Restons connectés

Tour d’Europe : Leicester et le Bayern attendent encore, le Barça garde la main

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Leicester et le Bayern attendent encore, le Barça garde la main

Ni le Bayern Munich, ni Leicester n’aura réussi à officialiser son titre de champion. Mis sous pression par les clubs de Madrid, Barcelone garde la main. Loin de ces considérations, Townsend et Vazquez ont offert de l’espoir à Newcastle et Palerme, Mané a vu triple, Klose a choisi la finesse et Belotti la vitesse, tandis que Soldado s’est également distingué.

Le meilleur du week-end

On disait après le match face à Southampton que marquer un but magnifique serait inutile pour Townsend, tant que sa défense jouait en mode plots. C’est complètement différent quand l’adversaire du jour, à savoir Crystal Palace, ne montre rien, et que Darlow arrête un penalty. Dans un cas comme ceci, le coup de patte sur coup franc de l’ancien Spur prend tout son sens (1-0). Newcastle peut encore croire au maintien.

En l’absence de Benzema et Ronaldo, Bale endosse le costume de joueur décisif du Real Madrid. Cela a encore été le cas face à la Real Sociedad. Très supérieurs techniquement, les Madrilènes ont eu beaucoup d’occasions mais ont eu besoin d’un coup de tête tardif du seul membre disponible de la BBC pour remporter un succès qui leur permet de rêver encore un peu au titre (1-0).

Déjà buteur la semaine dernière, Kagawa a remis ça pour l’ouverture du score face à Wolfsburg. Le Japonais, étincelant, a également signé la passe décisive sur le 2-0. Mais plus que la performance du numéro 23, c’est le Borussia qu’il faut féliciter dans son ensemble (5-1). Lors du 1er et 3e but, 5 joueurs de Dortmund se retrouvent dans la surface, prêts à marquer. Si le football de Tuchel est moins frénétique que celui de Klopp, il est tout aussi offensif, et sans doute plus envoutant.

Buteurs face à l’Udinese, Martinez et Belotti devront aussi se disputer le « titre » du plus beau but de la rencontre. Le premier a marqué suite à une superbe feinte de frappe, quand le second s’est permis de partir de son propre camp, de passer un grand pont, avant de battre le gardien adverse. Du grand art.

Quand un latéral reprend un centre venu de l’autre côté pour marquer, on crie à la gloire du football total, tout du moins quand ça arrive à Barcelone. Cette fois-ci, ce n’était que Baines pour donner la victoire à Everton face à Bournemouth (2-1), mais on salue quand même l’initiative de l’Anglais.

Remplaçant pour la première fois en Liga cette saison, car ménagé avant la demi-finale retour de Ligue des champions, Griezmann a malgré tout été l’homme providentiel de l’Atlético Madrid, puisqu’il inscrit l’unique but face au Rayo Vallecano… sur son premier ballon (1-0). Pour ceux qui en doutent encore, on insiste lourdement : oui, c’est vraiment un joueur spécial.

Même championne, la Juventus Turin continue à gagner, histoire de ne pas fausser le championnat. Dommage pour Carpi (2-0) qui voit revenir Palerme à hauteur, dans la course au maintien. Et même si on aimerait voir cette équipe se maintenir en Série A, car elle n’est clairement pas la plus moche à regarder, on ne peut que saluer l’état d’esprit irréprochable de la Vieille Dame.

Les frères Ayew ont marqué ce week-end, mais avec un bonheur différent. Jordan n’a pas pu empêcher la défaite presque tragique d’Aston Villa, réduit à 10 et battu malgré une avance d’un but à la fin du temps réglementaire.(3-2) face à Watford. André a offert la victoire à Swansea sur Liverpool (3-1) grâce à un doublé dans son style : une tête pour commencer, puis un but à l’arraché avec toute la hargne qui le caractérise.

Pas emballant, le FC Barcelone a quand même assuré l’essentiel face au Bétis Séville (2-0). Comme souvent, la lumière est venue de Messi, double passeur décisif, qui profite notamment d’une incroyable bévue de la défense andalouse sur l’ouverture du score. Le Barça, bien que moins souverain qu’il y a quelques semaines, garde son destin en main pour le titre de champion.

Bien aidé par un Ranocchia qui avait la tête dans les nuages (pour ne pas dire pire), Palerme a réussi à obtenir une victoire qui pourrait s’avérer précieuse dans la course au maintien. En disposant de la Sampdoria (2-0), les Siciliens ont fait la bonne opération du week-end puisque leurs concurrents directs n’ont pas gagné. Le magicien Vazquez a encore frappé, avec un but et une passe presque décisive puisqu’elle est convertie par un défenseur adverse et ne lui sera donc pas attribué. Qu’importe, l’Italien d’adoption a encore fait étalage de son talent, et devrait logiquement changer de tunique lors du prochain mercato. Ce qu’il réalise cette saison, dans le contexte instable du club, est en tout cas impressionnant.

Des occasions en pagaille, 4 buts marqués, des tirs qui finissent sur les montants : la première demi-heure entre Grenade et Las Palmas a été complètement folle ! Ce sont les visiteurs qui l’emportent, et sortent ainsi de la zone rouge (3-2).

S’il a évidemment beaucoup de talent, c’est surtout grâce à son envie que Mané a inscrit un triplé face à Manchester City. Sur son 1er et 3e but, il déclenche son appel de sa moitié de terrain pour offrir à Long puis Tadic une solution de passe létale. Sur le second but, il va chercher le ballon entre les passifs Kolarov et Zabaleta. Le Sénégalais éclipse ainsi le doublé d’Iheanacho (4-2). Le jeune Citizen montre à chaque touche de balle qu’il est pétri de talent, et réussit un premier exercice pro remarquable.

Parfois, les buteurs se sentent coupables lorsqu’ils marquent face à leur ancienne formation. Opposé à Valence avec Villarreal, Soldado a choisi un autre moyen pour être décisif l’esprit tranquille, puisqu’il a été double passeur décisif (2-0). Sur les actions amenant les 2 buts, l’attaquant du sous-marin jaune l’a joué façon Iniesta. Forcément, ça fait la différence.

On peut être un des meilleurs gardiens de Série A, à savoir Handanovic, on ne peut pas faire grand-chose quand on est livré à soi-même face à un attaquant de classe internationale qui a plusieurs secondes pour prendre sa décision. Profitant d’une défense intériste à la rue, Klose a montré son sang-froid, puis sa classe, en réalisant une merveille de balle piquée. Deutsche qualität.

Mais aussi

Malgré toute la bonne volonté de Nyland dans les buts, Hoffenheim est venu à bout d’Ingolstadt (2-1). On l’avoue, Crouch nous a manqué, et on est contents qu’il ait été décisif sur le but de Stoke City face à Sunderland (1-1). Super but de Noble pour clore la marque entre WBA et West Ham (0-3).

Le pire du week-end

Certes, il y a du talent chez Schalke. Mais sans retirer le mérite des joueurs de Gelsenkirchen, la façon dont défend Hanovre explique en grande partie leur place de lanterne rouge de Bundesliga (1-3). L’arrière-garde a laissé Mané et consorts de balader comme à l’entrainement.

La victoire face à Norwich était presque anecdotique pour Wenger, qui n’a pas pu passer à côté des pancartes « Time for Change » affichés par de nombreux fans de l’Emirates. Habituellement soutenu par tous, le Français est chahuté en cette fin de saison. Mais tant qu’Arsenal se qualifie en Ligue des champions, les actionnaires ne devraient pas lui en tirer trop rigueur.

Déjà auteur de la faute qui amène le penalty de l’égalisation pour Aduriz, Cabral n’a rien trouvé de mieux que de récolter un second carton jaune pour avoir tapé sur la tête de l’attaquant de Bilbao, qui en rajoute certes un peu, mais qui n’invente pas ce stupide geste pour autant. Dommage, car le Celta Vigo semblait avoir les moyens de faire mieux sur la pelouse de l’Athletic (2-1).

Une fois n’est pas coutume, il est loin d’avoir été irréprochable ce week-end. Mais Donnarumma a encore l’avenir devant lui. Ce n’est pas forcément le cas d’Alex, coupable sur le 3e but : le Brésilien n’aura jamais eu l’air aussi pataud face à la vivacité de son adversaire direct. Plus jeune, mais sans véritable perspective d’avenir non plus, à moins d’un rebondissement invraisemblable de situation, Balotelli a réussi à rater un penalty, puis à complètement oublier Bacca sur la balle de match (3-3).

Intéressant en première partie de saison, le Hertha Berlin dégringole et joue sur le même rythme que la saison dernière depuis quelques mois, à savoir celui d’une équipe qui lutte pour le maintien. Le club de la capitale a encore perdu, offrant au Bayer Leverkusen une qualification directe pour la prochaine Ligue des champions, célébrée comme un titre au coup de sifflet final.

Séville a consolidé son avant-dernière place du classement des formations de Liga à l’extérieur. Les Andalous ne savent pas voyager, comme en atteste leur défaite face à l’Espanyol Barcelone (1-0). Emery n’a pas tout fait pour améliorer ce bilan, puisqu’il a aligné une équipe remaniée, en vue d’économiser des forces avant la demi-finale retour de Ligue Europa.

Mais aussi

Le Bayern Munich a raté l’occasion de fêter un nouveau titre de champion d’Allemagne en concédant le match nul face à Gladbach (1-1). Idem pour Leicester, qui revient avec le point du match nul face à Manchester United (1-1). On ne peut pas gagner quand on est trop maladroit. Vérone l’a vérifié face à Sassuolo (guère plus brillant mais chanceux sur le but inscrit) avec 14 tentatives trop approximatives, et aucune parade significative à réaliser pour Consigli. Enfin, Hummels a déjà perdu le soutien de ses fans, qui lui reprochent des envies de rejoindre l’armada du Bayern. Quand on vous dit que les histoires d’amour finissent mal…

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour