Restons connectés

PKFoot

Tour d’Europe : première réussie pour Zidane, faux pas pour l’Inter et la Viola

Tour d'Europe

Tour d’Europe : première réussie pour Zidane, faux pas pour l’Inter et la Viola

Cette semaine, on revient évidemment sur les premiers pas de Zidane à la tête du Real Madrid. On évoquera aussi le suspense en Italie, et les échecs de Liverpool, Aston Villa et Swansea, qui n’ont pas su se défaire d’équipes évoluant en division inférieure.

Le meilleur de la semaine

On l’attendait et on n’a pas été déçu du voyage : la première de Zidane sur le banc du Real Madrid est une franche réussite, puisque les Galactiques ont atomisé La Corogne (5-0). Si l’équipe madrilène a concédé quelques occasions au toujours actif Lucas, le match a été globalement maitrisé. Benzema, premier buteur de l’ère Zizou, aura marqué 2 fois, tandis que Bale aura inscrit son triplé. Pas de réalisation pour Ronaldo malgré une dizaine de tentatives (!) mais l’essentiel est ailleurs. On a vu une équipe désireuse de bien jouer, avec des relances au sol, même en difficulté sous le pressing adverse. Les latéraux sont beaucoup montés, avec parfois une position d’ailier dès le début de la construction de l’action, ce qui est assez rare et très différent d’un débordement classique. Marcelo et Carvajal ont même échangé de position quelques minutes à la demi-heure de jeu, preuve que le nouveau coach tente quelques expériences. On note également la volonté de toujours avoir une forte présence dans la surface, puisque sur le second but, Bale déserte le couloir dès qu’il a transmis le ballon, pour prendre place dans une surface où se trouvaient déjà Ronaldo, Benzema et Isco. Il est évidemment beaucoup trop tôt pour s’enflammer, d’autant que les largesses défensives restent visibles, mais vu l’identité du nouvel homme fort du Real, on a forcément envie d’y croire. Et le marketing du club aussi, puisque son maillot a été mis en vente à la boutique, et s’écoule même mieux que ceux floqués au nom de ses joueurs !

https://twitter.com/Breaking3zero/status/686103893655162880

Arsenal a tenu son rang en venant à bout de Sundeland (3-1) en Cup. Koscielny, qui réalise la meilleure saison de sa carrière, aura fait une bourde dont il n’avait plus l’habitude, ce qui entrainera l’ouverture du score des Black Cats. Mais son équipe a fait le travail, avec notamment 2 passes décisives pour Bellerin. L’Espagnol n’est pas prêt de rendre sa place à Debuchy.

On l’avait désigné comme un de nos coups de cœur de la dernière Liga, tant il avait brillé avec Elche. Jonathas a inscrit un beau doublé pour la Real Sociedad qui s’est offert une victoire de prestige face à Valence (2-0). Peu mis en lumière cette saison, on sait que le Brésilien n’a pas perdu toutes ses qualités en un été. A lui de les mettre en avant à nouveau.

Naples s’est bien amusé sur la pelouse de Frosinone (1-5). Hamsik et surtout Higuain ont profité de leur supériorité technique pour briller. L’Argentin, qui réalise un petit festival sur son second but, est dans la forme de sa vie. Il a déjà atteint à mi-saison son record en Série A de 18 buts. Surtout, il fait preuve d’une belle abnégation à chaque rencontre, ne se décourageant jamais même lorsqu’il rate des occasions. Au niveau mental, il a beaucoup progressé.

Le Barça n’a eu aucun mal à gagner face à Grenade (4-0). Assez étrangement, Suarez a manqué l’immanquable, comme il le fait désormais une fois par match depuis quelques rencontres. Qu’importe pour l’Uruguayen, tant sa formation a dominé facilement son adversaire du jour. La MSN a encore donné le tournis à son opposition, avec un triplé de Messi, tandis qu’Aleix Vidal et évoluent déjà comme des poissons dans l’eau. Tout va bien à Barcelone.

Match animé entre Tottenham et Leicester (2-2) : aucune surprise, tant ces formations sont adeptes des rencontres spectaculaires. Pour les Foxes, même si la frustration du penalty généreux accordé aux Spurs prédomine, on peut se consoler par la super réalisation d’Okazaki, et la belle production du jeune Gray. Le longiligne espoir ne manque pas de culot, et ose beaucoup, ce qui est évidemment une bonne chose.

Le duel des cancres de la Liga a accouché d’un beau match, là où on aurait sans doute vu une rencontre fermée ailleurs en Europe. Levante, dernier, a battu le Rayo Vallecano (2-1) et s’offre le droit de rêver au maintien, même si rien n’est fait. Les buts de Deyverson, d’une volée parfaitement exécutée, et de Morales, qui humilie le dernier défenseur, sont de véritables bijoux. On est juste un peu tristes de se dire que le Rayo pourrait descendre, et Paco Jemez quitter le club.

Si la qualité technique n’était pas au rendez-vous, le scénario du match entre Birmingham et Bournemouth a rendu la rencontre intéressante. Les locaux ont d’abord ouvert le score, avant d’être rejoint par le pensionnaire de Premier League 5 minutes plus tard. Pas démontés, les joueurs de Birmingham ont continué à pousser, avec notamment un penalty envoyé dans les nuages, et une énorme occasion avec 2 poteaux. Mais la chance a souri à Bournemouth, qui a inscrit le but de la victoire dans les derniers instants… de façon assez litigieuse, certains criant à la faute sur le gardien. Quel super match !

L’Atlético Madrid ne lâche rien. Les Matelassiers sont allés s’imposer sur la pelouse du Celta Vigo (0-2) grâce à Griezmann et Carrasco. Le Français a marqué suite à une jolie combinaison, le type même dont il raffole. Le Belge a marqué dans son style, tout en provocation et en élimination. Ses progrès ces dernières semaines sont significatifs. Si Simeone arrive à faire fructifier son talent comme il le fait avec Griezmann, cela promet.

La Juventus a parfaitement profité des défaites de l’Inter Milan et de la Fiorentina, puisque la Vieille Dame a battu la Sampdoria sur sa pelouse (1-2), s’octroyant ainsi la place de dauphin de Série A. C’est une remontée fulgurante qui n’en finit plus que réalise le champion en titre, qui semble plus que jamais amené à conserver sa couronne. Pogba a ouvert le score sur un bel enchainement, même si les plus critiques diront que sa frappe est ratée.

Comme Benzema, Gameiro a vu double ce week-end. Le Français a offert la victoire à Séville, opposée à une bonne équipe de l’Athletic Bilbao (2-0). Il a d’abord subtilement mis le ballon hors de portée du gardien sorti à sa rencontre. A noter son appel parfait sur cette contre-attaque. Il a doublé la mise sur un penalty discutable concédé par Laporte sur Krychowiak. L’ancien Lorientais a déjà dépassé son total de la saison dernière en Liga, avec 9 réalisations.

Mais aussi

Doublé de Bakambu, dont un bijou, pour une victoire de Villarreal face à Gijon (2-0). Mention spéciale au défenseur qui s’arrache pour éviter le 3-0, alors que son gardien est battu. Joli but de Doncaster qui tombe malgré tout face à Stoke City (1-2). Pour son retour, Crouch a marqué sur une reprise difficile… avant de rater l’immanquable. On ne se refait pas. Match sérieux de Chelsea face à Scunthorpe (2-0). Les Blues, qui ne peuvent pas galvauder la moindre compétition au vu de leur situation, alignaient son équipe-type. Si la victoire d’Everton face à Dagenham (2-0) ne restera pas dans les annales, cela fait plaisir de revoir Pienaar sur la pelouse. Le Sud-Africain est un entertainer, comme il en manque parfois dans le football actuel.

Le pire de la semaine

Depuis l’arrivée de Klopp, Liverpool brille face aux cadors anglais… mais se montre en difficulté face à des équipes dites plus faibles. Le match de FA Cup sur la pelouse d’Exeter (2-2) est là pour le rappeler, le résultat du match n’étant pas usurpé quand on voit que l’équipe de quatrième division a fait jeu égal avec les Reds. Menés au score à 2 reprises, les Scousers doivent corriger ce défaut, même si les plus optimistes diront que ce n’était pas l’équipe-type.

Face à une Lazio Rome pourtant en mal de confiance cette saison, la Fiorentina a craqué à domicile (1-3). Si Benisha se troue, offrant ainsi un but à la Viola, c’est peu dire que les Florentins n’ont rien montré, n’arrivant jamais à créer le danger et faisant preuve d’une implication défensive défaillante, comme l’illustre le but de Sergej.

Malgré la qualification face à Sheffield, Manchester United a encore affiché le triste visage qu’on voit chaque semaine. Le salut des Red Devils est venu de l’entrant Depay, qui a obtenu un penalty dans le money time. Mais la rencontre a été d’un ennui devenu ordinaire avec cette équipe qui pourrait montrer tant de belles choses quand on voit les éléments qui la composent… Il ne se passe jamais rien avec cette possession stérile. Certes, United est solide, avec la deuxième meilleure défense du Royaume, mais que l’attaque manque d’imagination et de folie. On est loin du leitmotiv de Sir Alex Ferguson qui voulait avant tout divertir le public. Un public chambreur, qui a applaudi allégrement et ironiquement chaque timide tentative de sa propre équipe, comme pour mieux souligner l’apathie qui la caractérise depuis plusieurs mois.

Entre 2 équipes en plein doute, un match nul n’arrange personne. C’est le cas de la Roma et de l’AC Milan (1-1). Les locaux ont attaqué la rencontre tambour battant, se créant une occasion puis ouvrant le score en moins de 5 minutes, bien aidés par la précision de coups de pied arrêtés de Pjanic. Dominés en première période et sauvés du naufrage par Donnarumma. Le second acte a été une réplique exacte du premier, mais dans l’autre sens : ce sont les Rossoneri qui ont marqué rapidement, puis dominé sans marquer de second but, malgré une barre trouvée par Bacca et un énorme raté de Kucka. A noter la bonne rentrée de Prince Boateng pour son retour.

Palacio doit regretter l’énorme occasion qu’il manque à 10 minutes du terme. L’Argentin dispose d’une opportunité en or d’ouvrir le score pour l’Inter Milan, et ainsi porter un coup au moral de Sassuolo. Mais il ne lève pas sa balle et voit le défenseur repousser son tir sur un tacle glissé. Dommage, car son équipe craquera de façon improbable, concédant un penalty à la dernière minute, à 3 défenseurs contre un, sur un long ballon aérien ! Handanovic, énorme comme toujours, n’a rien pu faire sur le tir parfait de Berardi (0-1).

Même face à une équipe de Palerme en pleine crise, Vérone n’a pas réussi à s’imposer. La première d’Emanuelson a été réussie individuellement, beaucoup moins collectivement avec une nouvelle défaite (0-1), qui plus est face à un concurrent direct. Cette saison est décidément très difficile et sans commune mesure avec l’année dernière. C’est la première fois de l’histoire de la Série A (formule à 20 clubs) qu’aucune équipe ne parvient à gagner une seule rencontre après 19 journées.

Mais aussi

Lanterne rouge de Premier League, Aston Villa ne parvient même pas à se changer les idées en Cup, avec un piteux match nul face à Wycombe (1-1). Garde et ses joueurs ont été conspués et menacés par leurs supporters. Ce n’est guère mieux pour Swansea, dépassé par Oxford (3-2) et éliminé sans qu’on puisse redire quoi que ce soit. Encore une nouvelle défaite pour Newcastle, face au Watford (1-0) d’un Deeney toujours plus décisif. Wijnaldum et Sissoko ont encore fait au mieux, mais le reste de l’équipe est trop faible. Incroyable manque de réalisme du Torino, puni par Empoli (0-1) et Maccarone, qui réalise une belle saison.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour