Restons connectés

Les trophées individuels (et leurs mauvais perdants)

L'édito décalé

Les trophées individuels (et leurs mauvais perdants)

La CAF a élu son meilleur joueur africain de l’année 2015, en chosissant PE Aubameyang comme lauréat de cette édition. Si, sportivement, la différence est mince avec ses concurrents ( et ), c’est la réaction de ces derniers qui détonne. L’élection s’est jouée dans un mouchoir de poche, mais l’Ivoirien et le Ghanéen, d’habitude érigés comme modèles de professionnalisme, l’ont encore en travers : « Yaya et moi, on était finalistes de la CAN, il a gagné, j’ai fini meilleur buteur. (…) S’il n’y avait pas eu la CAN, d’accord on peut en discuter mais là non, on doit privilégier nos compétitions… » a même déclaré André Ayew. Si Touré l’a déjà remporté 4 fois, ce trophée manque encore à Ayew, ce qui l’aurait érigé au rang de star incontournable dans son pays, comme les lauréats précédents : Drogba, Eto’o ou Weah. De là à réagir comme un enfant de 8 ans ?

Sébastien est plongé depuis plus de 20 ans dans le football, à tel point qu’il est devenu arbitre de football. Débarqué sur Panam' avec les prétentions d'un Pancrate, il préfère maintenant cracher son venin sur son blog. Vous êtes dessus !

... à lire dans L'édito décalé

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour