Restons connectés

Une statue dans Mestalla en hommage aux supporters de Valence

Espagne

Une statue dans Mestalla en hommage aux supporters de Valence

Ce week-end, le stade de Valence, Mestalla, va accueuillir un match les opposant à Getafe. Un supporter particulier est déjà présent dans la tribune, et il devrait y rester pour l’éternité. Il s’agit d’une statue,qui sera placée dans le stade pour toujours pour rendre hommage à tous les abonnés de Mestalla décédés. Comptez pas sur lui pour se faire la « ola » dans le stade. 

A partir de ce dimanche, dernier match avant le Centenaire, Mestalla abritera une sculpture chargée d’émotion, unique dans le football de haut niveau, qui symbolise l’hommage du Valencia CF à tous les Valenciens qui ont apporté jusqu’à 100 ans dans le club grâce à leur amour. Être supporter de Valence c’est avoir dans le cœur un sentiment, qui se nourrit et grandit de génération en génération, en surmontant toute difficulté, avec le même désir d’y arriver.

En mémoire de tous ceux qui ont apporté au club pour célébrer ses cent ans de vie et qui ne sont plus, à partir du match de dimanche prochain contre Getafe CF, il y aura une sculpture placée dans le siège 164 de la rangée 15 de la tribune centrale avec laquelle ils rendront hommage à tous ceux qui seront toujours présents.

Une histoire passionnante se cache derrière cet hommage universel à tous ceux qui ont supporté le club valencien pendant un siècle. Vicente Navarro Aparicio, socios numéro 18 au moment de sa mort, s’est rendu à cette tribune match après match. Il a vibré pour le club de Valence, à domicile comme à l’extérieur. Ce club lui a fait vivre des émotions fortes bonnes comme mauvaises. Comme lors de la finale de la Coupe 1967 remportée par l’Athletic Club.
Ce supporter  a perdu la vue en raison d’un détachement dans la rétine à l’âge de 54 ans. Il a cessé de voir mais n’a pas abandonné sa passion pour le club. Le Valencia CF était encore plus fort dans son cœur. Vicente n’a pas cessé d’aller à Mestalla, il s’y rendait dorénavant avec son fils. Il a vécu les matchs,  a bénéficié d’une atmosphère unique pendant que son fils racontait les matchs.

Aujourd’hui, il n’est plus physiquement parmi nous, comme tant d’autres Valenciens qui nous ont quittés avec le temps. Mais le club a décider de faire de sa passion tout un symbole. Depuis aujourd’hui il est devenu un symbole qui représente, pour l’éternité, tous ceux qui ont ressenti et ressentiront l’émotion d’être supporter de Valence.

Né ballon au pied tel Olivier Atton, mais sans son talent footbalistique, j'ai décidé de me consacrer à cette grande religion qu'est le football. Fidèle au poste (de télé) devant la messe chaque dimanche matin à 11h chantant la marseillaise.

... à lire dans Espagne

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour