Restons connectés

Tour d’Europe : jour de derby en Angleterre, le Real se reprend

Tour d'Europe

Tour d’Europe : jour de derby en Angleterre, le Real se reprend

En Italie, pas de problème avec l’âge, comme le prouvent les vieux Pellissier et Quagliarella, mais aussi le jeune Cutrone. En Angleterre, c’était jour de derby à Londres et dans la Mersey, tandis que l’Espagne voit le Real Madrid reprendre des couleurs.

Le match du week-end : beau derby à Londres

Certains matches ne se regardent pas avec un œil critique. On oublie tout aspect tactique pour basculer simplement dans l’émotion. Le match intense et fou entre Arsenal et Tottenham rentre dans cette catégorie. La première période laissait croire que les Spurs allaient enfin d’imposer sur la pelouse des Gunners, qui ont craqué en quelques minutes, et qui brillaient par leur inefficacité. La seconde période a tout changé, avec un Arsenal guerrier, un Tottenham fébrile, Torreira en patron, et un Lacazette qui change tout. Les tensions tout au long de la rencontre étaient là pour nous le rappeler : ce derby n’était pas un match comme les autres, et le beau spectacle, émaillé d’un scénario rocambolesque, ne pouvait que nous enthousiasmer.

Pogba, tout sauf un meneur de jeu

Si on parle souvent de la « chatte à Deschamps », que dire de Mourinho ? Alors que son équipe était menée de 2 buts face à Southampton, il s’en sort avec un match nul inespéré. A ce niveau, c’est le miracle de Noël. Incapable de quadriller le terrain, avec des joueurs qui se marchent dessus en étant à 2 à la réception du ballon, en laissant des boulevards aux Saints, Manchester United ne montre rien dans le jeu. Dans cette composition, Pogba devait être le maître à jouer. Il n’a pas su l’être : entre déchet technique plus important que d’habitude, fautes bêtes et surtout incapacité à se placer dans des zones où ses partenaires peuvent le trouver facilement tout en éliminant un joueur, le Français a perdu la face, surtout quand on compare le bon match de Lemina côté adverse. Et on regrette forcément que Mata, justement spécialiste pour se placer entre les lignes, soit resté sur le banc toute la rencontre…

Ce qu’on retient

  • Mateta s’éclate en Allemagne, où il est titulaire indiscutable avec Mayence. Buteur en solitaire face à Düsseldorf, il a été décisif ce week-end.
  • En fait, Dortmund a un double challenge : gagner chaque match, et faire marquer Paco Alcacer malgré le fait qu’il ne débute pas la rencontre. Mission encore accomplie, face à Fribourg.

  • Une action limpide, à une touche de balle, pour un but magnifique : Stuttgart relève un peu la tête face à Augsbourg, de fort belle manière.
  • Loin du style de bomber classique, Werner a claqué un joli doublé face à Gladbach. L’Allemand de Leipzig est le plus gros espoir du pays au poste d’attaquant.
  • Heureusement que Schalke a égalisé, car Färhmann ne méritait pas de perdre face à Hoffenheim. Le sous-estimé gardien avait plus que fait le boulot, ne cédant que sur penalty.

  • Même si on ne veut enlever aucun mérite à Osako, auteur d’un joli but, que faisait Neuer à sortir à moitié ? Heureusment pour lui, Gnarby, auteur d’un doublé, a permis au Bayern de battre le Werder.
  • Loin du niveau qui était le sien à Manchester, Chicharito a quand même de beaux restes, comme le prouve son doublé de pur numéro 9 face à Newcastle, pour une victoire de West Ham.

  • Auteur d’une passe décisive face à Bournemouth, Sané prouve à chaque fois qu’il joue qu’il a quelque chose en plus que les autres, notamment dans la conduite de balle. Et dire qu’il n’est pas systématiquement titulaire à Manchester City…
  • Crystal Palace l’emporte face à Burnley, avec un bijou de Townsend. Mais la victoire aurait pu être largement plus large, sans une certaine maladresse, et un Hart inspiré, malgré une défense absente.
  • Révélation de ce début de saison, Maddison a marqué un joli but d’acrobate face à Watford. Son entente technique avec Vardy fait le bonheur de Leicester.

  • S’il ne marque pas, il se fait tuer par ses coéquipiers en retrait qu’il ignore. Mais Pedro, auteur d’une jolie feinte de frappe face à Fulham, a bien marqué lors de la victoire de Chelsea.
  • Hoilett a nettoyé la lucarne de Wolverhampton, offrant à Cardiff une précieuse victoire.
  • La Premier League avait invité les différents capitaines à arborer un brassard aux couleurs du drapeau arc-en-ciel, en soutien à la communauté LGBT.
  • S’il se contente de mettre le ballon au fond sur l’ouverture du score, Iago Aspas se démène pour mettre le second but, en s’arrachant au sprint, avant de faire un tour de magie qui surprend Akapo, et de battre joliment le gardien adverse. La star du Celta Vigo est l’attaquant espagnol en forme du moment.

  • C’est un enchaînement de grande classe que réussit Molina sur son but face à l’Espanyol : contrôle orienté dos au but, volte-face et frappe enchaînée. Le vétéran de Getafe fait partie de ces bons joueurs qui ont pu être à un moment au porte de la sélection, sans réussir à y entrer.
  • Habituellement loser magnifique, le Rayo Vallecano l’a emporté au réalisme face à un Eibar bien meilleur dans le jeu. Embarba réussit un super geste, presque un réflexe, sur ce centre tendu. A vitesse réelle, on peut croire à un coup de chance, mais on voit bien à l’orientation de son pied qu’il fait exprès.
  • Si Courtois signe un arrêt déterminant face à Batshuayi, le grand artisan de la victoire du Real Madrid face à Valence est Carvajal. L’Espagnol réalise un super travail sur l’ouverture du score contre son camp de Wass, avant de réussir un débordement plein d’aplomb sur le but du break.

  • Gardien de Valladolid, Masip dormait quand on lui a fait une passe en retrait. Son manque de réaction, qui profite à l’attaquant de Leganés, est inconcevable à ce niveau. Carrillo en profite, et marquera même un doublé sur une tête « dunkée » par dessus son adversaire direct.
  • Gérone méritait clairement de l’emporter face à un Atlético neutralisé. Sur le but de l’égalisation, le contrôle en extension de Diego Costa est fabuleux, même si ce n’est pas lui qui marque.
  • Jolie balle piqué d’Alena pour le second but du Barça face à Villarreal.

 

  • Caputo a encore marqué avec Empoli. Sa conduite de balle n’est pas particulièrement fluide, sa finition n’est pas clinique, mais ça passe en ce début de saison, même si Spal égalisera, malgré son infériorité numérique.
  • Bologne était déjà faible, mais il faut en plus que Pulgar manque d’attention en défense… Quagliarella, qui se bonifie avec le temps comme un Di Natale, en a profité.

  • La Juventus continue tranquillement à gagner, avec un Ronaldo auteur de 10 buts sur ses 11 derniers matches joués en Série A. Sans Pjanic au coup d’envoi, Bentancur a fait le boulot au milieu, s’offrant même le luxe d’ouvrir le score.
  • On est contents que ce penalty permette à Belotti de marquer avec le Torino, mais comment l’arbitre peut-il siffler alors que Falqué tombe 2 secondes après le contact avec le défenseur du Genoa ?
  • Auteur d’un but dans une position peu évidente face à Parme, Cutrone est peut-être le plus gros espoir italien au poste d’avant-centre. Le jeune attaquant de l’AC Milan a parfaitement assuré en l’absence d’Higuain.

  • C’est un amour de contre-attaque qui a permis au Chievo, et à son vétéran Pellissier, d’ouvrir le score face à la Lazio. Immobile, toujours aussi rapide dans son exécution contrôle-frappe, a sauvé les meubles.
  • Même s’il n’a pas pu désigner de vainqueur, le match entre la Roma et l’Inter était splendide. On retiendra notamment le nouveau but de Baldé, qui pourrait lancer une série.

Origi, vraiment ?

C’est le moment le plus bizarre du week-end. Dans un derby de la Mersey où Liverpool se cassait les dents sur Everton pendant toute la rencontre, avec un Mané malheureux dans le dernier geste, l’éclair est venu de l’inattendu… Origi. Le Belge, porté disparu depuis un moment, s’était distingué lors de son entrée en jeu par un énorme débordement, mais aussi un raté à 3 mètres du but. Puis, dans les arrêts de jeu, une longue chandelle de Van Dijk a rebondi 2 fois sur la barre, avant de se retrouver sur la tête d’Origi, qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond. Incompréhensible.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour