Restons connectés

PKFoot

Pourquoi France-Brésil ne permettra pas de tirer d’enseignements ?

Amical

Pourquoi France-Brésil ne permettra pas de tirer d’enseignements ?

Demain, tout le monde attend monts et merveilles du match qui opposera la France au Brésil. Pourtant, nous pouvons déjà affirmer que ce match ne fera pas avancer significativement Laurent Blanc dans sa réflexion. Analyse.

Parce que c’est un match amical qui précède la Ligue des Champions

Le deuxième tour de la Ligue des Champions aura lieu dans très exactement deux semaines. Pensez-vous vraiment que des joueurs encore en lice dans la compétition, nombreux dans les deux camps, vont se livrer à fond, au risque de se blesser ? Non. Or, l’engagement est un paramètre fondamental en football. Avoir deux équipes qui ne se livrent pas ne permet pas de les juger correctement.

Parce que les absents sont nombreux

Laurent Blanc aurait sans doute aimé aligné ensemble Yoann Gourcuff, Samir Nasri, Florent Malouda et Mathieu Valbuena pour confirmer l’organisation choisie face à l’Angleterre. Problème : deux joueurs manquent à l’appel. Ce match, qui devait permettre au sélectionneur de consolider son équipe-type, va faire figure de seconde chance pour d’autres joueurs comme Jérémy Menez. Pour peu que le Romain brille, le casse-tête de Laurent Blanc ne fera que s’accentuer. Si c’est bon pour la compétitivité de l’équipe, c’est sans doute une situation que le Président aurait souhaité éviter.

Parce que le Brésil est en pleine reconstruction

Pour se jauger face aux meilleurs, encore faut-il être certain de les affronter. Si le Brésil reste évidemment une équipe de haut niveau, tant le vivier de joyaux est inépuisable dans le pays du football samba, l’équipe n’est pas plus rôdée que son hôte de demain. Mano Menezes continue à chercher la bonne formule. Même si l’opposition devrait être supérieure à l’ersatz d’équipe qui se tenait face aux Bleus à Wembley, le prestige du nom reste trompeur. Une victoire contre ce Brésil n’aurait rien de comparable à celles de 1998 ou 2006. Aujourd’hui, les leaders auriverde se nomment Pato et Robinho. On est encore loin des Ronaldo, Rivaldo, Ronaldinho ou autre Kaká…

Pourquoi France-Brésil ne permettra pas de tirer d'enseignements ?

Déjà en amical contre l’Angleterre, nous avions appris que Benzema est un attaquant. Un choc.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Amical

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour