Restons connectés

PKFoot

Focus sur le petit poucet de la Coupe de France : US Quevilly

Coupe de France

Focus sur le petit poucet de la Coupe de France : US Quevilly

Rencontre avec Gregory Beaugrard (Capitaine de l’US Quevilly) pour revenir sur l’exploit de ces huitièmes de finale et la victoire de l’US Quevilly face au finaliste de la précédente édition de la Coupe de France (Rennes).

Salut Gregory, tout d’abord félicitations !! Pour une CFA, jouer un 1/8e de finale, c’est rare, contre une Ligue 1 tel que Rennes, c’est génial, mais se qualifier c’est incroyable, ça  fait beaucoup d’émotions à gérer, non ?

Oui pas mal d’émotion à gérer, c’est vrai. Après on est footballeur, on est là pour gagner un match. On avait 11 joueurs face à nous, et notre objectif était de gagner.
De l’émotion certes, mais c’est peut être plus l’émotion qui venait du public qui nous a poussé vers la victoire.

Quels ont été les moyens mis à la disposition des joueurs et du staff pour réaliser l’exploit ?

On est parti le lundi(la veille) en voiture personnelle en direction de Dieppe à l’hotel. On s’est entrainés sur les installations de Dieppe sur le coup de 17h je crois, un petit entrainement d’1h sachant qu’on avait joué le samedi juste avant, donc c’était plus de la récupération,  et puis un peu pour préparer le match. On a fait le diner à l’hotel.
On a été se divertir un petit peu, certains ont été au casino, d’autres sont restés dans les chambres et on s’est couché pas trop tard aux alentours de minuit pour se retrouver au petit déj’ le lendemain matin. Après on a fait une journée type de match, on a regardé une vidéo de Rennes en fin de matinée après avoir fait une balade dans les rues de Dieppe. On est reparti après le speach du coach et la sieste. Donc décollage aux alentours de 17h pour rejoindre le stade Diochon.

Quelles ont été les clefs du match ?

Déjà de pas craquer dans le premier 1/4 d’heure, le moment où ils ont le plus poussé. Quand on a franchi ce premier 1/4 d’heure sans prendre de buts, c’était déjà un point positif pour nous.
Puis, on s’est créé quelques situations en fin de 1e mi-temps et on a eu la chance de marquer sur un coup de pied arrêté. C’est ce qu’on avait essayé de préparer et notre grosse chance, c’est de ne pas avoir pris de buts en début de match qui aurait permis de les mettre en confiance, on a réussi à contrecarrer leur plan, c’était la clef du match.

Ton but, on peut le dire, il est moche !?

(Rires) Oui, il est moche. Ca aurait pu être un joueur de Rennes contre son camp, ça aurait compté tout autant. C’est peut être le but le plus moche que j’ai jamais marqué mais c’est sans doute le plus important.

Que s’est-il dit à la mi-temps ?

Il s’est dit qu’on avait fait une 1e mi-temps satisfaisante, on était resté dans le plan de jeu qu’on s’était fixé. Le but était de continuer à rester comme ça en gardant le ballon par terre, en essayant de pas se précipiter quand on avait le ballon, et puis de rester assez compact pour leur laisser le moins d’espace possible.

Le sentiment après le match ? la joie, l’euphorie, la surprise, l’incrédulité, la fierté ?

Un peu de tout ça , oui un bon mélange de tout ça. Une part d’émotion qui s’empare de nous et surtout l’envie de communier avec le public , la chose que l’on a pas pu faire du à l’envahissement du terrain, on était un peu déçu par rapport à ça donc on s’est retrouvé dans le vestiaire pour fêter tout ça.

Et sinon Hansson, t’en as pensé quoi ?

(Rires) Peter Hansson, il a un style un peu bizarre très caractéristique. En tout cas, il a été bien gêné par Joris (Colinet). Je pense qu’il n’a pas fait le meilleur match de sa vie et qu’il sera meilleur sur d’autre matchs.

Et la 3e mi-temps, c’était comment ?

La 3e mi-temps a été très soft. Le mardi soir sur Rouen, il n’y avait pas grand-chose à faire. On est allé à l’Ibiza boire une bière et vers 4h tout le monde est rentré chez soi. On verra samedi soir si on peut pousser la fête un peu plus loin.

T’as récupéré un maillot rennais ?

Je n’ai pas pu récupérer un maillot rennais et je te dis les joueurs sont rentrés vite aux vestiaires dû aux évènements sur le terrain. On nous a demandé de rentrer malheureusement et je n’ai eu aucun maillot. Par la suite, ils (les rennais) n’ont pas souhaité ouvrir leur vestiaire.

Et le tien ?

Le mien, je l’ai donné à mon adjoint en u19.

Est-ce que ton président s’est pris pour Loulou Nicollin en quadriplant la prime de match ?

Tu vois Loulou Nicollin et bien le nôtre c’est tout l’opposé, très près de l’argent pour le club, il tient à ce que l’argent de la Coupe de France puisse faire vivre le club le plus longtemps possible et il n’est pas trop pour reverser beaucoup d’argent aux joueurs. C’est très raisonnable à chaque fois malgré qu’on ait essayé de le pousser mais ça n’a pas marché.

Toute cette agitation, ça t’inspire quoi ?

Ca m’inspire qu’il faut rester les pieds sur terre, que c’est une euphorie qui sera assez courte et que tous les joueurs doivent en profiter un maximum. On se rappellera ces moments-là dans une dizaine d’années quand on se recroisera. Mais bien se souvenir d’où on vient et surtout de pas changer, pas se prendre pour un autre. On est juste des joueurs amateurs de foot comme beaucoup d’autres, c’est notre passion et celle ci nous emmène vers le haut tout simplement.

Greg, merci beaucoup et bravo pour cette superbe performance. On se retrouvera prochainement pour un carnet de bord.

Sébastien est un ex-joueur de CFA2 et entraineur de séniors. Lui aussi est très au courant des réalités et surtout de l'actualité du football mondial.

... à lire dans Coupe de France

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour