Restons connectés

En Argentine, un maillot de foot pour se souvenir

Autres championnats

En Argentine, un maillot de foot pour se souvenir

A l’heure où le maillot de foot a tendance à ne devenir plus qu’un simple outil ou levier marketing, où l’on change de maillot et de couleurs comme l’on change de pelouse, et en pleine période de présentations des nouveaux maillots pour les prochaines compétitions (Euro 2016, Copa América Centenario), un club argentin a innové et s’est servi de son maillot pour rendre hommage aux siens.

Comme souvent les argentins innovent et surprennent souvent en matière de football (pas forcément tout le temps positivement d’ailleurs). Cette fois-ci c’est le club de Central Ballester, club de Primera D (équivalent du cinquième échelon national argentin) qui est à l’origine de l’initiative.

Le maillot représente un homme, les bras ouverts, pointé par deux pelotons d’exécution, un de chaque côté. Cette scène est un hommage direct aux 12 civils fusillés (dont 5 ont tout de même réussi à s’échapper) le 9 juin 1956 qui étaient entrés en résistance contre la dictadure du Général Pedro Eugenio Aramburu qu’il a lui-même baptisé « Révolution Libertaire ». Cet évènement s’est déroulé dans une décharge du quartier de José Leon Suarez. L’épisode donnera même lieu à un film, « Opération Massacre » en 1972 réalisé par Jorge Cedrón. Mais l’œuvre originale est un livre éponyme du journaliste Rodolfo Walsh, dont la couverture est une référence directe au célèbre tableau « Le trois mai 1808 à Madrid » de Goya représentant des fusillés victimes de l’armée napoléonienne. Le maillot, qui est le deuxième maillot, sera inauguré en juin, à l’occasion d’un match amical organisé en présence des familles des victimes et représente donc le fameux tableau de Goya.

Un maillot représentant un homme, pointé par 2 pelotons d’exécution, voilà ce que propose @ctralballester, un club de 5e division argentine

On ne va pas faire d’histoire politique argentine, car ce serait trop long et trop compliqué, et surtout que parfois les Argentins eux-mêmes ne s’y retrouvent pas. Mais en gros les fusillés étaient des partisans de Juan Peron, qui venait de se faire renverser et qui reviendra finalement plus tard au pouvoir sous un régime à la fois social et populiste, que certains qualifient de gauche et d’autres de droite (je vous avait bien dit que la politique en Argentine était compliquée).

Le club de Central Ballester est situé dans la grande banlieue région de Buenos Aires, dans le quartier de Villa Ballester. Ce maillot est une revendication de la prise de position de la localité en faveur de la démocratie depuis toujours. Ce petit club nous prouve que le maillot de foot peut encore être un outil politique, au sens noble du terme, en y mettant des signes engagés, en offrant un espace aux symboles.

Ceci est une preuve que le maillot de foot a encore du sens. Le grand Menotti a d’ailleurs récemment dit qu’en Argentine il n’y pas plus de grand club, mais plus que des grands maillots.

Assoiffé de foot depuis tout petit (en fait depuis le penalty raté de Roberto Baggio en finale de la World Cup 94), il se construit sa culture foot à travers ses voyages. Que ce soit par la Pologne, d’où il tire une partie des ses origines, mais surtout après avoir vécu le football en Amérique Latine. Il se passionne pour les passionnés du foot où qu’ils soient dans le monde. Il est président depuis 2012 d’un club de football multiculturel à Marseille.

... à lire dans Autres championnats

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour