AvideceWopyBalab

PKFoot distribue des prix après cette ultime journée de Ligue 1 2014/15 pour récompenser ou dénoncer des joueurs, entraîneurs, dirigeants, supporters… Pas question cependant de primer uniquement le meilleur et le pire mais plutôt de se pencher sur quelques faits de jeu ou déclarations qui symbolisent la beauté du foot (prix Orange), ses boulettes (prix Banane) mais aussi toutes les dérives qui font malheureusement partie de ce sport : l’agressivité ou l’anti-sportif (prix Citron), l’individualisme ou l’ego (prix Melon).

Prix Orange : des adieux émouvants

Le gardien qui entre en jeu en fin de match contre Monaco, fin de carrière aussi d’un Papus Camara capitaine d’un soir du PSG, qui quitte Bordeaux en foulant la pelouse du nouveau stade lors de son 300e match, ovationné par ses supporters qu’il va quitter libre en fin de saison… La dernière journée de Ligue 1 a été émouvante dans de nombreux clubs avec les départs annoncés de nombreux joueurs.

Prix Citron : le comportement des supporters marseillais

Les supporters corses étaient interdits de déplacement à Marseille. Cela n’a pas suffi pour assister à un match tranquille. Les jets de projectiles, dont un pétard, sur le portier corse Leca ont poussé l’arbitre à interrompre le match. « Le gardien bastiais a du patienter jusqu’à la reprise de la seconde période pour être enfin protégé par le corps arbitral. Monsieur Buquet a en effet décidé d’arrêter provisoirement la rencontre avant la reprise de la seconde période, et ce pendant un gros quart d’heure avant que le jeu ne puisse reprendre paisiblement », indique le club dans un communiqué officiel.

Prix Banane : Les « air » sorties d’Eneyama et Vercoutre

Eneyama qui saute à peine et sans conviction pour capter un ballon sur sa ligne, Vercoutre qui saute et se fait piéger par Sorlin qui glisse le ballon sous ses jambes… Les défenses, comme les gardiens, ont manqué de concentration et ont offert une dernière journée spectaculaire avec 32 buts inscrits.

Prix Melon : La LFP tue le foot français

Le coup de poignard dans le dos, juste avant la dernière journée de L1. La Ligue de Football Professionnel a annoncé le passage de 3 à 2 relégations seulement. Toujours dans une division à 20 équipes pour le moment (oui car à 18 clubs, cela aurait eu du sens). C’est le principe même du sport qui en prend un coup, supprimant une sanction de descente et donc une récompense de promotion. Le football se veut de plus en plus consanguin. Quelques clubs d’élite (un seul en France) et des sparring-partners résignés à condition que l’on assure leur maintien en L1. Cette saison, cela signifie que plus de la moitié des clubs de L1 auraient joué sans pression pendant près de la moitié du championnat. Metz et Lens occupent en effet les deux dernières places depuis la 22e journée et pointait à 7 points du 18e à la 30e journée… Montpellier, Lille, Rennes, Guingamp, Nice, Bastia, Caen, Reims, Lorient, Toulouse, Evian, cela fait beaucoup d’équipes qui n’auraient eu aucun enjeu, aucune pression, aucun intérêt pendant toute la fin de saison.

Aussi nominé : le président … de la LFP, Frédéric Thiriez, pris par les caméras de Bein Sports en train de scander le nom des joueurs du PSG honorés lors de la remise du trophée de champion de L1. A priori, il est plus facile de descendre sur la pelouse du Parc qu’au Stade de France.