, Sakho a été très solide. Rien n’est réglé à Manchester United, mais rien ne peut apporter plus de joie aux supporters qu’une victoire sur la pelouse de l’ennemi numéro 1.

Derby d’Angleterre oblige, on l’avoue, on n’a pas suivi la première période entre le Real Madrid et le Sporting Gijon (5-1). Le résumé permet néanmoins de voir une volonté d’aller de l’avant évidente, avec un nouveau festival de la BBC, et notamment un doublé de Benzema, dont une réalisation sublime en position acrobatique. La seconde période, plus anecdotique puisque les Galactiques avaient déjà une manita d’avance, sera nettement moins enlevée, malgré quelques beaux gestes techniques des individualités madrilènes. Certains diront que c’est obligatoire vu le calendrier, mais les débuts de Zidane n’en restent pas moins parfaits.

Sans convaincre, l’AC Milan s’est offert une victoire de prestige face à une Fiorentina à côté de la plaque (2-0). Les 2 formations ont eu peu d’occasions franches, mais Bacca avait réussi à ouvrir le score rapidement, offrant aux Rossoneri la possibilité d’attendre leur adversaire pour procéder en contre-attaques. Il n’y a pas eu grand-chose à signaler jusqu’au but tardif de Boateng, qui fait du bien pour son retour. Espérons que cela dure, car on connait le caractère imprévisible du Ghanéen, capable de coups d’éclat fabuleux, mais aussi d’être transparent. Quoi qu’il en soit, Mihajlovic s’offre un sacré bol d’air, et peut de nouveau rêver d’une place européenne en fin de saison.

Comme chaque week-end ou presque, Griezmann squatte le top de notre Tour d’Europe. Face à Las Palmas, le Français a encore brillé avec un joli doublé (3-0). On peut admirer sur chacune de ses réalisations son sens du jeu, avec un timing parfait sur ses appels en profondeur. Contrairement à ce que le score peut faire penser, Las Palmas n’a pas à rougir de sa prestation, puisque l’équipe a fait jeu égal avec l’Atlético pendant plus d’une heure. Malheureusement, l’équipe des Canaries ne dispose pas d’un Griezmann pour faire le geste juste dans la surface adverse.

Martinez qui lève le poing lorsque son équipe marque le but du 2-3 à Stamford Bridge, rien de plus logique. Malheureusement pour Everton, Terry marquera dans les tous derniers instants du match, à la 98e minute, d’une splendide talonnade (3-3). Et si les plus pointilleux souligneront le hors-jeu du capitaine des Blues, par ailleurs auteur d’un but contre son camp, on préfèrera retenir le spectacle constant qui accompagne les Toffees, une des équipes les plus imprévisibles d’Europe. Les supporters du PSG auront noté la forme retrouvée de Costa depuis le départ de Mourinho – hasard ou non, on vous laisse juger – mais aussi la fébrilité de l’arrière-garde de Chelsea.

Le FC Barcelone peut battre n’importe qui, on le sait. Alors quand les Blaugrana évoluent en supériorité numérique tout le match, il n’y a rien à faire. Ce n’est pas l’Athletic Bilbao, balayé par une MSN en feu, qui dira le contraire (6-0). Et encore, Messi est sorti rapidement, puisque le match était déjà plié. Suarez a profité de la fatigue adverse pour inscrire un triplé. L’Uruguayen, dont on oublie vite que la première saison en Catalogne a été tronquée par une longue suspension, donne la pleine mesure de son immense talent.

Mais aussi

Bonne performance offensive de Tottenham, qui a atomisé Sunderland (4-1) sans trembler, même après l’ouverture du score adverse. Les Spurs étaient meilleurs techniquement et physiquement que les Black Cats. Festival de Butland et Cech, qui préservent leurs buts pour un match nul entre Stoke City et Arsenal (0-0). Pedro Leon redevient, en quelques occasions, celui qu’il était avant de signer au Real Madrid. Ce fut le cas lors de la victoire de Getafe face à l’Espanyol (3-1).

Le pire de la semaine

Toujours pas de première victoire en Liga pour Neville sur le banc de Valence. Si l’ancien capitaine de Manchester United peut se réjouir de l’adresse de ses attaquants, avec un Negredo buteur sur un lob de plus de 40 mètres, et un Alcacer qui marque pour son entrée en jeu, l’équipe reste trop faible. Et encore, ce n’était qu’un Rayo Vallecano en grande difficulté défensive en face (2-2). Le but injustement refusé à Alcacer ne doit pas servir d’excuse à l’ancien Red Devil, qui connait décidément un apprentissage difficile en tant qu’entraineur. Espérons qu’on lui laisse sa chance, car toute personne qui a lu ses chroniques sur le Telegraph ne peut nier sa grande capacité d’analyse.

Le calendrier avait été clément avec Spaletti, pour son retour à la Roma qui accueillait la lanterne rouge, Vérone. De Rossi était d’humeur à envoyer du caviar à ses coéquipiers, comme sur le but de Nainggolan, ou sur une action qui aurait aboutie à un but sans un contrôle de 3 mètres de Dzeko. Mais cela n’a pas suffi, puisque Castan, préféré à un Rudiger en difficulté cette saison, n’a rien trouvé de mieux que d’offrir le penalty de l’égalisation à Pazzini (1-1). La Louve est encore en crise, rentrant aux vestiaires sous les sifflets de son propre public.

Journée portes ouvertes à Norwich, en déplacement sur la pelouse de Bournemouth qui en a profité pour gagner ce duel de bas de tableau (3-0). Certes, on n’aime pas trop regarder les équipes qui bétonnent trop, mais il y a un gap entre ne penser qu’à défendre, et ne pas le faire du tout. La seule occasion de Norwich ? Un lob complètement raté de Mbokani. Autant dire que supporters ayant fait le déplacement n’ont pas passé un très bon moment.

On aurait pu souligner la force de caractère de Naples, qui ne panique pas malgré l’ouverture du score concédée dès le début de match. On a préféré jouer les rabat-joies et mettre en avant le manque d’implication de la défense de Sassuolo. Sur le but de Callejon, comme sur le premier d’Higuain d’ailleurs, personne n’attaque le joueur qui centre, en l’occurrence Insigne puis Hamsik. Pire encore : personne ne bouge dans la surface à part le buteur napolitain. Ainsi, l’un comme l’autre peuvent être trouvés alors qu’ils sont sur chaque action à 1 contre 4 défenseurs dans la surface ! Et que dire du dernier but, où personne n’a la bonne idée d’attaquer Higuain, lui laissant tout le loisir de tirer alors qu’il est en pleine bourre en ce moment…

Enorme erreur de relance de la Real Sociedad qui offre l’ouverture du score à La Corogne (1-1). Heureusement, les locaux ont pu compter sur un bon Rulli dans les buts, qui a limité les dégâts et permis à son équipe de rester dans le match. L’égalisation d’une Panenka de Prieto peut sembler dure pour Lux, qui avait également signé une performance de choix dans les cages du Deportivo.

Leicester marque le pas, et concède le match nul face à Aston Villa (1-1). Si le but des cancres de la Premier League est entaché d’une main qui aurait pu être sifflée, c’est l’incapacité des hommes de Ranieri de tuer le match qui inquiète. Drinkwater a vendangé une énorme occasion, tandis que Mahrez a raté son second penalty consécutif. La surprise de l’année a-t-elle perdu son modjo ?

Mais aussi

Palerme est définitivement en crise, avec des joueurs qui ne veulent plus écouter leur entraineur. Le Genoa en a logiquement profité, avec en point d’orgue des chefs d’œuvres pour le premier et dernier but (4-0). Défaite surprise de la Sampdoria sur la pelouse de Carpi (2-1), malgré beaucoup d’occasions. L’Udinese a eu la malchance d’inaugurer son nouveau stade face à la Juventus, soit l’équipe la plus forte d’Italie en ce moment (0-4). Les autres Bianconeri peuvent se rassurer : l’opposition ne sera pas similaire chaque semaine.

 

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour