Restons connectés

Darfur United Soccer Academy : le foot et la paix

Récits

Darfur United Soccer Academy : le foot et la paix

Le football est un ‘microcosme exagéré’ de notre société. Dans la ‘vraie vie’, comme le dit Juan Mata, on trouve d’un côté les classes populaires, qui se battent, restent fidèles et gardent toujours le sourire. De l’autre, la bourgeoisie et le grand capital, qui concentre l’essentiel des richesses du globe. Dans le foot, c’est la même chose, ou presque.

D’un côté, la FIFA et tous les scandales qui en ressortent. De l’autre, les actions comme celle que mène le Darfur Soccer Club. Une bouffée d’air frais dans ce monde du football qui ne cherche, jour après jour, qu’à s’enrichir au détriment d’autres…

Le Darfur United, c’est quoi ?

Le Darfur Soccer Club est d’abord un projet. Un projet qui fait du bien et redonne le sourire. Dans la région en guerre qu’est le Soudan, ce « club » de foot pour les réfugiés a été créé en 2012, afin de leur permettre, malgré le chaos total qui règne dans la zone, de profiter des quelques moments de répit qui leur sont accordés.

En réalité c’est même plus qu’un club, c’est une académie qui forme peut-être à ce jour le futur talent de demain, celui qui enflammera vos mardis soir d’ici quelques années. La guerre du Darfour est un conflit qui touche la région du même nom. Les origines de celui-ci sont très discutées et restent assez floues. D’après le gouvernement soudanais, elle aurait causé 10 000 morts. Mais d’après d’autres pays elle couvrirait un génocide qui aurait causé 300 000 morts et de nombreux déplacement de population, qui sont donc responsables des camps de réfugiés.

Darfur United Soccer Academy : le foot et la paix

Deux camps de réfugiés différents : de la pratique à l’apprentissage, de Touloum à Kounoungou

Il existe différents types de bases dédiées à DUSA. Toutes deux installées dans les centres de réfugiés du Soudan, elles ont des objectifs de formation différentes, mais toujours les mêmes valeurs partagées.

Darfur United Soccer Academy : le foot et la paixLes différences : Tout d’abord, parlons du camp de Touloum. Un des plus importants possédés par l’association, ils rassemblent 130 garçons et 60 filles. Dès leur plus jeune âge, ils partagent une même passion : le football. A terme, les entraîneurs de cette base espèrent y amener 2000 enfants. Il est le deuxième camp à accueillir l’initiative. Il se situe à la frontière entre le Tchad et le Soudan et est le premier programme sportif dédié aux réfugiés dans les camps. Les enfants sont encadrés par des réfugiés pré-entraînés dans des camps spéciaux, qui sont chargés de leur inculquer des valeurs importantes dans un pays en guerre : amitié, combativité, paix, entraide, partage. Voilà avec quoi ressortiront les jeunes joueurs pour leur vie futur, qu’elle se passe dans le football ou non. Preuve du partage et du plaisir collectif qui règnent sur le camp, les témoignages de Mohammed, 10 ans, et Leila, sa coach.

Quand je me sens seul, je vais au camp de l’académie et je me fais des nouveaux amis. Je revois aussi mes anciens amis.
Mohammed, 10 ans

Maintenant, je me sens plus responsable. Je me sens comme une leader. Je suis plus confiante quand je dois parler face à des gens chez moi, dans ma communauté.
Leila, sa coach

Le deuxième camp se trouve à Kounoungou, dans la partie est du Tchad et est essentiellement réservé à la formation des entraîneurs. Il a pour but de former des coachs d’ici quelques années, et de pouvoir laisser un espace libre afin que les jeunes y jouent en toute tranquillité.

Les points communs : il y a certes des différences dans le fonctionnement des camps, mais un point commun, fondamental, ressort de tous. C’est l’essence même du projet qui repose dans ses camps. Les Valeurs, avec un grand V. Comme je les ai citées plus tôt, elles sont nombreuses et fondatrices. Amour, amitié, aide, partage, voilà les principales véhiculées pour continuer à faire de ce sport un moment de plaisir et de communion.

2014 : l’aboutissement

En 2014, comme un aboutissement d’années de travail, comme la lumière au bout du tunnel, la participation à une Coupe du monde alternative est arrivée. Avec de nombreuses autres équipes non reconnues par la FIFA, ils ont montré tout au long de la compétition que le football n’est pas une question de haut niveau et d’argent. Malgré de nombreuses lourdes défaites, ils ont honoré leur participation et le maillot de l’académie.

Darfur United Soccer Academy : le foot et la paix

D’autres tournois sont aussi organisés, pour les plus jeunes, qui ne peuvent pas participer à cette coupe du monde. Par exemple, des équipes de 5 pour un tournoi de 4vs4 sur quelques jours, qui permettront aux jeunes des pays en guerre de passer un moment de rêve dans une vie plus que compliquée et terne.

Une belle initiative donc, qui montre que le football, ce football collectif et solidaire, n’est pas mort, et que la lutte continuera toujours pour laisser la flamme brûlait même dans ces pays en guerre.

Passionné de foot de Paris à Lisbonne en passant par Liverpool, je suis plus doué pour en parler que pour le pratiquer.

... à lire dans Récits

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour