AvideceWopyBalab

Que l’on y soit hostile ou favorable, le mercato d’hiver fait toujours couler beaucoup d’encre. Parfois pour rien. Car qu’on se le dise, la pause hivernale est avant tout un moyen de redessiner un effectif, rebâtir un moral, ou effectuer quelques retouches. Voici le bilan club par club.

De bon augure :

2 mois après, quel bilan mercato des clubs français ?

Tournons-nous tout d’abord du côté de L’OL, qui a certes perdu Bruno Guimaraes, mais a su rebondir avec les renforts de Romain Faivre et Tanguy N’Dombele.

Inutile de préciser que le brésilien a été très très bien vendu (50M€) par le père Aulas. Une grosse perte de prime abord pour les Rhodaniens, tant l’international auriverde régulait l’entrejeu lyonnais. Mais le board a été très réactif en jetant son dévolu sur le jeune Faivre (18M€). Le Brestois, très prometteur et Français qui plus est, cadre bien avec la nouvelle politique du club. N’Dombele lui n’a pas coûté grand chose puisqu’il est prêté par Tottenham. Si l’on ajoute à cela le très bon coup réalisé sur l’opération Shaqiri (malgré un temps de jeu famélique, l’OL réalise une légère plus value sur son départ aux Chicago Fire); et les libérations de Slimani et Marcelo, on peut considérer que le mercato lyonnais a été bien mené sur le plan financier.

Quant au terrain, les nouvelles recrues se sont vite adaptées et ont déjà livré quelques prestations encourageantes.

2 mois après, quel bilan mercato des clubs français ?

Le rival stéphanois n’est pas en reste. Moribonds à la trêve, l’AS Saint-Étienne s’est remis à l’endroit et a engrangé la bagatelle de 15 points sur les 8 derniers matchs. Pas mal pour une équipe qui n’en avait pris que 12 en 21 journées. Beaucoup de nouvelles têtes sont arrivées chez les Verts, et cela a fait du bien…aux têtes justement.

Cela a démarré avec l’éviction de , entraîneur aux pleins pouvoirs, qui a failli dans sa mission de redonner aux stéphanois leur lustre d’antan. Le premier homme qui a incarné ce changement de mentalité est donc Pascal Dupraz. Le nouvel entraîneur a soumis quelques idées pour le mercato. Des joueurs revanchards, libres pour certains, qui avaient envie d’un nouveau projet pour se relancer. Ainsi, Bernardoni, Mangala, Sako, Sacko, Thioub, Crivelli et Gnagnon sont arrivés. Et ils ont rien coûté en frais de transfert (libres ou en prêt). Cela ressemble donc à un recrutement réussi d’autant plus que la plupart sont déjà titulaires et amènent confiance et sérénité à ce groupe. D’autre part, l’ASSE a réussi à se délester des poids morts Ramirez et Krasso (en prêt), histoire d’alléger sa masse salariale.

2 mois après, quel bilan mercato des clubs français ?

Enfin, au rayon des satisfactions, parlons également de l’Olympique de Marseille. Impossible de nier la réussite et le flair de Pablo Longoria au niveau du recrutement. Véritable renard des transferts, il est allé chiper, dès les premières heures du mercato, Cedric Bakambu, libre de tout contrat après son aventure chinoise au Beijing Gu’oan. Le buteur s’est immédiatement mis en valeur avec des prestations encourageantes et déjà 2 buts inscrits. Autre recrue marquante, l’arrivée de Sead Kolasinac, véritable couteau suisse expérimenté, en provenance d’Arsenal (et libre également). Il entre dans la rotation de Jorge Sampaoli.

Du côté des départs, notons celui de Dario Benedetto qui retourne à Boca Juniors pour 4M€, et celui, plus discutable, de Jordan Amavi en prêt à Nice.

 

Non, non les Merlus ne sont pas morts ! Le FC Lorient n’a pas été très actif durant ce mercato, mais il a apporté quelques retouches bienvenues à son effectif. Il a d’abord sorti le chéquier (4M€) pour Ibrahima Koné en provenance de Sarpsborg. Puis il s’est délesté de l’imposant salaire d’Adrian Grbic, parti en prêt au Vitesse Arnhem.

Pour l’instant, ils n’ont pas perdu au change puisque Koné a déjà marqué 3 buts alors que son prédécesseur était resté bloqué à une unité. Sans oublier l’arrivée gratuite du très actif Bonke Innocent, nous avons toutes les raisons de croire que Lorient peut aller se chercher un maintien tranquille.

 

Un autre club en difficulté a également pratiqué la stratégie de la retouche : il s’agit de l’ESTAC. Exit les déceptions Sandler et Roberts de Manchester City. Ils étaient venus pour obtenir du temps de jeu grâce à l’affiliation City Group, ils n’ont eu que des miettes. Bonjour aux nouveaux arrivants Lebo Mothiba (prêté par Strasbourg), Ilic et Ike Ugbo. Ces 3 là ont déjà été décisifs avec 2 buts pour Mothiba et Ugbo, et pas mal de temps de jeu pour Ilic. Si on ajoute à cela le changement d’entraîneur (Bruno Irles à la place de Laurent Battles), on peut donc dire que le mercato troyen est en passe d’être réussi, alors que rien ne le prédestinait au départ. Les Troyens ont en effet enregistré 8 pts sur leur 4 derniers matchs, leur permettant de s’éloigner de la zone rouge.

 

Enfin, un petit mot sur les aiglons. Peu de mouvements mais à noter l’acquisition interessante de Bilal Brahimi, chipé à Angers pour 7M€. Un joueur à fort potentiel. Les Niçois enregistrent également le renfort en prêt de Jordan Amavi, qui connaît bien la maison, tout en affaiblissant un concurrent direct. Un joli coup double. Il vient remplacé au pied levé le très actif Hassane Kamara parti tenter sa chance Outre-Manche, à Watford, pour 5M€.

A confirmer :

2 mois après, quel bilan mercato des clubs français ?

Commençons avec un club en très très grande difficulté : Les Girondins de Bordeaux.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les raisons de se réjouir sont plutôt rares en Gironde ces temps-ci. Leur mercato d’hiver est loin d’être parfait, mais il offre quelques motifs d’espoirs. Comme cet été, les Lopez (Gérard et Admar) ont agi dans l’urgence mais ont réussi à attirer de jolis noms cette fois. A commencer par le nouveau capitaine Joshua Guilavogui. L’ex métronome stéphanois arrive en prêt en provenance de Wolfsburg, et semble aujourd’hui totalement impliqué dans l’opération survie des Marine et Blanc. De bons débuts donc tout comme le jeune bosnien Anel Ahmedhodzic, extrêmement prometteur, dont on se demande encore qu’est-il venu faire dans cette galère.

Mis à part ces deux rayons de soleil, pour le reste c’est la grande inconnue côté départs comme arrivées. Josh Maja (prêt), Otavio (prêt) et Laurent Koscielny (contrat résilié) ont été priés de faire leurs valises pour des raisons plutôt obscures. Tout comme Samuel Kalu, bradé 4M€ à Watford (alors qu’il avait été acheté 8,5M€ quelques années plus tôt). Ces départs ont été compensés par l’arrivée de joueurs au rendement incertain. Ignatenko (joueur obscur ukrainien au profil de boucher) et Marcelo, tout juste mis au chômage par Lyon et dont la condition physique est loin d’être optimale… Les Girondins vont avoir besoin de plus de certitudes pour se sauver.

 

Côté Brestois, on a dû réagir rapidement. Suite au départ de leur maître à jouer Romain Faivre, les bretons ont cherché à se renforcer. Et ils n’ont même pas eu besoin de piocher dans le joli pécule amassé (18M€). Ils ont jeté leur dévolu sur Youcef Belaïli, nouvelle hype algérienne, libre après son départ forcé du Qatar. Un très joli coup pour les Brestois car le fennec est un joueur à la fois expérimenté et complet. Il est également très populaire comme en témoigne la notoriété soudaine acquise par le club breton suite à son arrivée.

Côté terrain, c’est autre chose. Belaïli a en effet encore du mal à se libérer totalement. En revanche, l’autre joli coup se nomme Martin Satriano, qui débarque en prêt de l’Inter de Milan. Il n’a pas manqué ses débuts avec déjà 3 buts à son actif, dont un doublé face à Troyes. Tout cela reste néanmoins à confirmer.

 

Autre club en difficulté, le FC Metz qui a pas mal bougé. Peu de départs mais des renforts intéressants. Au niveau défensif, Ibrahim Amadou et Jean-Armel Kana-Biyik débarquent libre respectivement de Séville et de Gaziantespor. Des atouts non négligeable pour un effectif messin en mal de confiance. Fali Candé arrive également pour 2,5M€ en provenance de Portimonense et Louis Mafouta en prêt de Neuchâtel Xamax. De nouvelles têtes pour là aussi tenter de relancer un club en difficulté.

 

C’est mal parti :

2 mois après, quel bilan mercato des clubs français ?

Du côté du SCO d’Angers, on a pris quelques risques surtout au vu de la situation du club. Les Angevins viennent en effet de prendre leurs 3 premiers points hier, en 7 matchs ! En proie à des difficultés financières, le club s’est débarrassé de nombreux joueurs pour libérer de la masse salariale, dont quelques titulaires. Une stratégie osée mais nécessaire quant à leur situation économique. Exit donc les Bernardoni, Thioub (p.St-Etienne), Bobichon (p.Nancy) et El-Melali (p.Pau). Le SCO a également succombé à l’offre des Niçois pour le prometteur Brahimi. Ces départs font mal sportivement mais les Angevins peuvent se consoler en se disant que cela va permettre aux joueurs prêtés de se relancer. Dans le sens des arrivées, notons l’arrivée de Nabil Bentaleb, ex-grand espoir, qui pour l’instant n’apporte aucune valeur ajoutée.

 

Nous entendons beaucoup parler des Lillois récemment en coulisses, et pas forcément en bien. Sur le terrain, on est loin des envolées de la saison dernière mais les Dogues s’accrochent. Ils sont aujourd’hui 6èmes et peuvent espérer accrocher l’Europe.

Cependant, le mercato des hommes de Jocelyn Gourvennec laisse perplexe. On a en effet assisté à une véritable saignée ! Qui plus est des hommes forts du collectif nordiste.

Jonathan Ikoné s’en est allé du côté de la Fiorentina (pour 14M€), Reinildo a refusé de prolonger et a filé à l’Atletico Madrid (3M€) et Yusuf Yazici, si étincelant la saison passé, a été prêté au CSKA Moscou. Pour ce dernier, le départ n’est pas si dramatique car le Turc n’était que l’ombre de lui-même. En revanche pour les deux premiers cités, la perte est importante et non compensée. Le LOSC a en effet enregistré 2 renforts seulement. Une vieille connaissance de la Ligue 1, et un jeune prospect prometteur, Edon Zhegrova. Nous connaissons tous les qualités footballistiques d’Hatem mais son rendement et son comportement prêtent toujours à débats.. Quant à Zhegrova, difficile de l’imaginer faire oublier Ikoné en si peu de temps…

Non jugés :

 

Ces clubs là ont effectué des mouvements mineurs et les juger serait non pertinent. Il s’agit de Clermont, Monaco, Montpellier, Nantes, PSG, Rennes, Strasbourg, Lens et Reims. À noter tout de même les arrivées des prometteurs Patrik Berg à Lens pour 4,5M€. Et celle de Jens Cajuste à Reims pour 10M€.