Restons connectés

PKFoot

Tour d’Europe : Leicester proche du titre, Zidane gagne son premier Clasico

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Leicester proche du titre, Zidane gagne son premier Clasico

Pato qui marque en Europe, Torres qui fait le bonheur de l’Atlético Madrid, El Shaarawy buteur, Ribéry homme providentiel du Bayern Munich : on se croirait presque revenu quelques années en arrière. Heureusement, Leicester est là pour nous rappeler qu’en 2016, les choses ont changé. Les Foxes sont plus que jamais proches d’un titre inattendu. Quant aux Blues, ils sont toujours aussi efficaces, et c’est tant mieux.

Le meilleur du week-end

On va le mettre dans le top du week-end, parce qu’on est content que le premier Clasico de Zidane sur le banc soit un succès. Mais à vrai dire, on ne sait pas trop quoi penser de ce match qui aura été plus réussi via le tifo en hommage à Cruyff (la minute de silence n’ayant pas été respectée) que via le spectacle proposé sur la pelouse. Le FC Barcelone a longtemps monopolisé le ballon, butant sur le bloc madrilène malgré quelques inspirations de la MSN. Mais il aurait peut-être été nécessaire d’arrêter de jouer au petit trot pour espérer mieux. Du côté du Real Madrid, c’était très fébrile pendant un moment mais toujours solidaire, et surtout trop peu imaginatif devant : balancer en espérant que Bale ou Ronaldo puisse prendre tout le monde de vitesse n’est pas viable sur le long terme. La seconde période a été plus belle, sans atteindre les sommets de jeu espérés. Concrètement, il semble que la Maison Blanche ait accepté son infériorité technique et ne souhaite plus vouloir s’imposer par le jeu. Même l’arbitrage aura été moyen, Ramos devant probablement être exclu avant, et le Real Madrid ayant été lésé d’un but valable. Seule la remonté madrilène aura le mérite de rendre exaltante la fin de match, offrant un joli scénario à son illustre coach pour une victoire inattendue mais qui donnera un peu plus de crédit à Zidane, dont la crédibilité reste à construire. Mais le plus beau est peut-être à venir. Luis Enrique, qui aura perdu la bataille tactique, aurait-il trop pensé au match de mardi ? On ne l’espère pas : on ne badine pas avec un Clasico, même avec la Ligue des champions qui approche, même avec autant de points d’avance…

Mayence continue son bonhomme de chemin, en venant à bout d’Augsbourg au prix d’un passionnant chassé-croisé (4-2). Des buts, du jeu, de l’allant, il ne manque pas grand-chose à cette équipe, qui aura la lourde tâche de confirmer la saison prochaine. En espérant qu’elle puisse le faire avec Malli, Clemens ou De Blasis. Profitant de l’esprit offensif de son équipe, l’Argentin a marqué de la tête du haut de ses 1m64 !

Arsenal a facilement pris la mesure de Watford (4-0) grâce notamment à un Alexis Sanchez buteur puis passeur. De nouveau titulaire, Iwobi a marqué en première période avant de trouver la barre en seconde mi-temps. Le jeune milieu est déjà intéressant pour son volume de jeu et sa projection vers l’avant. Giroud a une nouvelle fois débuté sur le banc, Wenger lui préférant Welbeck.

Eliminée avec les honneurs par le Bayern Munich en Ligue des champions, la Juventus peut désormais se concentrer sur le championnat. Et ce n’est pas une bonne nouvelle pour les autres équipes de Série A. Empoli en a été la première victime (1-0), sur un score trompeur tant la Vieille Dame a dominé la rencontre. Mandzukic a profité d’un bon travail de Pogba pour marquer l’unique but de la rencontre. Très en jambes pendant 90 minutes, Morata a posé beaucoup de problèmes à la défense adverse par sa mobilité. Il ne manquait qu’un but à l’Espagnol, qui a trouvé la barre sur une frappe lointaine.

L’Atlético Madrid a fait le travail face au Bétis Séville (5-1) malgré un but pour les visiteurs de l’inévitable Ruben Castro. On s’attendait un peu moins en revanche de retrouver le Torres du début des années 2000. Buteur d’une balle piquée parfaite, actif dans de beaux mouvements collectifs, très disponible et notamment auteur d’un grand pont sur l’action du second but, El Nino a refait rêver, le temps d’une heure, ses fans de la grande époque. Saluons également l’altruisme de Correa, qui préfère offrir un doublé à Griezmann plutôt que de tenter sa chance, quand bien même le match est plié. L’Argentin, en concurrence avec de très bons joueurs, n’est pas titulaire indiscutable. Mais plutôt que de vouloir marquer pour se montrer et gagner des points, il privilégie le collectif quoi qu’il arrive.

C’est difficile de ne plus y croire complètement. Avec 7 points d’avance sur Tottenham, Leicester se dirige de plus en plus vers le titre en Premier League. Vainqueur face à Southampton (1-0), qui se sera créé une très belle occasion via Mané, les Foxes ont fait le dos rond, et Morgan a marqué un but capital. Les plus critiques diront, sans doute à juste titre, que l’arbitre oublie 2 mains dans la surface qui auraient provoqué autant de penaltys pour les Saints.

Un super but et une passe décisive, Chicharito a fait mal à Wolfsburg lors des 30 minutes qu’il a passé sur le terrain. Le Mexicain permet à son équipe de l’emporter (3-0). A noter également l’exquise passe décisive de Calhanoglu. Celui qu’on avait élu meilleure recrue de la Bundesliga la saison dernière continue sa progression au sein du Bayer Leverkusen, qui se replace dans la course à la Ligue des Champions. Pour Wolfsburg, quart de finaliste de la Ligue des champions, rien ne va plus. Les Loups semblent complètement baisser les bras ces dernières semaines.

Supérieure dans tous les domaines, la Roma a écrasé la Lazio, qui peut s’en vouloir d’avoir raté des occasions alors que le score était de 2-1. Mais sur l’ensemble du match, c’est indubitablement les Giallorossi qui ont mérité de s’imposer. Buteur retrouvé depuis son retour en Italie, El Shaarawy a ouvert le score d’une très belle tête. A noter également la lucidité de l’arbitre qui ne siffle pas sur le second but, pour laisser l’avantage, ce qui mène au but de Dzeko.

En déplacement à Bournemouth, Manchester City s’est bien amusé pour préparer la Ligue des Champions (0-4). De Bruyne a soigné son retour avec un magnifique but, en conclusion d’un mouvement de grande classe entre Agüero et Silva. Les Skyblues menaient déjà de 3 unités au bout de 18 minutes !

Le Bayern Munich l’a emporté face à Francfort par la plus petite de marges (1-0) malgré pas mal d’occasions franches. C’est Ribéry qui marquera l’unique but du match d’une fabuleuse reprise en retourné acrobatique, après un bon rush de Götze, buteur avec sa sélection et enfin titulaire en club. Remuant et disponible, Ribéry est l’homme du match côté munichois, même si Xabi Alonso a encore fait parler sa précision dans le jeu long, heurtant même la barre suite à un coup franc presque parfait.

Déjà buteur sur coup franc avec l’équipe de France, Payet a remis ça ce week-end face à Crystal Palace. Irréelle, sa frappe semble partir dans les nuages avant de retomber magnifiquement. Dommage pour lui, sa défense avait décidé d’offrir 2 buts à l’adversaire, ce qui est toujours handicapant quand on espère gagner un match (2-2)…

Même un match de bas de tableau peut être intéressant en Bundesliga. Stuttgart, en déplacement dans le stade champêtre de Darmstadt, peut remercier Titon d’avoir sorti la balle de match au bout d’un réflexe invraisemblable. Animée, la rencontre a accouché d’un match tout sauf nul (2-2), avec une nouvelle réalisation de Sandro Wagner, parmi les révélations de la saison.

Malgré la pluie, le match entre le Celta Vigo et le Deportivo La Corogne est resté plaisant (1-1), avec quelques beaux mouvements des 2 côtés. Moins médiatisé que le Clasico, le derby de Galice n’en est pas moins important pour les locaux, comme en témoigne la ferveur des nombreux fans du Deportivo qui ont fait le court déplacement lors de l’ouverture du score. Puisqu’on aime ces 2 équipes, on est contents de voir Nolito égaliser de belle manière. La façon dont il ouvre son pied pour enrouler et trouver la lucarne est à montrer dans toutes les écoles de football.

Dortmund continue d’espérer un faux pas du Bayern Munich. Le Borussia a réussi à venir à bout d’un Werder Brême incroyable de réalisme avec 2 buts en 2 occasions. Mais il en fallait plus pour ne pas rentrer bredouille du Signal Iduna Park. Aubameyang a encore marqué, sur une action toute en vitesse et une finition tout en toucher. Puis, le coaching de Tuchel a fait le reste, puisque Kagawa, déjà buteur en sélection et qui a débuté sur le banc en raison d’un aller-retour éreintant en Asie, et Ramos se sont montrés décisifs (3-2).

Mais aussi

Joli triplé de Suso pour Genoa, face à Frosinone (4-0). Inespéré, le maintien du Rayo Vallecano prend de plus en plus forme après cette victoire face à Getafe, concurrent direct (2-0). Belle partition entre Eibar et Villarreal (2-1).

Le pire du week-end

Aston Villa n’a pas la meilleure équipe de Premier League, mais elle n’est pas censée être la pire sur le papier. Pourtant, les joueurs de Birmingham enchainent les vilaines prestations, où le manque de révolte est aussi inquiétant que le nombre d’erreurs techniques. Au moins, Chelsea en aura profité pour s’amuser (0-4) et offrir de beaux débuts à Pato. Le Brésilien a marqué sur penalty, s’est montré impliqué dans la combinaison du 3e but avant que sa frappe mal repoussée ne provoque la dernière réalisation des Blues. On voit mal l’ancien Milanais revenir à son meilleur niveau, mais en bon amoureux du beau jeu, on l’espère de tout cœur.

Las Palmas étant une équipe réjouissante, on est heureux de la voir s’éloigner de la zone rouge, et ce en dépit de l’invraisemblable boulette de son gardien en tout début de match. Mais on reste surpris que cela se fasse au détriment de Valence, pour qui cette saison est de plus en plus longue (2-1). Ce but gag de Mustafi contre son camp illustre parfaitement la guigne qui accompagne les Valencians cette saison.

En déplacement à Ingolstadt, qui n’a rien à jouer sur cette fin de saison, Schalke avait une belle occasion de recoller au peloton de tête. Mais quand on voit leur niveau d’implication, notamment en défense, on peut se demander si les pensionnaires de Gelsenkirchen souhaitent vraiment disputer la prochaine Ligue des Champions. Balayés à l’envie (3-0), les visiteurs réalisent la mauvaise opération de ce week-end.

Malgré la victoire, Manchester United n’a pas régalé son public face à Everton (xw1-0). Trop longtemps, il ne se passait pas grand-chose pour ne pas dire rien à Old Trafford. C’est finalement sur une belle action collective, seule véritable opportunité franche du match, que Martial a inscrit le 1000e but des Red Devils à domicile en Premier League. Mais encore une fois, et même si la quatrième place n’est plus si loin, quel ennui…

Naples a subi la loi des Bianconeri, mais pas ceux de Turin. C’est l’Udinese qui a peut-être mis fin aux espoirs de titre, reléguant son adversaire du jour à 6 points du leader. Le Napoli peut s’en vouloir : la défense a été désastreuse, concédant 2 penaltys pas très bien tirés par Fernandes, qui verra une de ses tentatives arrêtées par Gabriel qui faisait sa première apparition en Série A avec son club. Le score est alors de 1-1, puisqu’Higuain a égalisé entretemps, et on se dit que Naples va finir par l’emporter. Mais de héros, Gabriel se transformera en zéro avec un contrôle manqué, qui le force à déserter ses cages, laissant son opposant centrer pour Fernandes qui donnera l’avantage aux siens d’une belle reprise acrobatique, mais dans un but vide. Deschamps aura sans doute noté la performance apocalyptique de Koulibaly, et le coup de sang d’Higuain qui pourrait lui valoir plusieurs matches de suspension. Voici 2 joueurs qu’on risque de ne pas voir à l’Euro… :)

Même lui peut avoir des jours sans. Aduriz a d’abord trouvé la barre, avant d’envoyer son penalty sur le poteau. Dommage, car l’Athletic Bilbao n’a pas réussi à battre Grenade (1-1), malgré la magnifique ouverture du score de Lekue, auteur d’un grand pont sur l’action. Le jeune Penaranda a égalisé, pour un point qui pourrait être précieux dans une lutte pour le maintien très serrée en Liga.

Dans un match capital pour le maintien, Newcastle a craqué. Les Magpies pouvaient déjà s’estimer très heureux d’être parvenu à égaliser par 2 fois, tant leur performance du jour était médiocre. Ils finiront néanmoins par craquer dans les arrêts de jeu, pour une défaite cruelle sur son scénario, mais finalement assez logique pour Norwich. Indice qui ne trompe pas sur la faiblesse de Newcastle : Mbokani n’a jamais paru aussi puissant et rapide !

L’Inter Milan a complètement craqué en seconde période, après avoir pourtant mené au score à la mi-temps. Mais le Torino est allé trop vite, Miranda se faisant expulser avant d’être imité par Nagatomo, qui concède en prime le penalty de la gagne par la même occasion. Dommage, car la 4e place tendait ses bras aux Intéristes, qui clôturait la 31e journée de Série A.

En allant chercher un résultat à Gladbach, le Hertha Berlin aurait pu conforter sa place sur le podium et éloigner la horde de concurrents. Mais le club de la capitale a sombré face au Borussia (5-0) en mode boulimique. Mais sans vouloir retirer le moindre mérite à la victoire des locaux, c’est la passivité des Berlinois qui a surpris. Sur certaines séquences, on aurait cru que les joueurs de Gladbach pouvaient jouer à la passe à 10 dans la surface adverse, sans qu’on ne vienne les perturber.

L’AC Milan a encore déçu, cette fois sur la pelouse de l’Atalanta. Les Rossoneri ont pourtant eu l’ouverture du score offerte par les locaux, sur un penalty bêtement concédé. Mais les Milanais n’auront jamais fait le break, laissant Pinilla égaliser de très belle manière. Le Chilien, habitué des beaux buts, a redonné confiance à son équipe qui finira par s’imposer sur un but de Gomez, trop mobile pour une arrière-garde lente et dépassée pendant 90 minutes (2-1). L’AC Milan se réveillera seulement une fois mené au score, mais ni Ménez, ni Balotelli ne parviendront à égaliser malgré leurs tentatives de fin de match.

Il y a quelques années, un match nul à Anfield aurait été perçu comme une prouesse à Tottenham. Mais les Spurs sont dans une position de chasseur, et laissent peu à peu Leicester prendre son envol à quelques journées de la fin avec ce match nul (1-1). Malgré un bon Lloris, Coutinho a fini par ouvrir le score. Kane, auteur de son 22e but de la saison en Premier League, nouveau record sur une saison pour le club, a évité le pire. Avec ou sans son masque, l’Anglais reste toujours plus prolifique. Et dire qu’il a attendu fin septembre pour ouvrir son compteur…

La crise couve toujours à Palerme, désormais relégable après cette défaite face au Chievo (3-1). Les Siciliens, dont la gestion folle de Zamparini commence sérieusement à influencer les résultats de son équipe, sont plus que jamais proches de la Série B. A noter le coup franc parfait de l’ancien de Ligue 1, Birsa.

Mais aussi

A domicile, Stoke City a laissé Swansea revenir au score malgré un avantage de 2 buts (2-2). Quand on voit les 2e et 3e buts encaissés par Carpi face à Sassuolo (1-3), on a tendance à penser que la rigueur défensive italienne n’est qu’une vaste légendePas de chance à la finition pour la Fiorentina et la Sampdoria (1-1) qui ont touché les montants à plusieurs reprises. Tensions entre Malaga et l’Espanyol Barcelone après le coup de sifflet final. Mauvaise entame de Séville face à la Real Sociedad (1-2) qui a pénalisé les Andalous. Dommage car les occasions n’ont pas manqué par la suite, mais Gameiro a manqué de réalisme, même s’il a au moins le mérite de créer du danger.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour