PKFoot

La méthode kazakh pour faire fuir un joueur indésirable

Le football mondial se nourrit des différentes anecdotes croustillantes de la vie des clubs : défenseur international qui trompe sa femme devant les objectifs des tabloids, ou qui couche avec une mineure, joueur qui fait un accolade savoureuse à son ancien entraineur, … Au Kazakhstan, en attend tranquillement qu’une avocate balance sur son ancien club, le FK Aktobe.

Elle s’appelle Irina Idrisov et n’a apparement pas peur de la mort. L’ancienne avocate du club de la ville kazakh d’Aktobe a donné une interview à un quotidien russe où elle déballe pas mal.

D’après elle, les dirigeants du club ont employé des techniques barbares pour faire partir les joueurs considérés comme moins bon. Après les traditionnelles menaces verbales pour rompre le contrat des joueurs, les responsables sont passés à la vitesses supérieure. Au programme, un isolement du groupe dans un hôtel éloigné du reste de l’équipe que le club ne paie pas complètement. Le reste est dû par le joueur, souvent étranger et donc déjà isolé culturellement. Le club d’Aktobe a pris l’habitude de recruter beaucoup de joueurs serbes ces dernières années.

Le repas servi est réduit au strict minimum, se résumant la plupart du temps à une simple crêpe. Les joueurs perdaient de la masse musculaire très rapidement. Les dirigeants en profitaient donc pour faire passer des tests de Cooper (tests de résistance à l’effort) à ces joueurs, à qui il leur arrivait de tomber dans les pommes au beau milieu de ces exercices intenses. Une sorte d’esclavage moderne.

L’avocate a annoncé que cela concernait au moins 3 joueurs.

La méthode kazakh pour faire fuir un joueur indésirable

Pas sûr que certains joueurs aient gardé leur sourire…

Source : sovsport.ru

Vous aimerez aussi

Partager cet article par email










Submit