Restons connectés

Calendrier de l’Avent #22 : Kaka, l’artiste milanais

Sinon

Calendrier de l’Avent #22 : Kaka, l’artiste milanais

En attendant Noël, PKFoot vous propose de (re)découvrir un joueur par jour, selon le même principe que le calendrier de l’Avent. Aujourd’hui, place à , le dernier Ballon d’or avant la décennie Ronaldo-Messi.

Un symbole du passé

Le Brésil est le pays qui a le plus souvent remporté la Coupe du monde, mais sa dernière victoire date de 2002. L’AC Milan est le second club qui a le plus souvent gagné la Ligue des champions, mais son dernier sacre date de 2007. A cette époque, le meilleur joueur du monde était un Brésilien évoluant en Lombardie, le dernier Ballon d’or avant l’ère Ronaldo-Messi : Kaka. Le numéro 22 vit alors un parcours parfait en Série A, s’imposant immédiatement dans l’équipe malgré les présences de Rui Costa ou Rivaldo, marquant de nombreux buts décisifs, et incarnant l’élégance milanaise sur et en dehors du terrain.

Lors de cette campagne de C1 victorieuse, le Brésilien aura fait valoir l’ensemble de son arsenal offensif, qui faisait de lui un joueur particulièrement complet. Buteur de la tête et des 2 pieds, capable de frapper fort comme de placer sa frappe, excellent passeur, dribbleur émérite, Kaka était surtout impressionnant pour sa capacité à multiplier les sprints à haute intensité, et sa lucidité pour conclure derrière, comme lors du huitième de finale contre le Celtic Glasgow. Le Brésilien était assez fascinant quand il partait seul, et arrivait au bout malgré tout. Sa prestation à Old Trafford, matérialisée par un doublé face à Manchester United en demi-finale, a été la performance individuelle la plus aboutie de l’année.

Aurait-il pu mieux faire ?

Suite à ce Ballon d’or, on imaginait Kaka débuter un règne, aussi bien individuellement que collectivement. Car malgré l’émergence de Ronaldo et Messi, le Brésilien n’avait que 25 ans, et évoluait au sein d’une équipe finaliste de la C1 en 2005, demi-finaliste en 2006, et victorieuse en 2007. Si certains cadres étaient vieillissants comme Cafu ou Maldini, beaucoup comme Nesta, Gattuso, Seedorf ou Pirlo avaient encore de belles années devant eux. Malheureusement pour les fans milanais, le Barça commencera son ère peu après, engloutissant tout sur son passage… tandis que le club tombera dans un marasme sportif dont il n’est pas encore sorti.

La suite pour Kaka ne sera pas meilleure. Excellent individuellement, il refuse de signer à Manchester City, ce qui augmente sa popularité au sein des supporters. Il finira cependant par rejoindre le Real Madrid, où sans être mauvais, il sera juste « bon », ce qui n’était pas ce qui était attendu venant d’un tel joueur, dont l’association avec Ronaldo devait faire des étincelles. Après un retour à Milan, Kaka retournera au Brésil, avant de terminer en MLS à Orlando City. En Europe comme au Brésil, il laissera un bon souvenir, mais l’ère Ronaldo-Messi l’éclipsera trop vite, tout comme la mainmise de Ronaldinho en sélection. Si peu le citeront spontanément comme un des joueurs les plus marquants de son époque, ceux qui ont vu de leurs propres yeux son année 2007 retiendront pourquoi il était le dernier Ballon d’or avant Ronaldo et Messi.

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Sinon

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour