Restons connectés

Tour d’Europe : un week-end animé pour les amoureux du foot

Tour d'Europe

Tour d’Europe : un week-end animé pour les amoureux du foot

En ce week-end de Saint-Valentin, on profite du tour d’Europe pour rendre hommage aux performances des anciens pensionnaires de Ligue 1. Et on ne parle pas ici des pépites comme Martial ou Carrasco, mais de ces bons vieux « joueurs de championnat » comme Modeste, Imbula, Origi, Wass, Djiloboji, Gameiro, Khazri et Payet, qui représentaient si bien ma Ligue 1, mon amour.

Le meilleur de la semaine

On va commencer en étant courtois, et féliciter le Celta Vigo qui a fait une belle première période, pleine d’audace, avec notamment Guidetti et Wass en principaux agitateurs. A la pause, les Galiciens tenaient le match nul au Camp Nou. Puis, on va remercier le FC Barcelone pour cette démonstration, cette partition récitée à la perfection, cette ode au beau jeu et à l’amour du football. Le coup franc de Messi n’aura finalement été qu’un amuse-bouche avant ce qui nous attendait en seconde période. Le talent insolent de Neymar, la virtuosité de Messi, l’instinct de Suarez : oui, on se souviendra encore de la MSN dans des années, et réjouissons-nous de les regarder, qu’on soit fan du Barça ou non. Ce penalty joué à deux, comme Cruyff en son temps, ces dribbles et combinaisons à devenir fou, ces buts tous plus beaux les uns que les autres… Quand on la voit comme ça, on se dit que cette équipe est meilleure que celle de l’époque Guardiola. Et ce n’est pas le plus mince des exploits.

Profitant de l’indisponibilité d’Aubameyang, Lewandowski a pris la tête du classement des buteurs de Bundesliga, grâce à son doublé face à Augsbourg (1-3). Le Polonais a fait parler son jeu dans la surface sur l’ouverture du score, avant de montrer son timing parfait dans l’appel en profondeur pour éviter le hors-jeu. Même si l’idée n’est pas de minimiser le mérite du Polonais, auteur désormais de 21 buts en championnat, il faut avouer que tout est plus facile avec de tels coéquipiers. Car la passe de Thiago, sur le second but, n’est pas seulement parfaite. Elle représente les rares moments de perfection que nous recherchons quand on regarde des matches.

Liverpool a parfaitement profité de la faiblesse d’Aston Villa pour étriller la lanterne rouge de Premier League sur sa pelouse (0-6). Sturridge a marqué le premier but, et a ouvert de nombreuses brèches pour ses coéquipiers venus de derrière. Les Reds ont gagné en équipe, avec 6 buteurs différents, dont l’entrant Origi. Klopp continue à poser son empreinte sur cette équipe, qui devrait être capable de lutter pour la qualification pour la Ligue des champions la saison prochaine, lorsque les joueurs auront eu l’intersaison pour assimiler les concepts de jeu de leur entraineur.

Quand on lutte pour le maintien, on peut penser à ne pas perdre avant de vouloir gagner. Pas le genre de la maison en Espagne, où le Sporting Gijon et le Rayo Vallecano nous ont offert une belle partie, dans des conditions de jeu difficiles (2-2). Chacun y est allé de sa bourde défensive, offrant un but à l’adversaire. Mais on préfère retenir le génie d’Halilovic, un des plus beaux espoirs de cette Liga. Le milieu croate est à l’origine, avec un super extérieur du pied, et à la conclusion, avec un enchainement rapide au sol, du second but de son équipe. On espère le voir confirmer l’année prochaine, au Barça ou ailleurs.

Cela n’a pas suffi pour éviter cette défaite surprise face à Frosinone (1-2). Globalement, il aura même raté son match avec deux occasions en or qui auraient permis à Empoli de l’emporter. Mais Maccarone a rappelé l’importance de savoir jouer avec l’urgence dans la surface de réparation, en marquant un temps d’arrêt avant sa frappe, pour laisser le soin au défenseur de se jeter. Trop d’attaquants se précipitent, là où il y a parfois tellement mieux à faire. On remercie Big Mac de le prouver une nouvelle fois.

Carrasco, sorti sur blessure, pourrait manquer à l’Atlético en Ligue des Champions. Bien que les solutions ne manquent pas, le Belge a réussi à s’imposer sur la gauche de l’attaque madrilène. C’est lui qui a offert l’unique but des siens face à Getafe (0-1). Correa aurait pu doubler la mise, sans un excès d’altruisme en seconde période. Mais en ces temps d’individualisme, on s’en réjouirait presque.

On l’accuse parfois d’être motivé face aux gros, et de se relâcher face aux équipes modestes. Stoke City a su rester sérieux sur la pelouse de Bourenmouth (1-3). Imbula a signé des débuts tonitruants en Angleterre avec un super but sur l’ouverture du score. Sans Arnautovic ou Bojan, « Stokelona » a offert du beau jeu à ses fans, ne se laissant pas déconcentrer par la réduction du score de Ritchie, décidément spécialiste des jolies réalisations.

On a retrouvé Djiloboji. Jamais utilisé par Chelsea, l’ancien Nantais se fait remarquer pour ses débuts avec le Werder Brême face à Hoffenheim (1-1). L’international sénégalais, parfois distrait défensivement, a réalisé une magnifique prestation offensive. Buteur sur corner, il a été un danger constant sur coup de pieds arrêtés, se procurant 4 occasions franches ! Mieux, il s’est même permis un débordement côté gauche suite à un excellent jaillissement. Sa taille et son sens du timing seront un atout précieux pour bonifier la précision du sniper Junuzovic.

https://twitter.com/Galsenfoot/status/698597246707855360

Neville l’attendait, il la tient enfin, cette première victoire en Liga avec Valence, face à l’Espanyol Barcelone (2-1). Peu aidés par leur gardien Diego Alves, clairement fautif sur l’ouverture du score de Duarte, les Valencians sont allés chercher la victoire en marquant 2 fois en 5 minutes. Cancelo a réalisé une très belle action sur l’égalisation heureuse de Negredo, peu en aise cette saison. Si cela ne résout pas tout, ce succès va permettre à l’ancienne légende de Manchester United de travailler un peu plus sereinement.

Arsenal a complètement relancé la course au titre, avec une lutte qui promet d’être intense jusqu’au bout. En battant Leicester (2-1), les Gunners ont réalisé une très belle opération, et ont empêché les Foxes de prendre le large. Alors qu’on pensait que la Premier League était promise à Leicester, suite à un penalty habilement obtenu et transformé par Vardy, les hommes de Wenger ont réussi à renverser la tendance, bien aidés par l’expulsion de Simpson. Walcott a égalisé suite à une belle remise de Giroud, avant que Welbeck ne donne l’avantage final aux siens, dans les arrêts de jeu. L’histoire est belle pour l’ancien Mancunien, qui revenait de 10 mois de blessure. Tout reste à faire, cette fin de championnat sera palpitante !

Après une période où il a squatté le banc, en raison à cause de ses critiques sincères envers la direction, Honda a retrouvé un statut de titulaire depuis quelques semaines. Le Japonais retrouve des couleurs, au point de redevenir un joueur important pour l’AC Milan, victorieux face au Genoa (2-1). Sur le premier but, il s’arrache pour ne pas concéder une sortie de but, ce qui mène à la réalisation d’un Bacca toujours aussi réaliste. Il s’offre ensuite le but du break d’une frappe lointaine et spontanée. Tout n’est pas réglé pour le club lombard, mais un regain de forme de son numéro 10 ne pourrait être qu’une bonne nouvelle.

Lui aussi a réalisé une très grande performance, mettant en avant le football japonais. Inui, passeur décisif face à Levante (2-0), a créé énormément d’occasions pour Eibar. Le virevoltant ailier japonais a beaucoup gêné la défense adverse par ses percées précises en dribbles. Seule la chance lui a manqué, avec 2 tirs qui finissent sur le poteau.

Enfin se diront les supporters, qui ne comprenaient sans doute pas que la situation puisse durer aussi longtemps au vu de la qualité de leur équipe : Wolfsburg a mis fin à une série de 7 matches sans victoire en Bundesliga, en venant à bout d’Ingolstadt (2-0). Auteur de l’ouverture du score suite à une excellente combinaison avec Caligiuri, Draxler a régalé son public par plusieurs gestes techniques de très haut niveau, méritant amplement son ovation lors de sa sortie en fin de match.

Chelsea a fait une démonstration de force avant de retrouver le PSG en Ligue des Champions. Le champion en titre a fait exploser Newcastle (5-1) sous l’impulsion d’un grand Diego Costa, qui a miraculeusement retrouvé son football depuis le départ de Mourinho. Son appel est tranchant pour l’ouverture du score, sa passe décisive est parfaite pour le but de Willian, également buteur et passeur. Auteur d’un doublé, Pedro a fait parler sa vitesse pour profiter des largesses défensives des Magpies.

Le Real Madrid s’est bien amusé face à l’Athletic Bilbao, malgré son manque de cohésion en défense (4-2). Kroos et James ont marqué, mais c’est bien Ronaldo qui se distingue avec un magnifique doublé. Le Portugais compte désormais 21 buts en Liga, et fait momentanément taire les critiques à son encontre. A lui de réitérer sa prestation face à la Roma en Ligue des champions pour rappeler, si besoin est, l’énorme champion qu’il continue d’être.

On disait, sur le ton de la plaisanterie, que la Juventus avait fait exprès de mal débuter, histoire de préserver le suspense, et surtout de battre ses 19 adversaires de Série A les uns après les autres, comme pour montrer qu’ils sont les plus forts. Avec cette 15e victoire consécutive en championnat, la Vieille Dame reste aussi sur 6 matches sans encaisser de but. Comme un symbole, c’est en battant son concurrent le plus sérieux que la Juve a pris la tête du championnat, pour la première fois de la saison. Et si le match en lui-même a été fermé, la prise de pouvoir est indiscutable. Zaza, auteur du seul but du match (1-0) à 2 minutes de la fin, montre que chaque joueur est important dans cet effectif.

Séville a mis du temps avant de voir la victoire se dessiner face à Las Palmas (2-0), qui a manqué l’ouverture du score d’un cheveu. Banega, suite à une belle action et à une feinte de corps subtile, a marqué d’une frappe puissante du gauche. Gameiro a doublé la mise quelques minutes plus tard sur une action collective de toute beauté. Remontée à la cinquième place de la Liga malgré un début de saison catastrophique, la formation andalouse a encore une mince chance de se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions.

Mais aussi

Excellent football de la Real Sociedad face à Grenade (3-0). Pas toujours en confiance, Soldado a offert 3 points à Villarreal face à Malaga, en marquant l’unique but au sortir d’un beau une-deux (1-0). Il profite d’une faute de main inhabituelle de Kameni. Match animé entre Hambourg et Gladbach. Le HSV, décidé à ne pas vivre une nouvelle saison galère, et à assurer son maintien le plus facilement possible, a réussi à battre un prétendant à l’Europe de très belle manière (3-2). Un peu moins inspiré que d’habitude en l’absence d’un Aubameyang en tribunes, dans un accoutrement dont il a le secret, Dortmund a galéré mais a gagné face à Hanovre (1-0). Doublé de Deeney pour Watford qui l’emporte sur la pelouse de Crystal Palace (1-2) malgré le premier but d’Adebayor sous ses nouvelles couleurs. Le Togolais aux longues tresses a marqué de la tête, dans un style bien à lui. Un but et une passe décisive pour Payet qui sauve les meubles avec West Ham face à Norwich (2-2).

Le pire de la semaine

Schalke avait l’occasion de mettre la pression sur le Bayer et le Hertha, en ouvrant la 21e journée de Bundesliga. Et malgré le premier but de Belhanda sous ses nouvelles couleurs, c’est bien la surprenante équipe de Mayence qui l’a emporté (2-1). Bussman, auteur de son premier but en Bundesliga, nous offre un modèle de reprise en demi-volée. En reprenant le ballon juste après le rebond, au moment où il monte encore, le défenseur de Mayence s’assure une trajectoire rectiligne et puissante, sans risque de voir le ballon s’envoler dans les nuages. Un modèle à montrer aux jeunes footballeurs.

La Roma regrette peut-être Yanga-Mbiwa, pourtant peu à son avantage à Lyon. Il faut dire qu’avec Rüdiger, auteur d’un match correct pour une fois, mais une nouvelle fois fautif sur le but encaissé, le club de la Louve a réussi à trouver plus mauvais. Heureusement, Salah a soulagé les siens en quelques minutes face à Carpi, d’une passe décisive puis d’un but. Au préalable, Digne avait signé un bijou pour son second but en Série A (3-1).

Après avoir chuté face à Leicester, voilà que Manchester City perd à domicile face à Tottenham, incroyable dauphin de Premier League (2-1). Après une première période plutôt terne, le match s’est emballé, avec un penalty généreux accordé à Kane. Pellegrini a ensuite adopté une méthode simple pour égaliser : changer un milieu pour un attaquant, histoire d’avoir quelqu’un de plus dans la surface. Si cette tactique simpliste ne marche pas toujours, Ihenacho a donné raison à son entraineur, concrétisant le regain des Skyblues par une égalisation méritée. Mais la déesse de la victoire ne voulait pas sourire à quelqu’un d’autre que Pochettino, également auteur d’un coaching gagnant. Lamela, entré en jeu, offrira quelques secondes plus tard le but de la gagne à Eriksen, toujours précieux dans le jeu. Solidaire, dynamique dans les duels, agressive dans le bon sens, cette formation des Spurs a montré un bien beau visage ce dimanche.

Expulsé pour la première fois de sa carrière en championnat, Varane a livré un match catastrophique face à Bilbao. Fautif sur le premier but des Basques, avec une passe en retrait au gardien sans regarder le placement de celui-ci, le Français a commis d’autres erreurs inhabituelles, soulignant le manque de solidité de son équipe en défense. De l’autre côté du terrain, Laporte, qui clame régulièrement son envie de jouer pour les Bleus, n’a pas été impérial non plus. S’il ne commet pas d’erreur spectaculaire, son placement sur les 4 buts madrilènes a de quoi interpeller. Compte tenu de la blessure de Zouma, et des difficultés de Mangala et Sakho, il n’y a guère que Koscielny qui rassure cette saison.

Heureusement pour eux que Schalke ne l’a pas emporté. Pour le Hertha Berlin, c’est un 4e match consécutif sans victoire en Bundesliga. Le club de la capitale est tombé face à Stuttgart (2-0), concédant paradoxalement l’ouverture du score au moment où l’équipe se remettait d’une mauvaise entame. Ibisevic a eu quelques choix malheureux à la finition, et c’est toute son équipe qui a été pénalisé.

Si vous voyez la vie en rose et que vous voulez déprimer, il vous suffit de supporter Manchester United : cela vous apportera toute la souffrance que vous espérez. Les Red Devils, en déplacement sur la pelouse de Sunderland, ont encore chuté (2-1). Pire, ils l’ont véritablement mérité, tant ils n’ont rien montré et ont été bousculés par l’avant-dernier du championnat d’un Khazri très inspiré. Martial a beau avoir égalisé d’un super finish en angle fermé, il n’y a pas grand-chose de positif à retenir de cette nouvelle désillusion. Aujourd’hui, on voit mal comment le club pourrait disputer la prochaine Ligue des champions, tant le Big Four semble inaccessible. Il faudrait même cravacher pour ne pas tomber en dessous de cette 5e place… En terme de classement, cette seconde année de van Gaal marque donc une certaine régression pour le moment. En terme de jeu, l’ennui n’aura jamais été aussi fort…

En dépit de la victoire, Leverkusen n’a pas rassuré sur la pelouse – ou plutôt le champ de patates – de Darmstadt (1-2). Le Bayer a livré une première période catastrophique, sans répondant à l’agressivité adverse, et avec un nombre d’erreurs techniques bien trop élevé. Sans Chicharito, et avec Calhanoglu sur le banc en première période, les hommes de Schmidt ont fini par l’emporter de façon assez laborieuse, avec un but gag pour finir. Bien leur en a pris de ne pas jouer comme ça le week-end dernier, l’addition aurait été lourde face au Bayern.

Ce n’était pas un grand match de football, ça a tourné au grand n’importe quoi en fin de rencontre entre la Fiorentina et l’Inter Milan (2-1), avec l’expulsion de 3 joueurs, et un but ridicule de Babacar pour finir. Handanovic, une fois n’est pas coutume, fait preuve de fébrilité sur cette action, même si on ne peut pas lui en vouloir au vu de son match d’ensemble. L’Inter, qui croyait au titre en début de saison, retombe dans ses travers, et voit son voisin revenir sur ses talons.

Mais aussi

Malgré un but de l’inévitable Meier, c’est bien Cologne qui s’impose face à Francfort (3-1). La mauvaise défense de l’Eintracht a été punie par l’impitoyable Modeste, passeur décisif puis buteur. L’Udinese, archi-dominatrice face à Bologne, doit se demander comment elle a pu laisser filer la victoire, et même s’incliner (0-1). Destro, encerclé par 3 joueurs, a réussi à marquer, tandis que les attaquants d’Udine ont cruellement manqué de précision. Toujours en crise, Palerme a perdu face au Torino (1-3) malgré l’ouverture du score de Gilardino. Immobile a signé un doublé, prouvant à nouveau qu’il n’est jamais aussi fort que lorsqu’il revêt ce maillot.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour