Restons connectés

Tour d’Europe : Dortmund prend la main, Benzema en sauveur

Tour d'Europe

Tour d’Europe : Dortmund prend la main, Benzema en sauveur

Gros week-end où on a aimé les prestations des outsiders Leipzig, l’Atalanta, et Francfort. La plupart des gros bras européens ont assuré le résultat à défaut du spectacle. En Allemagne, Dortmund a repris la main.

L’effet Solskjaer s’estompe un peu

Si les résultats sont toujours là, Manchester United étant toujours en lice en Ligue des champions, et ayant gagné ce week-end face à Watford, il faut être malhonnête pour ne pas voir que le jeu proposé par les Red Devils est moins relevé que lors des premiers matches dirigés par Solskjear. Plusieurs joueurs ne sont pas au niveau, et empêchent cette équipe de maîtriser son sujet. On pense notamment à Matic, Herrera et Pogba, complètement éteints par Capoue, Doucouré et Pereyra. Sans milieu serein, la défense est plus exposée, et exhibe des défauts qu’on lui connaît, tandis que l’attaque est peu alimentée, restant trop dépendante d’éventuels éclairs de Rashford ou Martial. Le Norvégien a redonné le sourire et le goût de la victoire à son club. A lui, s’il veut durer, de trouver des solutions plus variées, notamment face aux blocs regroupés. Jones pouvait gueuler sur ses partenaires. C’est bien lui qui était le seul au niveau.

Dominer n’est pas (toujours) gagner

La logique voudrait que la meilleure équipe gagne. Leipzig et son football de contre-attaques, porté par le trio Forsberg-Werner-Poulsen qui a submergé le Hertha Berlin, et Naples, facile face à une Roma qui n’a pas les mêmes certitudes dans le jeu, le prouvent. Mais parfois, cela ne suffit pas de mieux jouer (notion subjective) que son adversaire. Frosinone a perdu face à la Spal malgré une domination incroyable en nombre d’occasions, tandis que Bournemouth a chuté face à un Leicester plus réaliste.

Que manquait-il à ses équipes? Peut-être des individualités plus fortes. L’Atalanta a par exemple profité d’un Gomez bien au-dessus de Parme pour s’imposer finalement assez tranquillement, malgré l’ouverture du score de l’intenable Gervinho. Toujours en Italie, la Juve, peu inspirée face à Empoli, a pu compter sur une belle déviation de Mandzukic et le talent à la finition de Kean pour gagner. Les joueurs majeurs portent des responsabilités plus grandes, quand bien même le football est un sport collectif. Ainsi, la boulette de Donnarumma contre la Sampdoria doit rester en travers de la gorge des fans  de l’AC Milan, même s’ils seront sans doute les premiers à rappeler le nombre de points sauvés par leur gardien par le passé.

Les joueurs du week-end : Messi et Alcacer voient double

Dans ce derby de Barcelone, l’Espanyol gênait un peu plus que prévu le Barça. Peu d’occasions à se mettre sous la dent, pas une frappe cadrée avant l’heure de jeu… puis Messi est sorti de sa boîte. L’Argentin, expert dans l’exercice du coup franc, a marqué à nouveau de cette façon. Sauf qu’il l’a fait d’une toute petite pichenette, comme s’il était à la plage, en train de jouer face à des enfants. Puis, il a fermé la marche avec un doublé, sur une action qu’il initie, en reprenant un centre venu de la gauche, dans son style le plus représentatif.

Dortmund avait une occasion en or de profiter du match nul du Bayern Munich à Fribourg, mais encore fallait-il gagner face à Wolfsburg. Tenu en échec jusqu’à la fin du temps réglementaire, le Borussia a pu compter sur un coup franc en force de Paco Alcacer pour ouvrir le score, avant que l’Espagnol ne double la mise en toute fin de rencontre. Ce doublé pourrait rapporter gros à son club.

Les buts du week-end

  • La belle pichenette de Rashford qui conclue une ouverture millimétrée de Shaw pour ouvrir le score face à Watford, et le but inutile mais joli de Doucouré qui sauve l’honneur en fin de match.
  • Le but plein de sang-froid d’Agüero, qui fait le break face à Fulham, renforçant si besoin est son statut de légende de Manchester City. Il fallait au moins ça pour que les siens gardent la main, Liverpool ayant franchi l’obstacle Tottenham.
  • Camarasa, spécialiste des beaux buts, qui récidive face à Chelsea. S’il n’empêche pas la défaite de Cardiff, ça reste beau à voir, et pas si facile de cadrer vu la position de son corps.

  • La patate de Kruse qui ne se pose aucune question sur ce ballon mal dégagé par la défense de Mayence. Le capitaine du Werder inscrira même un doublé.
  • Rien d’extraordinaire dans la finition de Kostic sur son second but face à Stuttgart, mais soulignons la magnifique passe de Rebic. L’Eintracht l’emporte logiquement.
  • Un ballon récupéré au milieu de terrain, un slalom entre 3 défenseurs, un gardien éliminé : Pedraza a marqué un but magnifique contre le Celta Vigo, contribuant à la victoire de Villarreal.

  • La reprise, comme elle vient et en pleine course, de RDT qui ouvre le score pour le Rayo Vallecano, face au Bétis Séville.
  • La délicieuse frappe de Benzema, déjà impliqué dans les 2 premiers buts du Real Madrid, qui permet à son équipe de l’emporter face à Huesca.

  • Le dernier but de l’Atlético face à Alavés, signé Partey d’une magnifique frappe enroulée.
  • La volée de fou furieux de Mandragora qui confirme la victoire de l’Udinese face au Genoa (2:27 dans la vidéo) et qui éclipse le premier but de son équipe, déjà somptueux dans la conception.

 

Amoureux du beau jeu, je suis un épicurien qui cherche avant tout à voir de beaux moments de football. Mon avis n’engage que moi.

... à lire dans Tour d'Europe

Populaire

Newsletter PKFoot

Une fois par semaine, le lundi midi.

Inscription confirmée

Une erreur s'est produite.

Retour