AvideceWopyBalab

Kemmler est un jeune auteur-interprète marseillais signé chez Def-Jam. Peu après la sortie de son deuxième album, « Gris-Cœur », il a accepté d’échanger avec nous. Le foot, la musique, l’OM, tour d’horizon de ses passions.

C’est ton deuxième projet, tu l’as sorti en 3 parties, la dernière en janvier 2021, t’as eu quoi comme retour dessus pour l’instant ?

Beau succès d’estime pour l’instant, franchement très content. Je vois que ça grandit, je sens l’engouement de la part des médias comme des gens. Après en termes de vente on est loin des gros standards actuels, mais ça progresse. Moi je suis un petit nouveau je suis là depuis à peu près deux ans et la sortie de mon premier projet donc ouais franchement assez content des retours.

T’as pu participer aux OM Sessions il y a un an et demi, comment le contact s’est fait entre toi et l’OM ?

L’équipe d’OM Médias est venu me contacter aux prémices de ce projet donc je savais pas vraiment de quoi ça allait parler, où ils voulaient aller. Étant fan de l’OM déjà j’ai trouvé ça très cool. Puis on a essayé de mener ça ensemble, ça s’est trop bien passé. Franchement les gars d’OM Média ont une équipe ultra compétente et ultra motivée. Et je sentais qu’ils aimaient ma musique donc c’était agréable de travailler avec eux.

Ca a dû être un plaisir pour toi en tant que fan de l’OM de tourner à la Commanderie, au Vélodrome ?

T’imagines, c’est complètement fou ! Franchement, moi j’suis ultra fan et puis j’ai pu emmener mon père dans des endroits en étant un peu privilégié donc ça c’est fou, parce que mon père c’est un fan de l’OM depuis les années 70. Et puis on pouvait encore aller dans les stades donc je l’avais amené, il y avait mon OM Session qui passait sur les grands écrans… Rien que la fierté de mon père c’était un truc trop cool.

T’en as pensé quoi du format, de ce qu’ils veulent faire avec les artistes locaux ?

Je trouve ça hyper cool. Les rappeurs marseillais ont énormément cité l’OM parce que l’OM ça fait partie de Marseille, c’est comme ça. C’est un juste rendu au fil des années. Franchement j’ai trouvé l’approche vraiment cool après ce qu’on sait c’est que les marseillais sont tellement passionnés que si l’OM va bien, tout est génial, l’idée de faire des passes décisives à des rappeurs franchement trop cool. Mais quand ca va pas, tout devient une mauvaise initiative !

Moi j’avais dit : « Les gars si l’OM ça tourne pas, on sort pas l’OM Session à ce moment là, je sais très bien que je vais me faire insulter par des centaines de mecs ». Et j’aurais fait partie de ces mecs (rires) parce que quand l’OM va mal, j’ai juste envie que ça gagne, arrêtez de me parler de rappeurs là, jouez au foot c’est tout ! Mais j’ai eu la chance que ça tombe dans une période faste, où on bat Lyon avec le doublé de Payet.

Dans ta line « Ca tue l’charme comme la VAR, à l’époque de Ravanelli », tu opposes le côté passionnel de l’époque de Ravanelli à l’espèce de froideur du foot de maintenant. Tu t’y retrouves quand même aujourd’hui ?

J’crois vraiment que l’être humain s’adapte à tout. Donc la VAR c’est devenu normal. J’ai ce réflexe de pas fêter un but, d’attendre. Je t’avoue que je préférais exploser et être sûr de mon explosion mais c’est comme ça, ça fait partie du truc. 1998-1999, c’est les premières années où j’étais vraiment à fond dans l’OM. C’est là que j’ai commencé à avoir des idoles footballistiques. C’était uniquement des joueurs de l’OM.

C’est lequel le premier dont tu te souviens ?

Ravanelli-Maurice ! À cette époque là, c’est le carnaval, je crois que je suis en CM1-CM2, et je me déguise en Ravanelli ! Ma mère me teint les cheveux en blanc, et j’ai mon maillot floqué. Je m’en foutais d’être un pirate moi !

C’était aussi les premières fois où j’allais au stade, c’était mon frère qui m’amenait. C’est là que la passion du virage est arrivée pour moi, c’était fou ! J’ai ramené des gens qui n’aimaient pas le foot et qui ont vécu des sensations ultra-fortes, c’est une dinguerie !

Après les OM Session il y a aussi eu l’annonce d’OM Records, le « label rap » de l’OM. Comment tu vois l’arrivée de cette structure « OM » dans le rap ?

C’est un peu spécial. Le truc de faire un freestyle, de faire des petits trucs en rapport avec l’OM je trouve ça cool. En revanche, pour un projet comme OM Records, les rappeurs peuvent se manger des bad-buzzs immérités. Des retours de flamme par rapport aux contre-performances de joueurs. Donc c’est très difficile d’apposer le nom de l’OM sur autre chose que le club, et ça je suis pas certain que les gars de BMG l’ai forcément analysé en amont. L’OM c’est un club vraiment à part. Si l’OM va bien après c’est good buzz total pour les artistes.

Donc toi c’est avec un atelier d’écriture que t’as commencé la musique c’est ça ? Vers 14-15 ans. T’as tout de suite mordu dedans ?

Exact. En vrai j’étais pas chaud d’y aller. Mais dès le premier cours, qui était pas ouf en plus, il se passe un truc où je me dis « putain, c’est trop bien, je suis dans une salle de cours et je fais un truc qui me plait, c’est la première fois ! ». Du coup je transformais tous les cours en ateliers d’écriture rap. J’ai commencé à vraiment décrocher de l’école à partir de ce moment-là d’un côté, mais aussi à trouver ma voie sans vraiment y faire attention.

Et la passion pour le foot elle est venue après la musique ? Comment t’as réussi à lier les deux ?

Avant, bien avant. La passion du foot c’est une histoire de famille. J’ai un grand frère qui a sept ans de plus que moi et j’ai mon papa qui sont ultra fan de l’OM donc très vite j’ai joué en club, j’étais passionné par le foot.  Et puis à Marseille, tout le monde parle de foot. Donc si tu parles pas de foot, t’es mis de côté (rires). Après, j’ai vite compris que j’avais pas un niveau suffisant pour être joueur professionnel, c’était passionnel mais c’était pas un truc ou je me disais que je pourrais en faire mon métier.

Et le foot est venu dans mes écrits parce que je parle de ma vie, donc on y retrouve mes passions. J’ai tellement ce truc de faire référence au foot quand je parle qu’en fait, les références glissent toutes seules.

T’es pas mal actif sur twitter, tu retrouves ce côté discuter avec des passionnés ou ça devient un peu compliqué de parler foot ?

Ouais de ouf ! Quand toi tu maîtrises un sujet t’as envie de parler avec des gens qui le maîtrise aussi même s’ils ne sont pas du tout d’accord avec toi. Tu vois qu’il y a des gens qui sont vraiment passionnés, autant que toi, et peu importe leur nombre d’abonnées ! Dès qu’il y a la passion la conversation s’anime très vite, c’est de la bombe, j’adore twitter !

C’est très dur parce qu’il faut maîtriser les codes mais franchement c’est le kiff niveau foot. Et j’ai un pote qui me disait « Frère, t’invectives l’OM tout le temps,  et ils t’envoient des maillots, des survêts… ». Moi j’suis honnête, y’a un joueur j’peux le descendre et lui faire une déclaration d’amour juste après. L’OM c’est vraiment comme cette meuf, t’as l’impression que des fois ça va pas du tout mais tu peux pas la quitter mec, t’es amoureux c’est comme ça.

Et cette passion là comment tu la mesures ? On te vois régulièrement sur Le Phocéen, tu commentes des matchs pour l’OM, là du dois t’adapter pour réguler ta passion ?

Le plus dur c’est sur les matchs que tu commentes. Sur le plateau du Phocéen j’ai fait mes analyses, le match était hier ou est demain, ça va. Là d’être assis, de commenter un but encaissé, franchement c’est dur mec ! Je sais plus si c’est Amiens ou Angers le match que je commente, le dernier avant que les stades soient « interdits». On mène 2-0, on se fait remonter à 2-2 dans les dernières minutes. À partir de là je me suis dit « whaa j’ai plus envie de commenter, j’ai plus envie de parler ». Mais t’es obligé, t’es là pour ça ! Quand c’est l’OM, c’est dur ! Ca affecte trop ma personnalité quand l’OM va mal, j’suis au fond du trou mec, c’est ridicule de dire ça mais je suis au fond du trou (rires).

Pendant la trêve internationale t’as fais quoi ? Tu t’es concentré sur la musique, t’as consommé du foot ?

J’ai consommé du foot ! Au grand dam de ma femme. J’ai regardé les espoirs, l’Equipe de France, ça à mon grand dam à moi parce que c’était vraiment compliqué. Après je suis sur pas mal de projets en ce moment donc beaucoup de travail, et la vie familiale.  Mais le soir c’est foot, je peux être en train de regarder la télé avec ma femme mais sur l’ordinateur y’a le match qui tourne. Et des fois, j’ai aussi la double fenêtre, le match à la télé et Football manager qui tourne sur mon Mac.

Je jouais beaucoup à PES et Fifa avant, maintenant plus du tout mais FM, je peux pas passer une journée sans jouer. Je démarre avec l’OM, mais dès que je change de club, j’ai plus envie de jouer ! Là j’ai démarré une partie avec Chambly, j’ai gravi les échelons, j’ai fait plusieurs clubs petit à petit et là j’suis au Barça en 2031 donc cool ! (rires)

Et du coup t’as suivi Kamara pendant la trêve ?

Ouais je l’ai suivi 63 minutes quoi ! Je trouvais Ripoll un peu dur dans un match face au Danemark ou il n’y a personne qui s’est démarqué. C’est Kamara qui a pris, peut-être qu’en tant que relayeur il attendait quelque chose de plus. Ca a été difficile, il a enchaîné les matchs, il y a beaucoup de concurrence. J’espère que ça lui a pas mis un petit coup au moral de pas jouer parce que derrière c’est la Russie et Soumaré fait un gros match.

On parlait de lui en A, t’as Deschamps qui glisse qu’il a juste un œil sur Camavinga et Nzonzi au milieu et personne d’autres, t’as lui qui est censé être titulaire sans grande difficulté en espoir et qui se fait sauter sa place. Après il reste quelques matchs, à la coupe du monde 2018 on a deux latéraux qui sont censés être remplaçants et qui finissent par jouer toute la compétition.

Surtout que contre le Danemark il met trois profils similaires, c’est Kamara qui paye…

Je suis pas totalement emballé par le système de jeu de Sylvain Ripoll. Je trouve ça dommage, il a vraiment une génération dorée et ça joue peu, peu de football. Il a trois milieux capables de casser les lignes et il n’y en a pas beaucoup dans le football. Je trouve qu’ils ne sont pas bien utilisés. T’as Kamara et Tchouaméni qui sont un peu dans ce même style de jeu en tout cas au milieu. Franchement Kamara pour moi de la façon dont il joue je lui trouve une place en Espoir je lui trouve une place en A. Après je suis pas sélectionneur malheureusement…

Ce qui me dérangerait vraiment, c’est qu’il parte à la fin de la saison et que ce soit à ce moment là qu’il joue en Bleu parce qu’il est à City, au Barça, ou à Naples. Je sais que Deschamps regarde les matchs de l’OM mais il a ses idées, son groupe, il peine à le changer. 2018 c’était il y a trois ans quoi, donc faudrait peut-être le faire évoluer.

Tu vas regarder le match contre Dijon ? Quel est ton pronostic ?

D’habitude, je regarde tous les matchs avec mon père. Là on s’appelle à la mi-temps et à la fin du match, tout le temps. J’ai mal vécu le 3-0 face à Nice donc j’espère un petit 3-0 ce serait cool. J’aimerais bien que Benedetto rentre et retrouve un petit peu son efficacité.

T’as pas mal de joueurs qui sont susceptibles de partir et c’est difficile de tout souder pour que dans 8 matchs tout le monde se casse et que tu doives reprendre le travail à 0. Mais j’espère que les joueurs vont commencer à retrouver leur football, on l’avait un peu retrouvé sur le match de Rennes et celui d’après. Nice on est retombés un peu à zéro mais j’espère que ça va commencer à rejouer.

La cinquième place t’y crois ?

Ouais j’y crois j’y crois franchement c’est pas impossible, Lens a perdu deux points contre Lyon, on est à un point d’eux si on gagne ce soir, et puis on a un calendrier pas hyper compliqué, donc je pense qu’on a le calendrier entre guillemets le plus facile donc à nous de prendre tous les points qu’on doit prendre mais la cinquième place, au moins ça pour mettre un petit piment européen la saison prochaine.

En étant sur Twitter t’as certainement dû voir passer le #VenteOm, t’en penses quoi ?

En vrai moi j’en sais rien, et je pense que les gens qui en parlent n’en savent rien non plus. C’est ça qui me dérange, plus que de dire le club va être vendu. Ils en parlent depuis combien de temps, 1 an et demi? Forcément le club à un moment il va être vendu, mais arrêtez d’en parler vous en savez rien ! Et après ils se servent de chaque événement négatif pour dire « et voilà, ça a tout gâché ». C’est ridicule ! Si le club est vendu à quelqu’un d’intéressant tant mieux. Mais pas à n’importe quel prix ! De toute façon je serais supporter de l’OM quoi qu’il en soit.

Surtout qu’on a vu émerger des gens qui en parlent pour faire du buzz…

Faut comprendre qu’à Marseille y’a des mecs qui détestent leur taf, qui gagnent pas beaucoup d’argent, qui vivent une situation compliquée, et la seule chose qui les fait vibrer c’est l’OM. Donc je trouve ça sale de jouer avec ça. Moi je vais juste attendre. L’organigramme a changé. Je veux pas m’emballer parce qu’on s’était emballé sur JHE au départ, mais le côté positif c’est qu’on a un président qui connaît le football, et c’est pas arrivé depuis Diouf à l’OM. Donc attendons ce mercato qui va être géré exactement comme ça. Peut-être qu’on aura pas un effectif pour lutter avec le PSG, ok, mais j’ai envie d’avoir des joueurs qui respectent le maillot, qui nous donnent des vraies sensations. Ça, ça manque.

Pour combler un peu t’as des équipes plaisirs, que ce soit en France ou à l’étranger ?

Bah, en vrai moi j’ai une petite affection pour le Barça depuis longtemps, mais il n’y a pas un club qui me fait vibrer comme me fait vibrer l’OM. C’est-à-dire que je préfère regarder un match de l’OM qui joue mal que le Barça qui met 12-0 au Réal ! Je vais me dire que c’était ouf, que c’était vraiment un gros match, mais l’OM c’est l’OM, c’est la seule équipe capable de me procurer de réelles émotions.

Et du coup à côté de ça tu continues les freestyles que t’avais lancé au premier confinement ?

On est sur 2-3 concepts qui devraient arriver un peu plus tard, mais entre temps je reprends les « C’estKem », une session freestyle que j’avais commencé lors du tout premier confinement. On a décidé d’upgrader le truc. Puis entre temps on continue à bosser sur le prochain album, y’a d’autres projets en dehors de la musique qui sont en train de m’être proposé aussi. J’ai la chance d’avoir des retours, un public. C’est un peu fou parce que y’a peu de jobs où on t’applaudit à chaque fois que tu fais quelque chose, franchement ça serait génial, tout le monde aimerait son travail !

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

Que ca continue à marcher, encore plus fort. Des tas de projets, des victoires de l’OM en Ligue des Champions (rires). Que ça soit toujours sur une pente ascendante, je crois que c’est ça le positif. Faut pas que ca descende, grimper petit à petit et rester sur la durée je crois que c’est ça le plus dur.

L'équipe PKFoot

Toute l'équipe du blog a collaboré à la rédaction de ce dossier, afin de vous fournir leur point de vue et ressenti. PKFoot est (aussi) une grande et belle équipe !