Restons connectés

Neuchâtel Xamax…imum d’emmerdes

Autres championnats

Neuchâtel Xamax…imum d’emmerdes

Parler du football suisse est un exercice aussi sensible que rare. Une fois par an, une histoire extra-sportive vient nous rappeler au bon souvenir du pays de Chapuisat. Cette année, l’heureux élu est Neuchâtel Xamax et son mécène fantasque, aussi suisse que PKFoot est un blog de baseball.

Au milieu de cette terre helvète hostile, 2 français et un brésilien bien inspiré qui connait le championnat comme sa poche. A l’intersaison, le patron tchétchène de Neuchatel Xamax avait embauché Jean-Luc Ettori (entraineur des gardiens) et François Ciccolini (entraineur, qui a refusé Ajaccio), partis de Monaco dans un contexte plus ou moins favorable, et Sonny Anderson, l’ancien entraineur des attaquants de l’Olympique Lyonnais. Sonny Anderson avait pourtant réussi à récupérer les pleins pouvoirs dans un contexte d’intercertitudes qui a handicapé la préparation du club suisse. La licence d’entraineur a mis du temps a être validée par la fédération.

Après deux journée de championnat, Neuchâtel enregistrait déjà sa deuxième défaite contre le FC Bâle. Bulat Chagaev, le mécène à l’humeur volatile, aurait alors annoncé aux joueurs dans les vestiaires le départ de tout le staff technique. Au passage, deux autres joueurs, Carlao et Binya, auraient aussi été licenciés suite à l’avis totalement subjectif de Chagaev. Forcément, à force de remercier toute son équipe, les résultats ne vont pas s’améliorer. Dire que Coupet, Giuly, Edmilson, Caçapa et Govou ont été un temps annoncés du côté de Neuchâtel…

Pour Ciccolini, c’est la gestion du club qui est bien sûr à revoir, auquel il reproche de « tout faire dans la précipitation, alors forcément… On ne peut pas nous demander d’être magique ! ». Par précipitation, Ciccolini veut sans doute parler de l’épisode de Galatto. Arrivé le vendredi, le gardien brésilien est aligné le dimanche pour une défaite 3-0 à domicile. Le lundi matin, il prenait l’avion pour rentrer au pays.

Le milliardaire tchétchène Bulat Chagaev a racheté 53% du club en mai 2011, à la grande colère des supporters de Xamax qui y voyaient là un sacrifice de leur club favori pour de l’argent à la provenance douteuse. Vice-président de l’autre club russe qui monte, le Terek Grozny, Bulat a posé ses conditions drastiques en Suisse : il interdit le conseil d’administration de nommer des investisseurs neuchatelois à la tête du club et place deux de ses proches conseillers à la tête du club, Rudakov et Danese, divisant aussi par deux la taille de ce conseil d’administration.

Chagaev a fait fortune dans les matières premières, les services et l’immobilier, notamment en Suisse, à Genève.

Depuis 4 ans, Neuchatel est doté d’un stade multifonctionnel de dernière génération, comportant un complexe commercial et des restaurants. Aux dernières nouvelles, Chagaev voudrait aussi s’en porter acquéreur.

Les qataris, ça fait tout de suite « petits joueurs ».

Neuchâtel Xamax...imum d'emmerdes

« Bulat régler problème comme Tchétchénie »

Parmi les autres propriétaires du club de Neuchâtel, on retrouve un certain Silvio Bernasconi.

Sébastien est plongé depuis plus de 20 ans dans le football, à tel point qu’il est devenu arbitre de football. Débarqué sur Panam' avec les prétentions d'un Pancrate, il préfère maintenant cracher son venin sur son blog. Vous êtes dessus !

... à lire dans Autres championnats

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour