Ce week-end, on a voulu observer Everton, mais on a surtout vu une prestation très aboutie de Southampton. On a aussi vu la faiblesse défensive de l’AS Monaco. On salue également Bamford, Lewandowski et Belotti, brillants avec leurs clubs respectifs.

Everton trébuche

Match observé : Southampton 2-0 Everton

Ce n’était sans doute pas la meilleure rencontre pour observer Everton, qui signait jusque-là un début de saison idyllique en Premier League. Southampton a réussi un match abouti dans le pressing, empêchant clairement les Toffees de s’exprimer. Sans le primordial Richarlison, et l’important Coleman (remplacé par Godfrey qui n’a rien d’un latéral), l’équipe d’Ancelotti a bu la tasse, mais a laissé deviner de belles choses. On note notamment la capacité d’Allan de sortir du pressing et de donner de l’air à ses coéquipiers, qui ne gâche rien à son activité à la récupération. S’il n’a pas brillant balle aux pieds, Doucouré récupère beaucoup, et se montre présent au pressing. Enfin, on peut louer l’état d’esprit de James, incertain avant la rencontre, et volontaire à défaut d’être brillant.

Le Colombien, situé à droite (sans être non plus un ailier comme Iwobi de l’autre côté) a participé à l’effort sans ballon, puisqu’il barrait la route au latéral Bertrand, ou enclenchait un pressing peu effréné mais dissuasif : cette intensité n’allait jamais lui permettre de récupérer le ballon, mais au moins forçait-il le porteur à faire un choix à la hâte. Avec ballon, il a joué très simple lorsqu’il était trouvé dos aux buts, sur le côté droit, se contentant de remettre en une touche à Allan ou Doucouré, dans le sens du jeu et avec de l’espace à attaquer. Quand il était trouvé plus au cœur du jeu, il se montrait plus intéressant, signant consécutivement 2 passes-clé pour Iwobi puis Sigurdsson en quelques minutes en première période. Ses transversales précises étaient malheureusement reçues par Iwobi, très maladroit, et sorti à la pause. L’absence de Richarlison se faisait clairement sentir, et a beaucoup affecté l’animation offensive d’Everton, puisque Calvert-Lewin n’a pas pu se procurer la moindre occasion. Suite au but du break, James a voulu faire bouger les choses, s’éparpillant parfois en voulant être partout à la fois. Au moins, son implication dans ce nouveau projet n’est pas feinte.

Si l’expulsion de Digne favorise la victoire des Saints, elle n’enlève rien à leur belle performance collective. Sans marquer, Ings a été un modèle d’intelligence de jeu, et d’attaquant complet qui peut faire jouer les autres. Au petit jeu très imparfait des comparaisons, on peut assimiler son match à ce que propose parfois Benzema. Relais mobile sur le front de l’attaque, solide dos aux buts, capable d’écarter ou de proposer des appels en profondeur, il finit double passeur décisif. Il confirme que sa magnifique saison dernière n’était pas un coup de chance, et sans être au niveau de Kane, il peut apporter sa patte à la sélection anglaise lors du prochain Euro.

Sans défense

Match observé : Olympique lyonnais 4-1 AS Monaco

Les Lyonnais doivent encore se demander comment ils ont pu gagner aussi largement en ayant produit aussi peu. Non pas que leur match soit mauvais, mais il ne doit en aucun cas permettre de gagner avec 3 buts d’écart une rencontre de première division. Pour ce choc entre 2 gros bras de Ligue 1, au moins en termes de budgets, l’OL a décidé de laisser le ballon à l’ASM, pour mieux piquer en transition. Las, il y a d’abord eu un long festival de gestes élémentaires (contrôles, passes courtes) ratés, quand bien même il n’y avait pas toujours de forte pression adverse pour justifier ce manque de justesse. Les Gones ont ensuite pris le large en profitant des largesses adverses.

