Restons connectés

Tour d’Europe : Isco se régale, le Bayern n’y arrive plus

Tour d'Europe Bayern MunichReal Madrid CF

Tour d’Europe : Isco se régale, le Bayern n’y arrive plus

Le monde devient fou : la Juventus et le Bayern ont concédé le match nul après avoir mené de 2 buts. Heureusement, Naples continue de flamber, Messi régale, et les clubs de Manchester s’affirment comme les prétendants au titre les plus sérieux. Enfin, les Japonais sont à l’honneur, entre Kagawa, Muto, Haraguchi, Yoshida ou Osako.

Derrière le buteur Aubameyang, les profils sont nombreux pour jouer en soutien : Yarmolenko, Reus, Schürrle, Götze, Pulisic, Phillip, Kagawa… Tous ne peuvent être titulaires à chaque match, malgré un talent certain. Face à Augsbourg, le Borussia a choisi d’aligner Kagawa dans le onze de départ. Brillante idée, tant le Japonais a régalé, jouant simple et juste, se montrant toujours disponible, et marquant un bijou de lob dans un style tout en finesse qui le caractérise si bien. De tous les potentiels milieux offensifs de l’équipe, il n’est ni le plus rapide, ni le plus puissant, mais il est peut-être celui qui lit le mieux le jeu. Au vu du match catastrophique d’Aubameyang, qui a manqué plusieurs occasions dont un penalty sur une Panenka, il est important de disposer de plusieurs cordes à son arc. Si Shinji ne sera sans doute pas titulaire à chaque fois, on se délectera à chaque apparition du petit numéro 23.

Ce qu’on a vu ce week-end

  • Goretzka a d’abord marqué d’un magnifique coup franc, avant de rater le but du break. Quelques minutes plus tard, le Bayer égalisera face à Schalke, dans un choc houleux, avec beaucoup d’accrochages entre les joueurs.
  • Sous les yeux de Beckham, Manchester United a déployé un joli jeu offensif face à une faible équipe de Crystal Palace. Mata a mis son premier but en Premier League, tandis que Martial a encore été décisif en offrant un but à Lukaku.

  • Sans gagner, Gérone a quand même régalé sur la pelouse du Celta Vigo. Le promu n’a pas de star dans son effectif, mais divertit beaucoup par son insatiable envie d’aller de l’avant.
  • Le Torino a laissé Vérone refaire un retard de 2 buts. Dommage, car Niang avait réalisé un joli exploit personnel pour marquer le but du break.

  • En football, ce n’est pas la taille qui compte. Auteur d’un but de la tête alors qu’il n’est pas spécialement grand, Muto l’a encore prouvé, face à Wolfsburg. Le Japonais de Mayence nous a rappelé Saviola, autre lutin très efficace dans les airs.
  • Un but du droit, un but du gauche : Kane s’est fait plaisir face à Huddersfield. Le buteur de Tottenham est étonnant dans sa capacité à se mettre si vite en position de frappe.

  • Si le résultat peut sembler poussif, La Corogne a pourtant déployé un jeu offensif de grande qualité face à Getafe. Les Galiciens auraient pu mener de 3 buts à la pause.
  • Hamsik a ouvert le score face à Cagliari suite à un une-deux de grande classe avec Mertens. Naples engrange les points de façon frénétique, et peut rêver d’un titre de champion.

  • Le match entre Gladbach et Hanovre est un argument de plus pour les détracteurs de la vidéo : attendre autant de temps pour refuser un penalty puis finalement l’accorder, cela dénature un peu le jeu. Pourquoi n’accepte-t-on pas que l’arbitre puisse, comme les joueurs ou les entraineurs, commettre une erreur ?
  • Bournemouth peut s’en vouloir : Leicester repart avec un point, alors que les locaux ont eu pléthore d’occasions d’ouvrir le score et donc de gagner.
  • Las Palmas a eu une occasion en or de mener à la pause. On ne loupe pas ça sans le regretter ensuite. Messi, d’abord malheureux, a réussi un beau doublé, se permettant même de passer le gardien… en marchant. On ignorait que c’était possible.

  • La Sampdoria a tendu le bâton pour se faire battre, en concédant 3 penaltys, et en récoltant un carton rouge face à l’Udinese. Cela n’enlève en rien la beauté du lob de Maxi Lopez, pour la seule réalisation dans le jeu.
  • Dans un match à suspense, marqué par une erreur inattendue de Badstuber, Haller a été le héros de Francfort en crucifiant Stuttgart d’une magnifique retourné acrobatique dans les arrêts de jeu. Cocorico !

  • La puissance, c’est important en Premier League. La façon dont Rondon résiste au duel pour ouvrir le score face à Watford le prouve. Le joueur de WBA a su jouer de tout son poids pour garder l’équilibre et marquer dans un angle fermé.
  • Passeur décisif, Ronaldo n’a pas réussi à marquer face à l’Espanyol. Pas grave, le Real Madrid a pu compter sur , auteur d’un doublé. Mis à part lui, les autres ont été particulièrement maladroits au moment de conclure.

  • C’était un duel de fortes têtes entre la Fiorentina de Simeone et le Chievo de Gastro. C’est le second qui clôt la marque d’un coup de casque splendide, que ne renieraient pas les meilleurs spécialistes mondiaux dans ce domaine.
  • Le Bayern n’y arrive plus. Alors que le champion menait de 2 buts, il a laissé le Hertha Berlin égaliser, comme Wolfsburg la semaine dernière. Auteur d’un petit numéro de soliste sur la réduction du score, Haraguchi a redonné espoir aux siens.

  • Le capitaine Yoshida a mis un joli but pour Southampton. Mais c’est bien Stoke qui s’en sort, grâce notamment à l’éternel Crouch.
  • Dans des conditions médiocres pour jouer, la Real Sociedad et le Bétis ont pourtant refusé de fermer le jeu. On a donc eu un déluge de buts, parfois du grand n’importe quoi, mais toujours du spectacle.
  • Sous le regard de Totti, la Roma est allé chercher une victoire précieuse sur la pelouse de l’AC Milan, qui n’a pas été ridicule. Mais les joueurs de la Louve ont été plus réalistes, montrant la différence entre une équipe solide et une équipe logiquement en rodage.

  • Puisqu’on est sensibles aux feintes de frappe, on remercie Niederlechner qui a égalisé pour Fribourg face à Hoffenheim sur une action modèle. Le football avec des joueurs lucides, c’est quand même plus sympa.
  • Feinte de frappe toujours : Luis Alberto a été magnifique dans le festival de la Lazio contre Sassuolo, en éliminant un gardien parti aux fraises plutôt que de tirer de façon hâtive. Déjà auteur d’un sublime coup franc, l’Espagnol a contribué à la belle victoire des siens, qui avaient concédé l’ouverture du score, mais qui terminent sur un score de tennis !
  • Malgré plusieurs parades de Courtois, et un sauvetage sur la ligne de Rüdiger, Chelsea s’est incliné sur un coup de tonnerre de De Bruyne. Les Blues n’ont pas réussi à mettre beaucoup en difficulté leur adversaire.

  • Pour une fois, l’homme décisif n’est pas Icardi ou Perisic, mais bien Brozovic, auteur d’un doublé face à Benevento, dont un sompteux coup franc.
  • La Juventus a concédé un match nul face à l’Atalanta, en menant de 2 buts, en ayant un but refusé… Ne cherchez pas, on veut chambouler vos habitudes, mais tout va vite revenir à la normale. Dommage pour Bernardeschi, enfin titulaire, et auteur d’un but et d’une passe décisive. De quoi inspirer Twitter.

  • Bakambu a vu triple face à Eibar. Le buteur de Villarreal est passé maître de l’appel en profondeur, mais tout le monde s’en moque. Et c’est bien dommage.
  • Si c’est Valence qui gagne, c’est pourtant Aduriz qui nous a fait rêver. Ce contrôle orienté sur son but, ça nous a rappelé van Nistelrooy. Autant dire que c’était magique de la part du vétéran de Bilbao.

Il a fêté son anniversaire ce week-end

Si le football était une affaire de gros bras, en serait sans doute une légende. Incroyable boule de muscles, « the Beast » n’aura pas eu l’incroyable carrière qu’on lui a prédit suite à ses 2 exercices brillants à Séville, mais il aura néanmoins laissé un souvenir particulier au sein du Real Madrid, d’Arsenal, de la Roma ou de Malaga. Loin d’être un joueur historique de ces clubs, le Brésilien avait un physique si peu commun, et une façon de courir si peu ordinaire qu’on le prenait volontiers pour un ovni du ballon rond. Il avait plus la tête à jouer dans Fast and Furious que sur un terrain de foot. Pourtant, quand on enquille 46 sélections avec le Brésil, une Copa America, une Coupe des Confédérations et une Liga, c’est qu’on n’est pas manchot. Si seul le soleil andalou aura permis de faire rayonner la bête à son maximum, tout le monde se souvient de lui.

Continuer la lecture
Publicité Agence eMarketing Neuf et demi Nantes Paris

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi, je vous invite donc à me donner votre opinion.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Dernier quiz

Devenez rédacteur sur le blog foot PKFoot.com
Retour