AvideceWopyBalab

L’abolition de la règle du 50+1 reste un tabou pour le directeur général du BVB, Hans-Joachim Watzke.

Le chef du conseil de surveillance de la Ligue allemande de football (DFL) s’oppose au PDG du FC Bayern Munich, qui ouvrirait la aux investisseurs dans la lutte pour plus d’attractivité et de concurrence.

Watzke a décrit cela dans l’interview « kicker » (édition du lundi) comme « incompréhensible » et « pas strict ».

BVB : Hans-Joachim Watzke met en garde contre trop de confort

La cogestion démocratique, pratiquée dans les clubs depuis des centaines d’années, « est si profondément ancrée dans notre société que l’abolir provoquerait de profonds bouleversements », a déclaré le patron du BVB : « En revanche, cela reviendrait beaucoup plus cher pour que le fan le fasse, je ne le veux pas. Dieu merci, le football fait toujours partie de la société en Allemagne. Troisièmement, personne n’a été capable de me réfuter qu’un club 50+1 puisse avoir autant de succès. Même si certaines personnes rient quand je vois le Real Madrid comme un nom de club 50+1. »

Watzke a également appelé les clubs allemands à sortir de leur zone de confort afin d’assurer une compétitivité internationale sur le long terme.

« En Allemagne, cela ne fonctionnera pas à long terme si nous nous sentons à l’aise trop rapidement », a déclaré Watzke. « Pas dans les affaires. Pas dans la vie de tous les jours. Et pas dans le football non plus. Nous devons lutter contre cela. »

Une demande claire sur les clubs de

Un sujet important est le marketing étranger. La ligue « honnêtement, n’a pas encore vraiment commencé à exploiter notre potentiel », a déclaré le joueur de 63 ans. « Si nous voulons augmenter durablement et de manière significative nos revenus étrangers, nous ne pouvons pas éviter de montrer notre présence. »

À partir de la saison à venir, chaque club de et de nombreux clubs de deuxième division devraient « se diriger vers les marchés principaux ». Pour Watzke, ce sont « les États-Unis, l’Asie, peut-être un jour l’Australie aussi ».

Le patron du BVB a nommé le Liverpool FC comme modèle. «  et son équipe sont dans l’avion pendant 23 heures. C’est la voie à suivre. Nous, au Borussia Dortmund, repartirons également en tournée à l’avenir. Tout comme les Munichois le font maintenant, pour lesquels ils ne peuvent que être loué. » Le FC Bayern était en voyage aux États-Unis cet été.

« Vous ne pouvez pas vous isoler au niveau national à l’époque de la mondialisation », a déclaré Watzke, d’autant plus que le désavantage concurrentiel économique par rapport à l’État et aux clubs oligarques, en particulier la Premier League, a de nouveau augmenté à la suite de la pandémie de corona.