Il faut dire que Monaco joue d’une manière ambitieuse… pour ne pas dire trop risquée, avec un rapport bénéfice/risque très faible. On a l’impression que la ligne défensive monégasque joue le hors-jeu au milieu de terrain tant elle laisse des boulevards entre elle et Lecomte. Certes, le Bayern a été champion d’Europe en jouant très haut, mais il y avait Neuer pour jouer en libéro, tandis que Alaba et Davies peuvent se permettre de partir en retard, puisqu’ils rattrapent leur adversaire direct en vitesse. Ce n’est pas le cas des Monégasques, complètement dépassés face à la vitesse de Kadewere et Toko Ekambi notamment, le Camerounais signant un doublé et provoquant un penalty. C’est complètement utopique de demander aux pauvres Badiashile et Disasi (certes loin d’être irréprochables) d’assurer derrière. Au contraire : dans ce contexte, chaque erreur se voit encore plus. La défense est constamment au bord de la rupture, ce qui n’est viable (et encore) que lorsqu’elle est composée de tauliers comme Ramos ou Chiellini. Positionné à gauche en première période, Aguilar a pris l’eau et n’a pas aidé, pas plus que les milieux.

Dans un match avec autant d’espace, il n’est pas étonnant de voir Depay s’amuser autant. Le Néerlandais a eu tout le loisir de montrer ce qui le différencie des autres joueurs du championnat. Sur le premier but, il profite du comportement louche de Badiashile (qui trottine tranquillement) pour reprendre tranquillement la passe d’Aouar. Auteur de dribbles bien sentis, il a aussi brillé à la passe : auteur de l’avant-dernière passe sur le second but, il signe une talonnade géniale qui aboutit au penalty concédé par l’ASM. Généreux, il l’offre à Aouar. Son niveau de jeu rappelle qu’entre Aouar et lui, l’OL, qui ne joue qu’une fois par semaine contrairement à Marseille, Rennes ou Lille, se doit de terminer sur le podium.

Et sinon

  • Souvent moqué pour le nombre d’occasions qu’il rate, Bamford a pourtant signé un magnifique triplé sur la pelouse d’Aston Villa. Le dernier but de l’attaquant de Leeds est un modèle de calme dans la surface.
  • Buteur et passeur décisif face à la toujours très séduisante équipe de Sassuolo, Belotti réalise un magnifique début de saison. Si la curiosité de voir ce qu’il donnerait plus haut existe, la perspective de le voir rester au Torino et y devenir une icône est grande également.
  • Plus connu pour sa capacité à percuter balle aux pieds que pour sa subtilité, Zaha signe une merveille de passe décisive lors de la victoire de Crystal Palace sur la pelouse de Fulham. L’Ivoirien marquera lui-même par la suite.
  • Coupable sur les 2 premiers buts madrilènes, Lenglet bénéficie (pour l’instant) d’une mansuétude de la part de la presse française dont aurait rêvé Koscielny… Buteur en fin de match, Modric a fait dansé la défense du FC Barcelone, et rappelle qu’à défaut de pouvoir commencer chaque rencontre, il a encore beaucoup de magie en lui.
  • Joyeux anniversaire à Osasuna, qui s’offre l’Athetic Bilbao pour ses 100 ans.
  • Pied gauche, tête puis pied droit : sans doute vexé d’être resté muet en Ligue des champions, Lewandowski a planté un triplé face à Francfort. L’avant-centre du Bayern Munich compte déjà 10 buts en… 5 journées de Bundesliga.
  • Habitué à marquer face aux gros, Vardy n’a même pas besoin de débuter le match pour faire tomber Arsenal. Le buteur de Leicester a marqué sur une belle tête plongeante.
  • Double buteur et passeur décisif face à l’Udinese, Castrovilli assume pleinement son rôle de leader offensif de la Fiorentina, en l’absence de Ribéry et de Chiesa, parti à la Juve.
  • Dans des styles très différents, Dolberg et Yilmaz ont marqué de belle manière lors du match entre Nice et Lille. Le Turc et le Danois sont de bonnes raisons pour suivre notre championnat.

Darinh Mongkhoun

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.